[Diaporama] Les camions décorés : un art aux brillantes couleurs

Tatsuki Masaru (photo)[Profil]

[26.10.2011] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |
Les camions décorés (decotora) sillonnent les routes du Japon depuis plus de trente ans. Découvrez ces poids lourds éclatants de couleurs et de lumière, et les hommes qui les conduisent.

La fierté des routiers

La culture « deco » ou l’art de personnaliser des objets de la vie courante avec des ornements originaux et branchés est très en vogue au Japon, en particulier chez les jeunes filles. Celles-ci agrémentent volontiers leur téléphone portable, leur appareil photo numérique et leur trousse à crayons de paillettes et de perles de verre ou de cristal, avec une ingéniosité et une imagination étonnantes.

Mais les jeunes Japonaises ne sont pas les seules à chercher à égayer leur vie de tous les jours. Depuis plus de trente ans, les routiers de l’Archipel ont développé une culture « deco » bien à eux appelée decotora ou art des camions décorés. Certains dépensent des trésors d’énergie et de patience pour transformer leurs véhicules en de surprenantes œuvres d’art qui illuminent les routes du Japon et attirent toujours l’attention, partout où elles passent.

L’art des camions décorés est devenu célèbre à partir de la fin des années 1970, grâce à une série de dix films désopilants intitulés Torakku yarô (Les routiers) qui ont été réalisés entre 1975 et 1979 par le cinéaste Suzuki Norifumi pour les studios Tôei. Beaucoup de camionneurs ont suivi l’exemple des deux héros de ces films qui parcourent le Japon à bord d’un énorme poids lourd haut en couleurs. Ils se sont mis à décorer leur propre véhicule avec une profusion d’éclairages et de peintures aux couleurs vives. L’engouement pour l’art des decotora a pris l’ampleur d’un phénomène social.

La plupart des routiers photographiés par Tatsuki Masaru disent que ce sont les films de Suzuki Norifumi qu’ils ont vu dans leur enfance qui leur ont donné l’idée de décorer leur camion. Tatsuki Masaru a photographié les decotora et leurs chauffeurs pendant neuf ans, dans tout le Japon. En 2007, une partie de ses clichés ont été réunis dans un ouvrage intitulé Decotora. Le travail de Tatsuki Masaru est apprécié non seulement au Japon mais aussi à l’étranger. La prestigieuse TAI Gallery de Santa Fe, aux Etats-Unis a fait l’acquisition de plusieurs de ses œuvres.

« Les poids lourds sont de merveilleux sujets de photographie », dit Tatsuki Masaru, « mais je suis tout aussi fasciné par les routiers. Le métier de camionneur est dur et il demande une grande force à la fois physique et mentale. Le décor des camions est aussi le reflet de la personnalité des hommes qui les conduisent et c’est quelque chose que je voulais montrer dans mes photographies. »

Pour les routiers, avoir un camion décoré est une source de fierté. Mais c’est une passion qui leur coûte cher. En plus des quelque 10 millions de yens qu’ils doivent débourser pour l’achat d’un poids lourd, beaucoup de camionneurs n’hésitent pas à consacrer la même somme — et certains plus de 20 millions de yens — en éclairage et autres décorations. Pour ces hommes, l’art fascinant des camions décorés est le moyen idéal pour afficher de façon éclatante la fierté qu’ils éprouvent vis-à-vis du métier qu’ils exercent.

  • [26.10.2011]

Né en 1974. Photographie les camions décorés japonais et leurs chauffeurs depuis 1998. Ses œuvres ont fait l’objet de divers ouvrages dont un recueil de photos intitulé Dekotora, paru en 2007, et Tôhoku, un livre de photos illustrant les forces secrètes de cette région du Japon, publié en 2011.

Articles liés