Lafcadio Hearn et les enseignements du judo : tirer parti de la force de l’adversaire

Sanada Hisahi [Profil]

[25.08.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

L’écrivain Lafcadio Hearn (1850-1904) a aidé à faire connaître le judo dans le monde après avoir rencontré cet art martial par le biais de son amitié avec son fondateur, Kanô Jigorô. Hearn a été fasciné par le principe du jûdô : faire usage de la force de l’adversaire. Il était persuadé que cet art martial reflétait la manière dont le Japon pouvait assimiler avec souplesse les forces des cultures étrangères.

La souplesse surpasse la force

Lafcadio Hearn a écrit un grand nombre de livres et d’articles présentant la culture japonaise dans une perspective bienveillante. (Photo : Jiji Press)

Pourquoi le judo est-il devenu si populaire dans de nombreux pays du monde ? La réponse se trouve dans le fait que ses techniques sont fondamentalement différentes de celles utilisées dans les sports de combat occidentaux. Dans ces sports, c’est en général le concurrent le plus fort qui est le gagnant. Mais dans le cas du judo, même un concurrent faible peut vaincre. Et ceci est possible en tirant parti de la force de l’adversaire. La personne qui a transmis cette idée au public occidental est l’écrivain irlandais résident de longue date au Japon, Lafcadio Hearn, qui est devenu citoyen japonais sous le nom de Koizumi Yakumo.

Hearn, connu pour des ouvrages comme Kwaidan, est né en 1850 sur l’île de Leucade, à l’époque possédée par les Britanniques (ensuite devenu territoire grec depuis 1864). Après avoir vécu en Grande-Bretagne et aux États-Unis, Hearn arrive au Japon en 1890. Il est profondément intéressé par la culture japonaise, épouse une femme japonaise nommée Koizumi Setsu, et travaille comme professeur d’université. Durant sa vie au Japon, Hearn a beaucoup voyagé dans tout le pays pour mieux connaître les aspects spécifiques de la culture japonaise et il a présenté ses découvertes dans des essais écrits à l’intention de lecteurs occidentaux.

En 1891, Hearn est engagé comme professeur d’anglais à l’École Normale Supérieure de Kumamoto (aujourd’hui Université de Kumamoto) sur la recommandation de son doyen, Kanô Jigorô, fondateur de l’art martial du judo à l’Institut Kôdôkan. Très intéressé par la culture japonaise, Hearn a visité le dojo de judo où Kanô enseignait. Dans le passage suivant, extrait de son livre de 1895, Out of the East, Hearn décrit la suprenante leçon qu’il a tirée de son expérience.

Le maître de jujitsu ne se fie jamais à sa propre force. Il ne l’utilise parcimonieusement qu’en cas d’extrême urgence. Alors, qu’utilise-t-il donc ? Tout simplement la force de son adversaire. La puissance de l’ennemi est le seul moyen par lequel cet ennemi peut être vaincu. L’art du jujitsu vous apprend à vous appuyer sur la force de votre adversaire ; et plus il est  puissant, moins il est avantagé et plus vous êtes fort.(*1)

Ce à quoi Hearn fait référence dans ce passage sous le terme de « jujitsu » est actuellement l’art martial du judo que Kanô a développé sur les bases du jujitsu. Hearn est séduit par la technique qui symbolise le judo, où un concurrent peut gagner en utilisant la force de son adversaire, ou en d’autres termes, parvenir à la victoire sans s’opposer directement à la force de celui-ci.

Mais l’intérêt de Hearn pour cette approche ne s’est pas limité au judo ; il la voit comme caractérisant le processus de modernisation du Japon, comme il l’explique dans le même ouvrage :

Les étrangers peuvent avoir prédit, que le Japon adopterait non seulement le costume mais les coutumes de l’Occident ; non seulement nos moyens de transition et de communication rapides, mais également nos principes d’architecture ; non seulement nos industries et sciences appliquées, mais de même notre métaphysique et nos dogmes. Certains pensent vraiment que le pays sera bientôt largement ouvert aux étrangers ; que le capital occidental sera tenté par des privilèges extraordinaires accordés pour aider au développement de ressources diverses ; et même que le pays en arrivera éventuellement à proclamer, par Décret impérial, sa soudaine conversion à ce que nous appelons le Christianisme. Mais ces croyances sont dues à une inévitable et totale ignorance du caractère de  ce peuple– de ses capacités les plus profondes, de sa clairvoyance, de son immémorial esprit d’indépendance. Personne n’a supposé même un instant que le Japon était tout simplement en train de pratiquer le  jujitsu : en effet à ce moment-là, personne en Occident n’avait entendu parler de  jujitsu. Mais c’est bien, toutefois, de  jujitsu dont il s’agit.

(*1) ^ Toutes les citations dans cet article ont été traduites par nos soins à partir de la version anglaise originale. Ce livre existe en version française sous le titre La lumière vient de l’Orient : essais de psychologie japonaise ( Éditions Hachette Livre Bnf, traduit de l’anglais par Marc Logé) — n.d.l.r.

  • [25.08.2017]

Directeur et professeur du département d’Éducation physique de l’Université de Tsukuba. Obtient son diplôme de maîtrise en sciences de la santé et des sports à l’Université de Tsukuba et son doctorat en sciences humaines. Se spécialise en anthropologie des pratiques sportives en concentrant ses recherches sur l’anthropologie historique en relation avec les Jeux Olympiques ainsi que sur la vie et la pensée de Kanô Jigorô. Membre de la commission de la culture et de l’éducation du comité d’organisation des Jeux olympiques et Paralympiques de Tokyo.

Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone