Série Les frontières de la science
Podomètre pour chien Fujitsu : une première mondiale
[21.02.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

La firme Fujitsu vient de lancer un podomètre pour chien appelé « Wandant », en référence à « wan-wan » (ouah-ouah) l’onomatopée japonaise pour l’aboiement. Ce petit appareil, le premier au monde dans son genre, se fixe au collier de l’animal. Il est relié à un service de cloud computing, ce qui permet au propriétaire de contrôler l’activité et la santé de son toutou bienaimé.

Le diabète : une menace  pour les animaux de compagnie

Un caniche nain équipé d’un podomètre Wandant

Le Japon est actuellement en proie à un véritable « boom » pour les animaux de compagnie. Les habitants de l’Archipel sont en effet de plus en plus nombreux à posséder un chat ou un chien qui reste le plus souvent enfermé chez eux. Certains se demandent, à juste titre, si leur compagnon à quatre pattes ne manque pas d’exercice.

« Depuis quelque temps, les animaux domestiques commencent à être affectés, comme les hommes, par l’obésité et le diabète à cause de leur mode de vie trop sédentaire », explique Mitsuyama Yôko responsable du secteur des services ubiquitaires de Fujitsu, où le Wandant a été mis au point. « Quand on veut s’assurer qu’on fait assez d’exercice pour rester en bonne santé, il suffit d’utiliser un podomètre. Je me suis donc demandé si on ne pouvait pas appliquer la même méthode aux animaux de compagnie. »

Il faut dire que Mitsuyama Yôko est elle-même propriétaire de deux caniches nains qui font partie de la famille. Elle cherche, bien entendu, à s’assurer qu’ils sont en bonne santé. L’idée de créer un nouveau produit adapté aux chiens lui serait venue en voyant une application de podomètre pour téléphone portable mise au point par Fujitsu. Elle aurait alors suggéré à son entreprise de créer un appareil similaire pour les animaux de compagnie. Ses collègues ont tout de suite trouvé sa proposition intéressante, mais ils se demandaient si elle était réalisable. La direction a fini par donner le feu vert au projet en disant : « Et bien, il n’y a qu’à essayer. Nous verrons bien ! ».

Compter les pas d’un chien : une tâche ardue

Mitsuyama Yôko et son équipe ont commencé par faire des recherches sur la façon de se déplacer des chiens à l’aide de capteurs et de caméras vidéo.

« Nous ne disposions d’aucune information sur la façon de marcher et de courir des quadrupèdes. C’est pourquoi nous avons consacré les six premiers mois à recueillir des données sur plus de cent chiens de grande et petite tailles », précise la jeune femme. La première difficulté a été de convaincre les animaux concernés de coopérer. Ils avaient en effet volontiers tendance tantôt à s’arrêter brusquement et à refuser de bouger, tantôt à accélérer subitement l’allure au mauvais moment. Et dès qu’ils se mettaient à courir, il devenait impossible de continuer à compter leurs pas. Qui plus est, la longueur des pattes et la façon de marcher des chiens varient grandement en fonction de leur taille et de leur race. Et les résultats obtenus différent suivant qu’on mesure le nombre des pas à partir des pattes antérieures ou des pattes postérieures.

Après une période de tâtonnements, Mitsuyama Yôko et son équipe ont réussi à repérer cinq types différents de marche chez les canidés et à définir en quoi consistait un pas. Quand un chien marche, il effectue un pas chaque fois qu’une de ses pattes avant touche le sol, et lorsqu’il court, on compte un pas chaque fois que ses deux pattes antérieures retombent sur le sol.

Des employés de Fujitsu en train de compter les pas d’un chien à l’aide de capteurs

Le premier podomètre pour chien du monde est doté d’un capteur d’accélération capable de détecter les changements de vitesse sur trois axes — horizontal, vertical et latéral — ainsi que d’un système d’évaluation du mouvement qui utilise les données fournies par le capteur, entre autres la vitesse et la longueur des pattes antérieures, pour calculer le nombre de pas effectués par l’animal. Ce nouvel appareil a permis d’adapter aux chiens la technologie des capteurs déjà en usage pour les applications de téléphones mobiles. Mais il ne peut pas être utilisé pour des chats parce que ceux-ci ont une façon de se déplacer complètement différente de celle des chiens.

Le Wandant de Fujitsu est en outre capable de mesurer les éventuels tremblements de l’animal. Quand un chien se met à trembler, c’est souvent parce qu’il est angoissé ou stressé et le fait de pouvoir mesurer ce phénomène permet de surveiller de près son degré d’intensité. Grâce au thermomètre-hygromètre intégré dans l’appareil, le propriétaire de l’animal peut par ailleurs vérifier la température et le degré d’humidité autour du collier de son toutou et éviter ainsi plus facilement un coup de chaleur ou un autre problème du même type.

Un appareil ultra-léger

Un des objectifs des concepteurs du Wandant de Fujitsu était de créer un podomètre aussi léger que possible. Dans la mesure où il est appelé à rester fixé au collier du chien tout au long de la journée, il fallait que l’appareil soit le plus léger possible de façon à ne pas déranger l’animal. Au départ le Wandant devait comporter un système de géolocalisation de type GPS et un écran à cristaux liquides, mais Fujitsu a fini par y renoncer pour réduire le poids de l’appareil. Le recours à un module FeliCa et à une petite pile bouton du type utilisé pour les montres a permis de limiter le poids du podomètre à seize grammes. FeliCa (Felicity Card) est une carte à puce sans contact dotée d’un petit circuit intégré capable de transmettre des données à un smartphone ou à un ordinateur placé à proximité. Ces informations sont ensuite transmises à un « nuage » (cloud) compatible avec FeliCa, où elles sont stockées.

Les créateurs du Wandant lui ont donné une forme rectangulaire de façon à ce que le chien ne puisse pas avaler l’appareil et en particulier sa pile. Celle-ci est enfermée dans un compartiment protégé par un couvercle solidement fixé par une vis. Si l’ouverture et la fermeture du couvercle demandent un peu de temps, c’est parce que les concepteurs de l’appareil ont délibérément choisi de privilégier la sécurité par rapport à la facilité d’accès.

Un contrôle quotidien de l’état de santé du chien

Graphique indiquant le nombre de pas par heure effectué par le chien. Les sommets de la courbe correspondent à des phases d’activité particulièrement intenses de l’animal (Cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Le Wandant de Fujitsu est donc un appareil qui allie les fonctions de podomètre, d’ordinateur et de cloud computing. Le capteur dont il équipé compte les pas du chien et les données enregistrées sont envoyées dans un cloud où elles ont immédiatement traitées et analysées. Le rapport entre le nombre de pas effectués et le temps écoulé est figuré par une courbe sur un graphique (voir ci-contre) qui indique  également le nombre de fois où le chien s’est secoué et la température autour de son collier.

Grâce aux graphiques fournis par l’appareil, le maître du chien peut s’assurer de l’état de son toutou même quand il est hors de chez lui. Une phase avec un nombre de pas enregistrés égal à zéro lui indique que l’animal a probablement dormi. Lorsque la courbe atteint un sommet, en revanche, il sait que cela correspond à une période d’intense activité. L’animal n’est pas surveillé en permanence comme par une caméra, mais les données enregistrées permettent de se faire une idée de son comportement et de son état. Certains avouent même qu’ils attendent avec impatience le moment de rentrer chez eux pour vérifier les données enregistrées.

Le site consacré à Wandant explique comment procéder pour enregistrer les quantités de nourriture ingérées par le chien et pour gérer l’évolution de son état. Il propose aussi d’utiliser l’appareil comme un album retraçant la croissance de l’animal à travers des photos et un journal. « Wandant ne se contente pas de surveiller la santé de votre toutou », ajoute Mitsuyama Yôko. « Comme les chiens ne peuvent pas parler, c’est aussi un moyen de suivre de près leur comportement et leurs activités au jour le jour et, ce faisant, de mieux les comprendre. En fait cet appareil permet d’approfondir la relation entre le chien et le maître. »

Mitsuyama Yôko, en compagnie d’Ace, son caniche nain bien-aimé

« Wandant donne un aperçu quotidien du degré d’activité du chien sous une forme facile à comprendre, ce qui permet à son maître de mieux surveiller la santé de l’animal » précise Tsuchiya Yoshitaka, qui est vétérinaire. « À l’heure actuelle, les petits chiens sont très en vogue parce qu’on peut facilement les garder chez soi. Mais ces animaux n’en ont pas moins besoin de faire de l’exercice, et il est difficile de savoir s’ils en font assez. Nous voyons de plus en plus de chiens qui souffrent d’obésité ou de problèmes d’articulations. Quand les animaux de compagnie ne font pas assez d’exercice, ils ont les mêmes problèmes de santé que les humains. Et comme ils ne sont pas en mesure de contrôler eux-mêmes leur état de santé ou de faire un régime, c’est à leurs maîtres qu’il appartient de le faire. Je crois donc que la demande pour ce type d’appareil est appelée à augmenter dans l’avenir. »

Fujitsu envisage de transmettre les données de Wandant centralisées sur le cloud à des institutions médicales et à des laboratoires spécialisés de façon à faire progresser les recherches sur le comportement, les traitements et l’alimentation des chiens.

(D’après un texte original en japonais de Satô Narumi)

  • [21.02.2014]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone