Série Le b.a.-ba du Japon
Les « family restaurants », à la bonne franquette !
[23.08.2015] Autres langues : ENGLISH | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les family restaurants ou « fami-resu » sont principalement destinés aux parents qui veulent sortir manger avec leurs enfants. Il y en a environ 8 000 à travers tout le Japon. Mais ces restaurants sont aussi pris d’assaut par les visiteurs étrangers, et pour bien des raisons : des prix sympathiques, une ambiance décontractée et des menus très variés.

Pas seulement pour les familles !

Les family restaurants connaissent un grand succès grâce à la variété des plats proposés, et ce à des prix très raisonnables. Comme le nom l’indique, ces restaurants sont conçus pour accueillir des familles dans un cadre convivial et décomplexé. Ces restaurants sont communément appelés fami-resu pour faire plus court.

Les clients de fami-resu dépensent en moyenne entre 500 et 2 000 yens. Des plats goûteux, des restaurants bien éclairés, sûrs et propres, et pour la plupart ouverts 24h/24 : il n’aura pas fallu longtemps pour que les touristes étrangers commencent à s’y aventurer.

Il y a quelque temps, les fami-resu proposaient aussi bien des plats japonais qu’occidentaux ou chinois. Mais la compétition s’intensifiant ces dix dernières années, les chaînes tentèrent de trouver leur propre image en se spécialisant dans un type de cuisine.

Ainsi, la chaîne Saizeriya propose des plats italiens, Bamiyan se spécialise dans la cuisine chinoise, et chez Gusto on peut déguster des plats occidentaux. Il y a aussi Bikkuri Donkey et ses hamburg (steak haché) et le spécialiste du washoku, Aiya. Cette tendance à se spécialiser diversifie l’offre, ce qui est bon pour la clientèle, qui peut se rendre à un restaurant ou un autre selon l’humeur du jour.

Les cartes sont accompagnées de photos.

Une salade pour déjeuner

Grâce aux photos sur les cartes, même en ne parlant pas un mot de japonais, on peut passer une commande juste en pointant du doigt ce que l’on veut manger. Certaines chaînes signalent même le nombre de calories ou la teneur en sel dans leurs menus. De plus en plus de fami-resu installent une zone fumeur séparée, pour répondre à une clientèle soucieuse de sa santé (fumer est autorisé dans les restaurants au Japon, et il n’est pas rare qu’il n’y ait aucune séparation !).

Afin de satisfaire les gourmands, les fami-resu proposent des formules buffets à volonté (pizza, shabu-shabu, gâteaux, salades, etc.). Chaque restaurant propose également une formule petit-déjeuner originale pour se différencier de la concurrence.

Un menu déjeuner : hamburg de tofu, riz avec céréales mixtes, salade au poulet, soupe miso, accompagnement de légumes macérés, et thé vert « genmai cha ».

Un large choix de boissons

Coin des boissons de fami-resu

Les boissons à volonté sans présentes dans tous les fami-resu. Il suffit de se rendre au coin des boissons pour se servir un verre de sa boisson gazeuse préférée, ou découvrir de nouveaux goûts. Les prix varient d’une chaîne à l’autre, mais restent compris entre 200 et 400 yens.

On peut bien sûr se servir cafés et thés en tous genres. On note aussi un récent engouement pour le matcha latte. Les jus de fruits ou de légumes ont également du succès. On peut trouver sur Internet des bons de réduction, qui permettent par exemple d’avoir un rabais lorsqu’on commande des boissons à volonté avec son plat principal ou son dessert.

Glace à l’italienne sur son lit de warabi mochi saupoudré de matcha, coulis de sucre noir.

Le premier fami-resu à voir le jour fut Skylark en 1970, dans la ville de Fuchû, une banlieue de Tokyo. Depuis les fami-resu se sont multipliés surtout dans les banlieues, et beaucoup de chaînes de restaurations se sont intégrées sur le marché. Actuellement, il y en a plus de 8 000 dans toute l’Archipel.

Récemment, les boissons alcoolisées comme le vin et la bière ont fait leur apparition sur les cartes. Certains restaurants proposent, pour satisfaire ceux qui aiment trinquer, des services pratiques : il est par exemple possible de laisser une bouteille non finie de shôchû dans le restaurant et revenir la finir un autre jour. Ainsi, les fami-resu sont devenus un exemple rare dans le monde de bars ouverts 24h/24 !

(Photo de titre : Une des branches de Gusto à Kawasaki. La chaîne est présente dans toutes les 47 préfectures du Japon. Photo de la carte : Ari Helminen)

  • [23.08.2015]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone