Série Japan Data
Tourisme au Japon : près de 20 millions de visiteurs étrangers en 2015
[03.03.2016] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

Le nombre de voyageurs étrangers au Japon a atteint le chiffre record de 19 740 000 personnes en 2015. L’objectif de 20 millions de visiteurs étrangers a donc presque été atteint, grâce au yen faible et à la stabilisation des relations avec la Chine. Le total des dépenses effectuées par ces visiteurs au cours de leur séjour a également dépassé pour la première fois les 3 000 milliards de yens (estimation).

Pour la première fois, la Chine en tête

Selon l’Agence japonaise du Tourisme, les visiteurs étrangers ayant séjourné au Japon en 2015 a augmenté de 47,1 % par rapport l’année précédente, établissant un nouveau record pour la troisième année consécutive à 19 737 000 personnes. C’est la première fois depuis 1970 et l’Exposition universelle d’Osaka que le nombre de visiteurs entrants est supérieur au nombre de Japonais voyageant à l’étranger, qui, lui, s’est établit l’année dernière à 16 212 100 personnes, soit une baisse de 4 % par rapport à 2014. La balance des paiements dus aux voyages internationaux est d’ores et déjà en excédent de plus de 1 000 milliards de yens pour la période de janvier à novembre 2015.

En termes de provenance des touristes, cette progression s’est effectivement bien équilibrée entre chaque région du monde (d’après le ministère), mais il est à remarquer que l’Asie à elle seule représente 82,9 % des visites, avec 16,37 millions de personnes, dont 14,2 millions en provenance des pays de l’Asie de l’est (soit 71,9 %). En ce qui concerne les pays hors Asie, les États-Unis arrivent à la 5e place avec 1,03 millions de visiteurs. L’Australie arrive à la 7e place, le Royaume-Uni à la 11e, la France à la 13e.

Visiteurs étrangers au Japon par pays ou régions

Pays / région nombre de visiteurs pourcentage
1 Chine 4 993 800 25,3 %
2 Corée du Sud 4 002 100 20,3 %
3 Taïwan 3 677 100 18,6 %
4 Hong Kong 1 524 300 7,7 %
5 États-Unis 1 030 000 5,2 %
6 Thaïlande 796 700 4,0 %
7 Australie 376 200 1,9 %
8 Singapour 308 800 1,6 %
9 Malaisie 305 500 1,5 %
10 Philippines 268 300 1,4 %
11 Royaume-Uni 258 500 1,3 %
12 Canada 231 400 1,2 %
13 France 214 300 1,1 %
14 Vietnam 185 400 0,9 %
15 Allemagne 162 600 0,8 %

Source : Office National du Tourisme Japonais (JNTO)

Les visiteurs étrangers ont dépensé pendant leur séjour au Japon en 2015 un total estimé à 3 477,1 milliards de yens, montrant une croissance encore plus forte que celle du nombre de visiteurs avec 71,5 % en variation annuelle. Cet apport de richesse est un soutien à l’économie japonaise comparable en ordre de grandeur aux exportations japonaises en composants électroniques (3 600 milliards de yens) ou de pièces de voitures automobiles (3 400 milliards de yens), d’après le Nihon Keizai Shimbun.

Les budgets dépensés par les visiteurs étrangers se répartissent en 41,8 % en achats divers (1 453,9 milliards de yens), frais d’hébergement environ 25,8 %, alimentation et boissons environ 18,5 %. Chaque touriste étranger a dépensé en moyenne 176 168 yens, soit une augmentation de 16,5 % par rapport à l’année précédente.

Les dépenses des touristes en provenance des pays les plus proches ont été les plus importantes, puisque les touristes chinois devancent de loin tous les autres avec un total de dépenses de 1 417,4 milliards de yens (40,8 % de l’ensemble ), devant les Taïwanais à 520,7 milliards (15,0 %) puis les Sud-Coréens avec 300,8 milliards (8,7 %).

La faiblesse du yen et la stabilité des relations avec la Chine soufflent dans le bon sens

L’Agence du tourisme identifie la baisse du cours du yen et l’assouplissement significatif des procédures d’obtention de visas de courts séjours, ainsi que la croissance économique des pays asiatiques comme les causes principales de l’augmentation régulière de la demande pour les voyages à l’étranger.

En 2015, l’exemption de la taxe sur la consommation (qui s’applique dorénavant aux produits d’usage quotidien comme l’alimentation et les boissons, en sus des appareils électroniques et de l’habillement) est venue renforcer l’effet de baisse du yen. Avec également le discours du Premier ministre Abe Shinzô en marge des événements du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale qui préoccupaient les pays voisins mais se sont en définitive passées sans aucun problème, la conférence au sommet Japon-Chine a permis des progrès dans l’amélioration des relations entre les deux pays. Tous ces facteurs ont rapidement favorisé l’augmentation du nombre de touristes chinois friants de shopping. La frénésie consommatrice des visiteurs chinois et leur pouvoir d’achat sont tels que le mot bakugai, ou « achat explosif », inventé à l’occasion pour décrire ce phénomène social, a figuré au palmarès des mots-clés de l’année 2015.

De ce fait, le Japon devrait progresser dans le classement des pays les plus visités par les touristes étrangers. Alors qu’il se situait à la 22e place en 2014 (à la 27e en 2013), ses 19,74 millions de visiteurs étrangers en 2015 devraient le faire monter aux environs de la 15e place. L’objectif du gouvernement de 20 millions de visiteurs en 2020 avant les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, a de fait été atteint beaucoup plus tôt que prévu.

L’objectif : devenir le « Pays du tourisme de qualité »

L’amélioration de la qualité de l’accueil est le point sur lequel faire porter les efforts dans l’avenir. Avec l’expansion rapide du nombre de touristes, les villes les plus populaires, Tokyo, Kyoto, et Osaka voient apparaître des soucis de manquent d’offre hôtelière et de personnel de soutien en langues étrangères.

L’autre problème vient de la nécessité, au delà de l’augmentation numérique des visiteurs étrangers, d’enrichir la qualité de l’offre touristique elle-même. Les différents secteurs industriels ont intégré le fait que les visiteurs étrangers consomment, et donc contribuent à soutenir la croissance économique du pays. Une opinion se répand parmi certains acteurs de la filière du tourisme : « Il faut renforcer l’attractivité de la culture japonaise afin d’attirer les classes supérieures aisées dont l’effet économique est le plus important. »

Pour 2016, le gouvernement fait état de différentes causes d’anxiété, en arrière plan desquelles se profile le ralentissement de l’économie chinoise. Il se pourrait que cette année ne réalise pas les mêmes résultats que 2015 en termes de croissance. Mais, de façon générale, l’objectif de dépasser les 20 millions de visiteurs étrangers semble à portée de main. De son côté, Organisation mondiale du Tourisme (OMT) table sur une croissance de 4 % du nombre de touristes pour cette année par rapport à 2015 au niveau mondial. Pour le Japon, qui vise à entrer dans le club des grands pays touristiques, ce chiffre devrait être largement dépassé.

Dans l’avenir, l’objectif est d’étendre l’accueil des touristes européens, américains et d’Asie du Sud-Est, à côté des touristes du monde chinois. Il est également à craindre que le yen se renforce sur le marché des changes. Le chemin pour devenir un grand pays touristique passe donc par l’attrait des « repeaters », les visiteurs qui reviennent, lesquels sont beaucoup moins sujets aux effets des fluctuations monétaires.

(D’après un original en japonais écrit par Miki Kôjirô. Photo de titre : de nombreux touristes étrangers ont été observés devant le palais impérial pour célébrer l’anniversaire de l’Empereur. Tokyo, 23 décembre 2015.)

▼A lire aussi
Le Japon peut-il devenir un grand pays touristique ? Les principales destinations touristiques du Japon Kyoto — un défi international, culturel et touristique
  • [03.03.2016]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone