Série Le b.a.-ba du Japon
Le café en canette
Le café prêt à boire, une innovation japonaise
[27.11.2016] Autres langues : ENGLISH | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Au Japon, il est possible d’acheter une canette de café dans les nombreux distributeurs automatiques et konbini. Les variétés proposées sont nombreuses et originales.

Le café en canette, aujourd’hui omniprésent dans toute l’Archipel, est apparu pour la première fois en 1965. Le propriétaire d’un café à Hamada dans la préfecture de Shimane, Miura Yoshitake, l’a conçu en s’inspirant des nombreuses usines de conserves alimentaires qui étaient installées dans la région. La première entreprise à produire en masse les kan kôhî, comme on les appelle au Japon, était UCC [EN]. Elle a lancé son tout premier café en canette en 1969, concrétisant l’idée de son président Ueshima Tadao de mettre au point un moyen de transporter aisément une tasse de café.

A lire aussi

La culture liée à la consommation de café dans le Japon d’aujourd’hui

Une boisson pour toutes les occasions

On peut profiter d’une canette de café où que l’on soit.

Au fil des décennies, le Japon s’est découvert une affinité particulière pour cette boisson. Aujourd’hui, il y a un grand nombre de marques et de styles disponibles dans les konbini, les petits magasins de gare, les distributeurs automatiques, etc. En moyenne, un Japonais consomme près de 100 canettes par an, selon un sondage de la All Japan Coffee Association (AJCA) de 2012. Afin de s’adapter au palais des consommateurs, les entreprises de boissons produisent plus de 100 nouvelles variétés chaque année.

Les distributeurs automatiques proposent une grande variété de kan kôhî.

La consommation de café en canette ne cesse de croître d’année en année. D’après une enquête de 2014 menée par Suntory Beverage and Food, le café en canette domine l’industrie, représentant 25 % du café consommé par les personnes qui en boivent plus de cinq fois par semaine. L’enquête a également montré que le kan kôhî se porte toujours bien malgré la nouvelle tendance des machines à café dans les konbini : les ventes de cafés en canette sont deux fois et demie supérieures à celles des cafés fraîchement moulus et infusés.

Les entreprises de boissons lancent régulièrement de nouvelles variétés, comme ce café au matcha (thé vert en poudre) créé par Georgia.

Le café en canette doit sa popularité en grande partie à ses prix très compétitifs. Une canette coûte à peu près la moitié du prix d’une tasse dans un restaurant ou un café. En moyenne, elles sont vendues entre 120 et 150 yens, bien qu’il y en ait des moins chères et aussi des versions gastronomiques plus onéreuses. Parmi les principales marques, on trouve Wonda, Géorgia, Boss, Roots et Fire. Un autre pilier important du succès du kan kôhî est la grande variété proposée. Chaque marque en offre plus de 30 différentes : noir, expresso, caramel, cappuccino, moka, des versions avec peu de sucre, avec des édulcorants, etc.

Les tailles des canettes vont en général de 190 ml à 250 ml. Il existe également des versions de 285 ml et 400 ml avec bouchon revissable.

De nouvelles frontières

Au début, les canettes étaient de petite taille et étaient ouvertes par un anneau, à l’instar des canettes de soda. Cependant, l’introduction de grandes ouvertures et de bouchons à vis a permis aux consommateurs de pleinement profiter de l’arôme du café. Ceci a ouvert la voie aux entreprises pour commercialiser de nouvelles variétés gastronomiques. L’une des plus populaires et celle faite à partir de grains de café expresso spécialement moulus. Selon les chiffres publiés par l’AJCA en 2015, les ventes des cafés en canette traditionnels sont restées stables au cours des dix dernières années, alors que celles des canettes à large ouverture ont été multipliées par cinq. Elles représentent aujourd’hui près de 20 % des ventes totales de café en canettes.

Des cafés en canette gastronomiques à large ouverture (Jiji Press/ Pocca Sapporo Food and Beverage Ltd.)

Des canettes froides pour l’été

Le café glacé est apparu au Japon au cours de l’ère Meiji (1868-1912). Cependant, sans moyen de réfrigération moderne, de nombreux Japonais se sont inspirés d’une technique ancestrale utilisée pour rafraîchir les fruits et les légumes : verser le café dans un bocal en verre et le plonger dans de l’eau fraîche provenant d’un puits. Aujourd’hui, le café glacé est une boisson très consommée au Japon durant les jours d’été torrides et étouffants.

Il suffit de de se rendre au konbini ou au distributeur le plus proche pour apprécier une canette de café, chaud ou froid. La meilleure façon de faire l’expérience de ses multiples charmes est d’en essayer différentes sortes. Une liste des différentes marques et variétés est disponible sur le site internet Kunion.com.

Photos :

Homme à vélo : Danny Choo
Distributeurs automatiques : Andres Sanchez
Café Georgia au matcha : Naohisa Tsuchida

(Photo de titre : publicité pour le café Boss sur un distributeur automatique. Avec l’amabilité de Meredith P. sur Flickr.)

  • [27.11.2016]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone