Promenade à l’ancienne gare de Manseibashi
L’arcade de briques devenu un nouveau site touristique à Tokyo

Hari Kyôko [Profil]

[03.02.2014] Autres langues : 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية |

Le Musée des Transports, qui fut en son temps l’un des lieux de visite obligé de tout voyage à Tokyo, se trouvait historiquement près de la gare d’Akihabara (Tokyo). En 2006, il a été transféré à la ville de Saitama, où il a été rebaptisé Musée des chemins de fer. Quelques années ont passé depuis, plus personne ne s’intéressait à l’ancien emplacement du musée. À l’exception des maniaques de l’histoire de Tokyo et des fans de chemins de fer, peu de gens en effet savent qu’ici se trouvait l’ancienne gare de Manseibashi.

La gare de Manseibashi comptait parmi les plus grosses gares terminales de Tokyo

La gare de Manseibashi ouvrit en 1912. Son nom, qui signifie littéralement « Pont des Dix Mille Générations » reprenait celui d’un pont sur la Kandagawa — la rivière Kanda — qui coule à proximité. En tant que gare du terminus de la ligne Chûô, qui à l’époque reliait Tokyo à Nagoya, elle était l’une des principales gares de Tokyo, au même titre que celles d’Ueno et de Shimbashi. Le bâtiment en briques qui s’élèvait un étage au-dessus du hall de rez-de-chaussée était l’œuvre de Tatsuno Kingo (1864-1919) et Kasai Manji (1863-1942), les architectes mêmes de la façade Marunouchi de la gare de Tokyo.

Elle est donc de deux ans plus ancienne que la gare de Tokyo, qui ne fut inaugurée qu’en 1914. La gare de Manseibashi, qui servait aussi de gare de correspondance pour les lignes de tramway de Tokyo ne désemplissait pas, du moins jusqu’en 1919, quand la ligne Chûô fut prolongée jusqu’à la gare de Tokyo. Elle fut retirée du service passagers en 1943, mais poursuivit vaillamment sa carrière en abritant le Musée des chemins de fer (plus tard rebaptisé Musée des Transports), inauguré en 1936 comme une dépendance de la gare. Des générations de fans de chemins de fer ont continué à donner vie à ce lieu vénérable pendant plus de 70 ans, jusqu’à 2006.

Vue du bâtiment principal en 1912, année de son inauguration (collection de la Bibliothèque nationale de la Diète « L’album photo du Japon »). Le bâtiment original, précurseur de celui de Marunouchi de la gare de Tokyo, fut détruit lors du Grand tremblement de terre du Kantô en 1923. Il fut remplacé par un bâtiment de 2e génération en 1925, puis de 3e génération en 1936 (voir la « Galerie photos » qui se trouve en bas de cette page).

Renaissance comme nouveau lieu touristique à Tokyo

C’est dans ce lieu chargé d’histoire qu’a ouvert « mAAch ecute Kanda Manseibashi », en septembre 2013, sous la forme d’un centre commercial « nostalgique moderne ».

Le nouveau lieu « mAArch ecute Kanda Manseibashi » tire parti des arches du viaduc de briques rouges demeurées inchangées depuis les premiers temps de la gare pour développer divers espaces commerciaux incluant fleuriste, caviste, restaurant, objets d’intérieurs et boutiques d’articles en séries limitées autour de l’univers des chemins de fer.

Par un escalier aux murs rétro carrelés dans les tons marbrés, on accède à une plate-forme d’observation et un café installés sur les anciens quais de la station, d’où on regarde passer les trains.

Le charme du concept est d’avoir créé un espace au caractère très spécifique, qui est en train d’acquérir, depuis son inauguration, le statut de nouveau lieu touristique de la capitale, recommandé pour tout public.

Vue de « mAArch ecute Kanda Manseibashi » depuis le pont Manseibashi

 

Les trains circulent juste à côté de la plate-forme d’observation et du café

(Le texte original a été écrit en chinois)

  • [03.02.2014]

Célèbre écrivaine et auteure de manga taïwanaise. Née à Taipei, elle a effectué plus de soixante voyages au Japon où elle a séjourné au total plus de quatre ans. On lui doit de nombreux textes dont Hari Kyôko no Nippon chûdoku (Hari Kyôko ou l’addiction au Japon). Hari Kyôko publie ses œuvres sur Facebook, sur son blog et sur YouTube.

Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone