[Diaporama] Les surprenantes maisons de Tokyo

Jérémie Souteyrat (photo)[Profil]

[14.08.2017] Autres langues : 日本語 |
À travers les rues de Tokyo, le photographe français Jérémie Souteyrat a immortalisé d’étonnantes architectures de maisons individuelles. Son recueil de photos nous offre un univers urbain tout à fait unique en son genre, loin des paysages familiers de la capitale et des standards architecturaux des villes européennes.

C’est en 2005 que j’ai découvert Tokyo pour la première fois. Les cigales, la chaleur et l’humidité de l’été japonais me renvoient chaque année à cette période, où, en toute liberté et pendant un mois, j’ai arpenté la ville et ses environs.

Avec tous les sens constamment stimulés, Tokyo surprend le visiteur étranger par ce contraste permanent, où les immenses tours de Shinjuku entourent les minuscules bars des yokochô (ruelles), quand le vacarme du pachinko côtoie les quartiers résidentiels d’un calme provincial. Résident à Paris à l’époque, la comparaison était inévitable : Paris m’a semblé uniforme et conservatrice, à l’opposé de Tokyo, pleine de surprises et de découvertes. Séduit et attiré par de nouvelles expériences, j’ai alors décidé de m’y installer. Quatre ans plus tard, je quittais Paris et mon métier d’ingénieur pour me consacrer entièrement à la photographie, à Tokyo.

Faire découvrir une atmosphère méconnue de Tokyo

J’ai rapidement eu dans l’idée de développer un projet personnel. Je souhaitais présenter ces quartiers résidentiels que j’aime tant à Tokyo, trop peu connus en occident. En France, l’image de Tokyo est trop souvent associée au carrefour de Shibuya. En réalité, j’ai l’impression de pouvoir évoluer dans une multitude de villages paisibles, constitués essentiellement de maisons individuelles. J’éprouvais également un intérêt grandissant pour l’architecture contemporaine, peu présente en France et extrêmement dynamique à Tokyo. J’ai donc décidé de rassembler ces deux sujets et de photographier les maisons contemporaines des quartiers résidentiels de Tokyo. Mon projet « tokyo no ie » était né.

« BB », Yamagata Architects (photo :15 février 2011)

Des images nées de motivation et de persévérance

Il m’a fallu d’abord choisir les maisons que j’allais photographier. Elles devaient se situer dans la métropole de Tokyo et, pour ne me focaliser que sur les habitations du XXIe siècle, avoir été construites après l’an 2000.

Pour trouver ces maisons, j’ai épluché les magazines d’architecture japonais et les sites web de tous les nouveaux architectes dont j’entendais parler. Elles devaient être surprenantes, de par leur forme ou de part leur relation à leur environnement. La plupart ne pourraient pas être construites à Paris, à cause des normes strictes sur l’aspect des façades. Certaines n’ont pas de fenêtre sur la rue, impensable dans la capitale française. Pour d’autres, le contraste intéressant avec les bâtiments des alentours, ou un environnement pouvant donner lieu à une photo animée (arrêt de bus, école, etc.…) m’intéressaient.

Le paysage urbain de Shinjuku, où les gratte-ciel côtoient les maisons traditionnelles. (10 janvier 2013)

Trouver les adresses n’a pas été une mince affaire. Au début du projet, peu d’architectes m’ont fait confiance ou même daigné répondre à mes demandes, par crainte de dévoiler des informations relatives à la vie privée des propriétaires. J’ai donc passé de longues heures à recouper les plans de masse de magazine d’architecture avec Google maps et des informations glanées sur internet, en japonais. Pour sûr, ce fut la partie la plus difficile du travail.

Mêler photographie de rue et photographie d’architecture

Venant de la photographie documentaire, sous influence des maîtres du reportage et de la photo humaniste, photographier un bâtiment seul m’intéresse peu. J’ai choisi le format horizontal pour y intégrer au maximum l’environnement urbain. En m’éloignant de l’image commerciale de la photographie d’architecture la plus diffusée, j’ai cherché à capturer un portrait des quartiers résidentiels de la ville, en mêlant photographie de rue et photographie d’architecture.

« House in Nakameguro », Yoritaka Hayashi Architects (photo : 21 mars 2013)

Les maisons sont ainsi présentées sans maquillage et paillettes, avec les effets du passage du temps et les différents éléments du quotidien : passants, travailleurs de la rue, voisins, linge, rideaux, poubelles ou voitures garées. L’architecture est pour moi, comme le design, un art à destination de l’homme. L’humain se devait donc d’avoir une place, plus ou moins importante, sur toutes les images de cette série.

Ce travail a fait l’objet d’un livre publié en France en 2014 (Éditions du Lézard Noir) puis dans un autre format au Japon en 2017 (Éditions Seigensha).

(Photos et texte : Jérémie Souteyrat. Photo de titre : Hironaka House in Tokyo conçue par Ken Yokogawa Architect & Associates)

  • [14.08.2017]

Né en France en 1979. Diplômé d’ingénierie en 2001, il s’installe à Tokyo en 2009 en tant que photographe professionnel, et collabore avec de nombreux journaux ou magazines français et étrangers (Le Monde, Elle, The New York Times, The Wall Street Journal, Der Spiegel, etc). Ses photographies recouvrent différents univers, du documentaire au portrait, en passant par l’architecture. En 2014, il publie en France son premier album photo « Tokyo no ie - Maisons de Tokyo » (éditions du Lézard noir). La version japonaise est publiée en 2017 (éditons Seigensha).

Articles liés