Les mots de l’année 2013

Peter Durfee [Profil]

[05.12.2013] Autres langues : ENGLISH | ESPAÑOL | العربية |

Chaque année, au mois de décembre, La maison d’édition Jiyû Kokumin-sha, éditeur de l’anthologie annuelle Gendai yôgo no kiso chishiki, ou « Connaissance de base sur le vocabulaire contemporain », présente une sélection des « mots les plus populaire de l’année » sous la forme des 10 mots qui ont marqué l’année écoulée. Il s’agit de mots qui ont capturé l’imagination de la population cette année, bref, les mots qui étaient sur toutes les lèvres. Ces mots apportent une vue intéressante sur les événements et les idées qui ont eu un impact sur la mentalité japonaise au cours de l’année écoulée.

Lundi 2 décembre, l’éditeur a publié son top-10 et annoncé ses vainqueurs de l’année, 4 pour cette édition, ce qui est un record depuis que le classement existe.

Et les mots de 2013 sont… :

Ima desho !

« Pourquoi pas maintenant ! » C’est la réponse que donne Hayashi Osamu, prof dans une boîte à bachot, à sa propre question, à savoir : « Vous comptez vous y mettre quand ? » La phrase a été reprise dans des publicités, comme celle pour le l’école Tôshin, et appartient maintenant au langage familier partagé par tous les Japonais.

 Notre article lié :
 Retour sur le débat autour de l’éducation « yutori »

Le voici intégré à une pub pour le lycée privé Tôshin (Hayashi apparaît aux alentours de 0:20)

O-mo-te-na-shi

Le mot omotenashi désigne un sens de généreuse hospitalité. Mais avec les tirets pour détacher chaque syllabes, c’est une citation de la présentation de Takigawa Christel, animatrice franco-japonaise, devant le Comité International Olympique à Buenos Aires début septembre, qui a permis à Tokyo de gagner le droit d’organiser les JO de 2020. Sa façon de prononcer le mot en détachant les syllabes a immédiatement été copiée dans toutes les salles de classe et toutes les salles de réunion d’entreprise jusqu’à aujourd’hui. Voici son discours (en français), avec traduction simultanée :

 Notre article lié :
 Jeux Olympiques 2020 : Pourquoi Tokyo a remporté la sélection ?
 « Wagashi » et « Omotenashi », la richesse de l’hospitalité

Jé jé jé !

« Jé jé jé ! » est une interjection de surprise dans le dialecte d’Iwate, qui est apparue dans la série TV de la NHK Ama-chan. Et devinez quelle a été la réaction de l’actrice Nônen Rena (20 ans) à l’annonce de ce succès ?

 Notre article lié :
 Ama-chan et les autres héroïnes des séries matinales

D’autant plus que ce mot fait revenir une série TV dans le palmarès des mots de l’année pour la première fois depuis 19 ans, à égalité avec…

Baigaeshi

« Je leur rendrai le double ! » est la phrase marquante prononcée par Hanazawa Naoki (interprété par Sakai Masato) dans le très populaire TV drama éponyme.

Les autres nominés sont… :

Abenomics
Surnom de la plateforme économique du Premier Ministre Abe Shinzô.

 Notre article lié :
 Abenomics : les cent premiers jours

Tokutei himitsu hogo hô
C’est le nom d’un projet de loi autorisant le gouvernement à garder certains « secrets spécifiques » sans rendre l’information publique. Ce projet présenté par le gouvernement Abe renforcerait la définition du secret d’état et autoriserait le gouvernement à prolonger la durée du black-out de la presse. Cette affirmation par le gouvernement que le Japon a besoin de renforcer sa sécurité médiatique est très critiquée par les ournalistes qui craignent ne plus pouvoir effectuer correctement leur travail (et ces craintes n’ont pas été réellement balayées quand le secrétaire général du PLD, Ishiba Shigéru, a comparé les citoyens participants à des manifestations publiques à des terroristes. Il a ensuite retiré son commentaire par un post sur son blog, admettant que des manifestations effectuées dans l’ordre, qui « ne génère aucune peur dans l’esprit du public » ou consistant uniquement en « cris affirmant les opinions des manifestants » devaient être acceptées comme faisant partie de la démocratie).

Gotôchi kyara
Ces « mascottes locales » sont des personnages publicitaires créés par de nombreuses communautés urbaines ou rurales pour faire leur promotion. Nous en avions rencontré un certain nombre en novembre 2012.

 Notre article lié :
 Le sommet des mascottes locales « Gotôchi kyara »

PM2.5
En anglais « Particule Matter 2.5µm », ou « particule de matière d’une taille inférieure à 2,5µm », taille à partir de laquelle une poussière est susceptible de s’infiltrer dans les tissus pulmonaires. La grave pollution de l’air qui sévit en Chine rabat sur la Japon des nuages de poussières, portés en particulier par les vents d’hiver. (Certains sites météo comme tenki.jp permettent de suivre la diffusion de ce type de poussières)

Black Kigyô
Expression signifiant littéralement « Entreprises noires », ainsi qualifiées pour la mauvaise gestion de leurs employés. Des listes de telles entreprises circulent parmi les demandeurs d’emplois qui préféreraient éviter de trop mauvaises conditions de travail contre un salaire mensuel.

Hate speech
Le mot est passé en anglais pour désigner des manifestations anti-coréennes dans des quartiers à forte densité de population d’origine coréenne à Tokyo au début de l’année. On parle de la nécessité d’une loi pour contrer ce phénomène.

(D’après un original en anglais écrit le 2 décembre 2013.)

  • [05.12.2013]

Traducteur et éditeur pour Nippon.com et directeur de la Nippon Communications Fondation. Il est venu au Japon en 1985. Après avoir terminé ses études à l’American School in Japan, il obtient un diplôme en langue japonaise à l’Université de Californie à Berkeley. Il rejoint Japan Echo Inc. en 1996 comme traducteur vers l’anglais pour Japan Echo et le Japan Review of Internation Affairs, ainsi que pour d’autres clients, privés et institutionnels. Il a traduit le Voyage du Docteur Noguchi, une biographie du Dr Hideyo Noguchi.

Articles liés
Autres chroniques

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone