Série Entreprises made in Nippon
Une entreprise qui accueille majoritairement des travailleurs handicapés
Nihon Rikagaku Industry Co., Ltd.
[26.08.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Nihon Rikagaku Industry, premier fabricant japonais de craies sans poussière, emploie soixante seize personnes. En 2009, l’entreprise a reçu la visite du premier ministre japonais Hatoyama Yukio et obtenu le prestigieux prix Shibusawa Eiichi, en raison du rôle d’avant-garde qu’elle joue dans le recrutement de personnes handicapées, et ce depuis plus d’un demi-siècle.

Un professeur particulièrement motivé

Il y a cinquante-trois ans, Ôyama Yasuhiro, le président de Nihon Rikagaku Industry, n’était encore que le directeur de l’entreprise. Un jour, il a reçu la visite d’un professeur d’une école pour handicapés mentaux du voisinage qui lui a dit ce qui suit :

Ôyama Yasuhiro, président de Nihon Rikagaku Industry

« Dans mon établissement, il y a deux élèves de tout juste quinze ans qui vont aller directement dans un centre spécialisé où elles resteront jusqu’à la fin de la vie, si elles ne trouvent un emploi d’ici la fin de leurs études. » Le professeur a ensuite demandé à M. Ôyama s’il voulait bien embaucher les deux jeunes filles. Celui-ci lui a répondu que c’était hors de question. Le professeur ne s’est pas découragé pour autant. Il s’est rendu une seconde fois chez Nihon Rikagaku Industry et il a renouvelé sa demande. En vain. Il est alors revenu à la charge une troisième fois en disant au directeur de la société :

« Je comprends que vous ne vouliez pas embaucher mes élèves. Mais j’ai une ultime requête à vous faire. Pourriez-vous simplement leur donner l’occasion de savoir ce que c’est que travailler, au moins une fois dans leur vie ? J’aimerais qu’elles quittent l’école en ayant fait cette expérience. »

Touché par la détermination de son interlocuteur, Ôyama Yasuhiro lui a proposé de prendre les deux adolescentes pour deux semaines. « Quand il m’a dit que ce serait la seule fois de leur vie où elles auraient l’occasion de travailler, j’ai pensé qu’il fallait que je fasse quelque chose pour elles », explique-t-il.

Des employés de Nihon Rikagaku Industry en plein travail

Comme promis, M. Ôyama a confié aux deux jeunes filles un travail très simple qui consistait à coller des étiquettes sur les produits de l’entreprise. Les deux adolescentes, tout heureuses de travailler, se sont alors investies à fond dans leur tâche, sans compter leur temps. Du coup, elles ont complètement touché le personnel de l’entreprise. Tant et si bien qu’au bout de deux semaines, une dizaine d’employés sont allés trouver M. Ôyama pour lui demander d’engager les deux jeunes filles à plein temps, en lui promettant qu’ils les surveilleraient de près.

Ils étaient atterrés à l’idée que ces deux adolescentes de tout juste quinze ans allaient devoir quitter leur famille et entrer dans une institution spécialisée, à moins qu’elles ne trouvent un emploi. Le personnel de l’entreprise avait été bouleversé par leur comportement et leur directeur ne faisait pas exception. Il a donc fini par les engager en avril 1960. Mais son geste était à l’époque avant tout motivé par un sentiment de « compassion ».

  • [26.08.2013]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone