[Diaporama] Quatre saisons au sanctuaire d’Ise

Nakano Haruo (photo)[Profil]

[01.01.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |
Le grand sanctuaire d’Ise, qui vient, comme tous les 20 ans, d’achever cette année 2013 son Shikinen Sengû (sa « translation périodique ») afin d’être reconstruit, est de nouveau tout neuf. Un photographe, qui est né et a grandi à Ise, en a capturé les grandioses expressions des quatre saisons.

Le sanctuaire d’Ise accueille la nouvelle année

Le sanctuaire d’Ise (Ise Jingû) est le sanctuaire qui symbolise le mieux le Japon. Afin d’honorer la pureté toujours fraîche de la divinité qu’il abrite, le pavillon principal est reconstruit à neuf tous les 20 ans. Cet événement considérable est appelé sengû (la « translation [de la divinité] »). En effet, pendant toute la durée des travaux, la divinité est transférée en un autre lieu, puis retrouve son sanctuaire neuf à l’issue de la reconstruction. C’est ce rite qui a été effectué en octobre 2013. Le sanctuaire est alors encore plus splendide qu’avant. Fouler le tapis de gravier rond du chemin qui mène au sanctuaire dans les premiers jours de l’année permet d’aborder la nouvelle année avec un cœur neuf.

Je suis né dans la famille d’un marchand de poisson frais chargé des offrandes au sanctuaire d’Ise. J’ai passé toute mon enfance au rythme des saisons, à l’ombre de l’enceinte sacrée. J’ai poursuivi la silhouette des zostérops jouant parmi les fleurs de cerisiers au printemps, j’ai ressenti la joie de la végétation accueillant une pluie d’été, j’ai admiré extasié les rayons du soleil à travers les feuilles rouges de l’automne, je suis resté ébahi devant la rare vision du sanctuaire couvert de neige en hiver. Dans le jardin où habite la divinité, les plaisirs sont innombrables.

L’un de mes paysages préférés est celui de la rivière Isuzu. Au fil des saisons, elle coule toujours avec la même fraîcheur et la même sérénité. Elle est vraiment à l’image du temps éternel qui s’écoule dans le sanctuaire. La rivière se déverse dans la mer de Shima et monte au ciel, avant de retomber en pluie charitable sur la forêt du sanctuaire, et ainsi de favoriser la fertilité des récoltes.

Voici le paysage originel du Japon, au sein de la nature.

DIAPORAMA

Photo 1: 1er janvier, premier lever de soleil de l’année. Les visiteurs joignent les mains.

Photo 2: 7 janvier, cérémonie d’anniversaire du décès de l’empereur Shôwa. On prie dans la direction du Palais Impérial. Le prêtre shintô tient à la main une branche sacrée de sakaki.

Photo 3: 9 février, rare paysage de neige sur Ise.

Photo 4: 17 février, rituel de prière pour les récoltes.

Photo 5: 19 mars, arrivée du printemps. Les fleurs de cerisiers s’épanouissent dans l’enceinte du sanctuaire, les zostérops, ou « oiseaux lunettes » s’amusent.

Photo 6: 28 mars, fleurs de cerisier et pont Uji.

Photo 7: 1er avril, dohyô-iri, ou exhibition cérémonielle d’un lutteur de sumo au sanctuaire lors de sa consécration (yokozuna Hakuhô).

Photo 8: 28 avril, festival de Kagura de printemps, un rite artistique consistant en une danse théâtrale accompagnée de la musique.

Photo 9: 5 mai, le cours supérieur de la rivière Isuzu.

Photo 10: 12 mai, repiquage du goryômai, le riz utilisé pour les offrandes au cours des diverses fêtes d’Ise.

Photo 11: 16 mai, les prêtres shintô font chaque matin le tour du sanctuaire.

Photo 12: 16 juin, fête de Tsukinamisai, au cours de laquelle on prie pour la prospérité de la famille impériale et de la nation, pour des récoltes abondantes, pour la paix au sein du peuple.

Photo 13: 17 juin, Tsukinamisai a lieu deux fois par an, en juin et en décembre.

Photo 14: 30 juin, Ôharai, cérémonie de purification des fautes et des souillures des prêtres du sanctuaire.

Photo 15: 1er juillet, Prêtre se dirigeant vers le pavillon du culte.

Photo 16: 11 juillet, un cheval consacré à la divinité s’approche du pavillon principal par les degrés de pierre, les 1er, 11 et 21 de chaque mois. Il s’incline de la même manière que les hommes.

Photo 17: 1er août, comme tous les premiers jours de chaque mois, on va prier au sanctuaire à Ise. Le 1er août, les yukata (kimono d’été) sont nombreux.

Photo 18: 25 août, le pont de Kazahinomiyabashi refait à neuf.

Photo 19: 5 septembre, cérémonie shintô de la moisson du riz.

Photo 20: 5 septembre, un prêtre remercie les épis de riz pour la moisson fructueuse.

Photo 21: 18 septembre, musique Kagura jouée sous la pleine lune d’automne.

Photo 22: 23 septembre, festival de Kagura d’automne.

Photo 23: 16 octobre, rite de Kan’namesai. L’un des rites les plus importants, au cours duquel les premiers épis moissonnés sont offerts à la divinité en action de grâce pour la récolte.

Photo 24: 19 novembre, feuilles d’automne et pont Uji.

Photo 25: 23 novembre, Niinamesai. L’empereur fait l’offrande à la divinité de la nouvelle récolte, avant de manger lui-même le premier riz, rituel de reconnaissance pour la récolte.

Photo 26: 17 décembre, fête de Tsukinamisai

Photo 27: 31 décembre, prière du passage à l’année nouvelle. Le jour du réveillon, les visiteurs sont nombreux à venir prier pour adresser leurs remerciements pour l’année écoulée et prier pour le bonheur de l’année nouvelle.

 

(D’après un texte en japonais de Nakano Haruo ; photographies : Nakano Haruo)

A voir aussi :
[Diaporama] Le sanctuaire d’Izumo, le lieu où se réunissent les dieux

  • [01.01.2014]

Photographe. Né en 1952 à Ise, dans la préfecture de Mie. A passé de longues années à photographier au fil des saisons Ise Jingû et Izumo Taisha, deux des sanctuaires shintô les plus anciens et les plus vénérés du Japon. Ses œuvres ont fait l’objet de nombreux livres, articles de revues et autres expositions.

Articles liés