Série Japan Data
Les lauréats japonais du prix Nobel
[10.12.2014] Autres langues : 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية |

Le prix Nobel de physique 2014 a été décerné aux inventeurs de la diode électroluminescente bleue, Akasaki Isamu (85 ans), professeur à l’Université Meijô à Nagoya, Amano Hiroshi (54 ans), professeur à l’Université de Nagoya et Nakamura Shûji (60 ans, naturalisé américain), professeur à l’Université de Californie. Avec ces trois nouveaux corécipiendaires, le total des Japonais à avoir obtenu le prix Nobel est porté à 22.

Une révolution dans le domaine de la technologie de l’éclairage

Les diodes LED revêtent une grande importance en termes d’économie d’énergie. En effet, ces diodes émettent de la lumière lorsqu’on les soumet à un courant électrique et ce, sans produire de chaleur inutile. Leur invention remonte à 1962, avec la diode rouge du chercheur Nick Holonyak Jr. de la compagnie General Electric. Plus tard, Nishizawa Junichi, professeur à l’Université du Tôhoku, développa les diodes à haute luminosité rouge et verte, ce qui plaça le Japon sur l’avant-scène de la recherche en matière de LED.

Après l’invention de la diode verte/jaune, il ne restait plus qu’à en fabriquer une bleue pour obtenir les trois couleurs primaires nécessaires à la création d’une lumière blanche, mais celle-ci se fit attendre à cause des difficultés à trouver un matériau adéquat. L’invention de la diode bleue a finalement permis d’émettre une lumière de n’importe quelle couleur et élargi l’éventail des applications pour des produits industriels.

Des bases posées par deux professeurs de Nagoya

Akasaki Isamu naît en 1929 à Kagoshima. Après des études de physique à l’Université de Kyoto, il entre chez Matsushita Electric Industrial (aujourd’hui Panasonic) dont il dirigera le centre de recherche fondamentale à Tokyo ; il occupera aussi un poste de professeur à l’Université de Nagoya. Il apportera la base nécessaire à l’élaboration d’un matériau pour la diode bleue avec la cristallisation du nitrure de gallium (GaN).

Amano Hiroshi naît à Shizuoka en 1960. Après des études en ingénierie électronique à l’Université de Nagoya, il entame un doctorat resté inachevé, devient assistant à l’Université de Nagoya puis professeur à l’Université Meijô et effectue des recherches avec Akasaki Isamu.

Une motivation puisée dans la colère

Nakamura Shûji naît à Ehime en 1954. Après un doctorat à l’Université de Tokushima, il entre chez Nichia Corp où il réussit à produire des cristaux de nitrure de gallium (GaN) en grande quantité. Déçu par les conditions de travail des chercheurs au sein des compagnies japonaises, il décide de rejoindre l’Université de Californie. Après avoir quitté Nichia, il poursuit la compagnie, à laquelle il réclame la reconnaissance pour le brevet de sa méthode de production et une rétribution équitable, ce qui lance le débat sur l’appartenance traditionnelle, au Japon, des brevets des inventions aux entreprises et sur les droits des chercheurs.

Nakamura a déclaré dans une conférence de presse après l’annonce de l’attribution du prix : « La colère a été le moteur de tout », exprimant son mécontentement envers les compagnies et la société japonaises.

Le Japon possède désormais 22 lauréats du prix Nobel

Vingt-deux Japonais (incluant les personnes qui ont changé de nationalité) figurent désormais sur la liste des lauréats du prix Nobel, depuis Yukawa Hideki en 1949, distingué en physique. On compte 10 prix Nobel de physique, 7 de chimie, 2 de médecine, 2 de littérature et 1 prix Nobel de la paix.

Année Catégorie Nom et Activité
2012 Médecine et physiologie Yamanaka Shinya
Professeur au Centre de recherche et d’application des cellules iPS (CiRA) de l’Université de Kyoto
Pour le développement de cellules souches pluripotentes induites (iPS) qui peuvent se transformer en cellules de différents organes.
2010 Chimie Negishi Eiichi
Professeur à l’Université Purdue aux États-Unis
Pour les réactions de couplage catalysées par le palladium en synthèse organique.
Suzuki Akira
Professeur émérite de l’Université de Hokkaidō
Pour les réactions de couplage catalysées par le palladium en synthèse organique.
2008 Physique Nambu Yôichirô (de nationalité américaine au moment de l’attribution du prix)
Professeur émérite de l’Université de Chicago aux États-Unis
Pour la découverte du mécanisme de brisure spontanée de symétrie en physique subatomique.
Kobayashi Makoto
Professeur émérite de l’Organisation de recherche sur les accélérateurs de haute énergie
Pour la découverte de l’origine de la brisure de symétrie qui prédit l’existence d’au moins trois familles de quarks dans la nature.
Masukawa Toshihide
Professeur émérite de l’Université de Tokyo
Pour la découverte de l’origine de la brisure de symétrie qui prédit l’existence d’au moins trois familles de quarks dans la nature.
Chimie Shimomura Osamu
Professeur émérite de l’Université de Boston aux États-Unis
Pour la découverte et le développement de la protéine fluorescente verte, la GFP.
2002 Chimie Tanaka Kôichi
Chercheur au Centre de recherche central de Shimadzu Corp.
Pour le développement de méthodes d’identification et d’analyse structurale de macromolécules biologiques.
Physique Koshiba Masatoshi
Professeur émérite de l’Université de Tokyo
Pour la détection des particules neutrinos.
2001 Chimie Noyori Ryôji
Professeur de la faculté des sciences de l’Université de Nagoya
Pour ses travaux sur la chiralité des réactions d’hydrogénation catalysées.
2000 Chimie Shirakawa Hideki
Professeur émérite de l’Université de Tsukuba
Pour la découverte des polymères conducteurs.
1994 Littérature Ôe Kenzaburô
Ecrivain
Pour créer avec une grande force poétique un monde imaginaire où la vie et le mythe se condensent pour former un tableau déroutant de la fragile situation humaine actuelle à travers des œuvres comme « Une affaire personnelle » (1964).
1987 Médecine et physiologie Tonegawa Susumu
Professeur à l’Institut des technologies du Massachussetts aux États-Unis
Pour sa découverte du principe génétique de la génération de la diversité des anticorps. 
1981 Chimie Fukui Kenichi
Professeur à l’Université de Kyoto
Pour ses théories sur les mécanismes des réactions chimiques.
1974 Paix Satô Eisaku
Ancien premier ministre
Pour sa politique pacifiste et opposée à la prolifération nucléaire.
1973 Physique Esaki Reona
Chercheur en chef du Centre de recherche Watson d’IBM aux Etats-Unis
Pour ses découvertes expérimentales de l’effet tunnel de l’électron.
1968 Littérature Kawabata Yasunari
Ecrivain
Pour son œuvre riche en idées et remplie d’esprit de liberté et de recherche de la vérité, qui a réussi à avoir une grande influence sur son époque, avec des œuvres telles que « La danseuse d’Izu » (1927) et « Pays de neige » (1935-1937).
1965 Physique Tomonaga Shinichirô
Professeur à l’Université d’éducation de Tokyo
Pour ses travaux fondamentaux en électrodynamique quantique qui ont permis de formuler la théorie de la normalisation.
1949 Physique Yukawa Hideki
Professeur de la faculté des sciences de l’Université de Tokyo
Pour sa prédiction de l’existence des mésons à partir de travaux théoriques sur les forces nucléaires.

(Photo de titre : De gauche à droite : Amano Hiroshi, Akasaki Isamu et Nakamura Shûji, lauréats du Prix Nobel de Physique 2014. Jiji Press)

  • [10.12.2014]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone