Qui sont les héros populaires du Japon contemporain ? Le cas Asada Mao

Inamasu Tatsuo [Profil]

[04.07.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 |

Le 10 avril dernier, la patineuse artistique Asada Mao prenait sa retraite ; cette annonce a été largement relayée par les médias, et elle a trouvé un fort écho dans l’opinion publique. D’autres héros et héroïnes populaires, aussi appréciés qu’elle, peuvent-ils encore voir le jour ?

Asada Mao a commencé la compétition junior pendant la saison 2004-2005, lorsqu’elle a fêté ses 14 ans ; ses sauts enlevés ont immédiatement signalé la jeune prodige qui, en 2005, remportait le championnat du monde junior dès sa première participation. Une performance prometteuse réaffirmée à l’âge adulte : elle sera triple championne du monde et médaillée d’argent aux Jeux olympiques de 2010 à Vancouver.

Elle a toujours fait une priorité de l’exécution du triple Axel, une figure difficile pour les patineuses – y compris pour elle. En 2014, aux Jeux de Sotchi, une série d’erreurs en programme court lui vaut de terminer en 16e position, tout espoir de médaille anéanti ; malgré tout, grâce à un mental d’acier, elle s’imposera avec un programme libre parfait. Elle finira 3e du programme libre, avec un nombre de points record qui lui permettra de remonter jusqu’à la 6e place au classement général. Une prestation louée dans le monde entier, et qui aura marqué les esprits. Immédiatement après les Jeux de Sotchi, elle remportera un troisième titre mondial avant de prendre une année sabbatique ; après son retour, faute de parvenir à renouer avec son meilleur niveau, elle finira par se retirer de la compétition.

Autour du Prix d’honneur de la nation

L’annonce de sa retraite en avril dernier a globalement été accueillie avec bienveillance par les médias, tandis que l’idée de lui remettre le Prix d’honneur de la nation a généré un certain scepticisme. Jusqu’à présent, ce prix n’a été accordé qu’à 23 personnes et 1 groupe, à savoir l’équipe nationale de football féminin vainqueur de la Coupe du monde. Parmi les 23 personnalités distinguées figurent 6 femmes (la chanteuse Misora Hibari, l’actrice Mori Mitsuko, la mangaka Hasegawa Machiko, la marathonienne Takahashi Naoko et les lutteuses Yoshida Saori et Ichô Kaori). Les trois athlètes concernées ont toutes décroché une médaille d’or aux Jeux olympiques, mais pas Asada Mao, d’où le scepticisme de certains.

Le Prix d’honneur de la nation, créé en 1977, est l’une des distinctions accordées par le Premier ministre à des sportifs, artistes ou personnalités culturelles aux performances hors norme ou jouissant d’une notoriété sans pareille. Il récompense en quelque sorte les héros et héroïnes populaires. Soit dit en passant, le premier récipiendaire de ce prix fut, en 1977, le joueur de baseball des Giants Oh Sadaharu, alors détenteur du record mondial de home runs.

  • [04.07.2017]

Professeur à l’Université Hôsei. Né en 1952. Diplômé de l’Université de Tokyo où il s’est spécialisé dans la sociologie. Titulaire d’une maîtrise de l’Institut de sociologie de l’Université de Tokyo. Spécialiste de la culture postmoderne et en particulier des medias, des idoles, de la pop japonaise (J-Pop) et des fans. Auteur de divers ouvrages dont Pandora no media: Terebi wa jidai o dô kaeta no ka (« La boîte de Pandore, ou comment la télévision a transformé son époque ») et Aidoru kôgaku (« La technologie de l’idole »)

Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone