Hommage à Nakamura Kanzaburô XVIII
Le parcours d’un acteur en perpétuelle recherche, disparu trop tôt

Kamimura Iwao [Profil]

[15.03.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

L’acteur de kabuki Nakamura Kanzaburô XVIII est décédé le 5 décembre 2012. Kamimura Iwao, critique de théâtre, se penche sur la carrière et la personnalité de cet interprète très aimé du public, qui a su aller au-delà des limites du kabuki et n’a jamais cessé de relever de nouveaux défis.

La nouvelle de la disparition de l’acteur de kabuki Nakamura Kanzaburô XVIII, décédé le 15 décembre 2012 alors qu’il avait à peine cinquante-sept ans, a profondément affecté les amateurs de théâtre en même temps qu’un plus large public. Le Japon s’apprêtait à vivre les élections générales prévues pour le 16 décembre, un événement capital dans la vie du pays, mais les media, et en particulier les chaînes de télévision, n’en ont pas moins consacré de longues heures non seulement à l’annonce du décès de l’acteur, mais aussi à des programmes spéciaux analysant en détail le travail et la personnalité de l’acteur. Ses obsèques ont eu lieu à la fin de l’année, après que ses deux fils, Nakamura Kankurô et Nakamura Shichinosuke, qui lui ont succédé, eurent terminé les vingt-cinq jours de représentations qu’ils étaient en train de donner à Kyoto, au moment de sa mort. Les media en ont largement rendu compte et certaines chaînes ont même retransmis l’événement minute par minute.

Certains ont critiqué la couverture, selon eux excessive, que la presse et les chaînes de télévision ont donné à la mort de l’acteur. Mais il n’en reste pas moins que Nakamura Kanzaburô XVIII était un personnage dont l’envergure, loin de se limiter à celle d’une célébrité, dépassait celle d’un excellent acteur de kabuki.

La mort d’un acteur encore « jeune »

Nakamura Kanzaburô XVIII sur scène, en mai 2005, en train d’interpréter « Togitatsu no utare » (La vengeance de Togitatsu), une pièce écrite et mise en scène par Noda Hideki, au théâtre Kabukiza de Tokyo. (Avec l’aimable autorisation de Shôchiku Co. Ltd. Reproduction interdite sauf autorisation préalable.

Les medias ont présenté  Nakamura Kanzaburô XVIII comme un « grand maître » et un « grand artiste » en utilisant les qualificatifs outranciers qu’ils affectionnent tant. Si l’acteur s’était entendu qualifier de la sorte, il aurait sans nul doute été le premier à refuser ces louanges et à demander qu’elles cessent, sur le ton réservé typique de l’enfant d’Edo (Edokko, littéralement, né à Edo, l’ancien nom de Tokyo) qu’il était.

Nakamura Kanzaburô XVIII aurait montré des dispositions naturelles pour le théâtre dès son plus jeune âge.  Il a commencé à apprendre le métier d’acteur très tôt, mais à cinquante-sept ans il n’avait pas encore forcément maîtrisé les subtilités les plus profondes de son art. Il était d’ailleurs le premier à en être conscient. Son père, Nakamura Kanzaburô XVII (1908-1988), était l’un des plus éminents acteurs de kabuki de l’après-guerre. Et son grand-père maternel, Onoe Kikugorô VI (1885-1949), est considéré comme l’un des fondateurs du kabuki moderne. En dehors de sa famille, Nakamura Kanzaburô XVIII était aussi entouré de « grands maîtres » et de « grands artistes » qu’il n’a peut-être jamais égalés, malgré tous ses efforts. Dans le monde du kabuki, les termes élogieux que les media ont utilisés si facilement, ne s’emploient pas à la légère. Dire que Nakamura Kanzaburô XVIII est mort « encore jeune » alors qu’il avait cinquante-sept ans signifie qu’il lui fallait encore passer du temps, si peu que ce soit, à travailler pour arriver au niveau de ses prestigieux prédécesseurs.

Nakamura Kanzaburô XVIII était peut-être le plus grand acteur de sa génération mais il n’avait pas encore atteint la perfection qui aurait fait de lui un « grand maître ». La nouvelle de sa mort n’en a pas moins suscité beaucoup d’attention en raison de la sympathie et de l’attirance que le public éprouvait pour cet acteur de kabuki hors du commun, tant par sa personnalité que par sa façon de vivre, que l’on devinait à travers son jeu.

  • [15.03.2013]

Critique de théâtre. Né à Tokyo en 1940. Titulaire d’une maîtrise de littérature anglaise et américaine de l’Université Keiô. A commencé à travailler comme critique de kabuki en 1977, en particulier pour les revues Engekikai et Gekihyô. Est devenu critique de théâtre du journal Nikkei en 1994. La même année, on lui a décerné le vingt-huitième Prix de littérature du Kansai. Auteur de divers ouvrages, dont Kabuki Today: The Art and Tradition et Kabuki hyakunen hyakuwa (Le kabuki, cent ans, cent histoires).

Articles liés
Articles récents

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone