Série Réfléchir à la guerre
Mugonkan, le musée silencieux à la mémoire des artistes fauchés par la guerre
[15.08.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | Русский |

Peindre encore : tel était le souhait des étudiants en art morts au champ d’honneur dont les œuvres sont exposées au Mugonkan (le musée silencieux) de la ville de Ueda dans la préfecture de Nagano. Pour les vingt ans de l’établissement, son directeur, Kuboshima Seiichirô, 75 ans, nous confie ses pensées.

À une dizaine de minutes de la gare de Shiodamachi, sur la ligne Ueda dans la préfecture de Nagano, en haut d’une rue en pente raide de 300 mètres, se dresse le Mugonkan, un musée dédié aux œuvres des étudiants en art morts à la guerre.

Le musée Mugonkan

À l’intérieur, la pénombre emplit un vaste espace frais. Des toiles s’alignent aux murs et des objets ayant appartenu à ces apprentis artistes – palettes, photos ou lettres – remplissent les vitrines dans les couloirs. Vue d’en haut, la salle forme une croix.

Intérieur du musée

La taille et le thème des tableaux diffèrent, mais ils sont tous l’œuvre d’étudiants en art ou de peintres autodidactes. Et tous ont connu le même sort : ils ont péri au champ d’honneur.

À chaque peinture est associée une anecdote.

Un nu représentant une femme de profil ; son auteur, Hidaka Yasunori, y a apporté les dernières touches pendant la petite fête d’adieu donnée la veille de son départ au front. Il avait promis au modèle, sa fiancée, qu’il reviendrait pour terminer son ouvrage. Il est mort aux Philippines à l’âge de 27 ans.

Hidaka Yasunori, Femme nue

Ce Portrait de Seiko et ce dessin de nu sont de la main de Sakuma Osamu, un professeur d’arts plastiques ; ils représentent son épouse. M. Sakuma a péri dans un bombardement aérien alors qu’il conduisait ses élèves, réquisitionnés par une école de l’air de la préfecture de Nagasaki. Il avait 29 ans. Sa femme, qui a toujours gardé ces deux œuvres chez elle, a survécu à son mari sous l’œil bienveillant de ces tableaux.

Sakuma Osamu, Portrait de Seiko

Sakuma Osamu, Femme nue

Une famille : cinq personnes autour d’une table, immortalisées par Izawa Hiroshi, un agriculteur de Tochigi dont la famille s’était cotisée pour lui permettre d’étudier dans une école d’art de Tokyo. Son frère aîné, qui a conservé cette œuvre, offre quelques précisions : « Nous étions très pauvres ; Hiroshi rêvait de nous voir ainsi, c’est pour cela qu’il a peint ce tableau. Nous étions très fiers de lui. » Hiroshi est tombé au champ d’honneur en Nouvelle-Guinée à l’âge de 26 ans.

Izawa Hiroshi, Une famille

  • [15.08.2017]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone