Série Les frontières de la science
Les euglènes : des microorganismes avec un énorme potentiel
[17.09.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Euglena Co. Ltd, une entreprise japonaise spécialisée dans la biotechnologie, fait l’objet de la plus grande attention parce qu’elle s’intéresse à des microorganismes très prometteurs, les euglènes. Ces organismes unicellulaires microscopiques pourraient en effet résoudre les problèmes que connaît le monde en matière d’environnement et de pénurie alimentaire à cause de leur haute valeur nutritive et de leur capacité élevée d’absorption du dioxyde de carbone. Le président d’Euglena est même convaincu que les euglènes vont « sauver la planète ».

Des microorganismes précieux pour l’homme et pour la planète

Comment les euglènes, de minuscules organismes unicellulaires mesurant à peine 0,05 millimètre de longueur, pourraient-ils « sauver la planète » ? Ces microorganismes de couleur verte se développent dans les eaux stagnantes, entre autres les étangs et les rizières, et à ce titre, on serait tenté de les considérer comme des algues ou d’autres plantes aquatiques en raison de leur habitat et de leur capacité à se nourrir eux-mêmes grâce à la photosynthèse. Mais les euglènes se rapprochent par ailleurs des protozoaires et du règne animal parce qu’elles sont aussi capables de se nourrir de proies solides et qu’elles possèdent, entre autres, un flagelle natatoire. Étant donné qu’elles ne font à proprement parler partie ni du monde végétal ni du règne animal, on a fini par les classer dans le genre des protistes qui regroupe les êtres vivants constitués d’une seule cellule à noyau distinct et pouvant présenter des caractères à la fois végétaux et animaux.

Une des caractéristiques les plus intéressantes des euglènes, c’est qu’elles sont capables de se reproduire rapidement et de se développer dans un milieu constitué uniquement d’eau et de lumière. Elles ont aussi l’avantage d’être très riches en nutriments puisqu’elles contiennent pas moins de 59 vitamines, minéraux et autres acides aminés. Elles ont par ailleurs la capacité de synthétiser de la matière organique en utilisant la lumière du soleil (photosynthèse), ce qui veut dire qu’elles pourraient permettre de réduire les émissions de dioxyde de carbone, un gaz qui contribue grandement à l’effet de serre.

On commence par débarrasser les euglènes de leur eau à l’aide d’une centrifugeuse (à gauche). Puis on les déshydrate par atomisation — c’est-à-dire en les faisant passer dans un flux d’air chaud — (au centre). La poudre ainsi obtenue (à droite) est prête à l’emploi, notamment pour des compléments alimentaires.

L’adjonction d’euglènes sous forme de poudre à des compléments alimentaires, des boissons ou des biscuits constituerait un moyen simple et efficace de répondre aux besoins nutritionnels quotidiens des êtres humains. Euglena Co. Ltd, une entreprise japonaise qui a été financée par des fonds de capital risque, s’est fait un nom en fabriquant des produits à base de ces précieux microorganismes.

Izumo Mitsuru, le président d’Euglena, n’hésite pas à dire : « Les euglènes, c’est la santé non seulement pour l’homme mais aussi pour la planète.» Il est vrai que son entreprise est loin de se contenter de fabriquer et de commercialiser des aliments et des cosmétiques à base d’euglènes. Elle met aussi ces organismes unicellulaires à contribution pour élaborer d’autres produits, en particulier des biocarburants.

Un voyage déterminant

L’histoire de l’entreprise Euglena a débuté en 1998, quand Izumo Mitsuru qui était encore étudiant s’est rendu au Bangladesh. En voyant à quel point les enfants de ce pays souffraient de malnutrition, le jeune homme s’est dit qu’il voulait faire quelque chose pour eux. Il s’est donc mis en quête d’aliments ayant une haute valeur nutritive et c’est ainsi qu’il a fini par trouver les euglènes et qu’il a fondé une entreprise avec l’ambition de « résoudre les problèmes alimentaires du monde ».

Izumo Mitsuru, le président d’Euglena

Mais quand Izumo Mitsuru a consulté des spécialistes en microbiologie, ils lui ont tous répondu que la culture des euglènes à grande échelle posait trop de problèmes pour que leur commercialisation soit envisageable. À l’époque, personne n’avait réussi à produire ces microorganismes en grandes quantités.

Izumo Mitsuru s’est alors associé à Suzuki Kengo — qui est à présent directeur du département recherche et développement d’Euglena — en lui proposant de mettre au point les techniques nécessaires pour cultiver les euglènes. La tâche s’est avérée extrêmement difficile au point que les deux hommes ont failli renoncer à leur projet. Ils ont heureusement eu la chance de rencontrer Fukumoto Takuyuki, actuellement directeur du marketing d’Euglena, qui était alors un professionnel de la vente des alicaments. En 2005, les trois hommes ont fondé ensemble une entreprise qu’ils ont baptisée Euglena.

  • [17.09.2014]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone