Série Le b.a.-ba du Japon
« Gourmet de série B » : des plats abordables et délicieux
[31.05.2015] Autres langues : ENGLISH | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les ramen, le riz au curry et d’autres plats populaires sont parfois regroupés sous une appellation baptisée « gourmet de série B », la gastronomie de série B. Ces mets peu coûteux, malgré une apparence modeste, sont succulents.

« Gourmet de série B » mais pas bas de gamme

Tiré du nom des films de série B américain, le terme « gourmet de série B » fait référence à des plats à bas prix, classiques et populaires. Les exemples les plus connus sont les ramen, les udon, les yakisoba (nouilles sautées), le riz au curry, le hamburger à la japonaise, ainsi que la variété infinie des « donburi », plats composés d’une garniture sur un bol de riz. L’okonomiyaki (des ingrédients variés sautés et cuits dans une pâte) et les takoyaki (morceaux de poulpe dans des boules de pâte), dont les Occidentaux sont friands, font également partie de la famille « gourmet de série B ».

Riz au curry avec tonkatsu (porc pané)

Il existe diverses sortes de ramen : avec un bouillon à base de shôyu (sauce de soja), miso, tonkotsu (os de porc), etc.

Okonomiyaki, l’un des plats à goûter absolument ! (Photo : Jiji Press)

Malgré ce nom évoquant une image subalterne, ces plats ne sont pas pour autant de qualité médiocre. Il est normal d’attendre qu’un plat soit délicieux dans un restaurant luxueux. Avec le slogan « gourmet de série B », apparu dans les années 80, l’objectif est de proposer des plats de qualité, mais à un prix raisonnable.

Depuis leur montée en popularité à cette époque, le terme englobe également l’atmosphère unique des restaurants qui proposent ces mets, et la personnalité attachante de leurs propriétaires.

Les spécialités régionales dynamisent les communautés locales

Une serveuse au stand de Namie yakisoba, spécialité de Namie, dans la préfecture de Fukushima, lors de la 8e édition du B-1 Grand Prix. (Photo : Jiji Press)

Grâce aux ingrédients et condiments locaux, deux plats portant le même nom peuvent avoir une saveur complètement différente en fonction des régions ; la version locale devient parfois la signature du lieu. Depuis les années 2000, de nombreuses campagnes sont menées pour redynamiser les communautés locales et faire la promotion des plats régionaux dans tout le Japon.

Le plus connu de ces événements promotionnels est le « B-1 Grand Prix », dont la première édition a eu lieu à Hachinohe dans la préfecture d’Aomori en 2006 (officiellement, le B signifie ici « brand », marque régionale). Depuis 2010, cette manifestation rassemble chaque année plus de 400 000 participants sur deux jours, avec un record de 610 000 gourmands lors de la 7e édition, organisée à Kitakyûshû dans la préfecture de Fukuoka en 2012.

Les plats régionaux « gourmet de série B » sont une expérience incontournable pour tout touriste digne de ce nom.

(Photo de titre : les nouilles sautées « yakisoba »)

▼A lire aussi
Les Japonais adorent les râmen ! Les « spaghetti à la napolitaine » font bien partie de la culture culinaire japonaise
  • [31.05.2015]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone