[Vidéo] Le shakuhachi de Kominato Akihisa : une musique en phase avec le cosmos

Matsuda Tadao (réalisateur)[Profil]

[28.12.2011] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |
Kominato Akihisa est un jeune virtuose du shakuhachi, la flûte droite japonaise traditionnelle en bambou. Quand il joue de son instrument, il en tire des sons aussi variés et vibrants d’émotion que ceux produits par une voix humaine en train de chanter. En alliant esprit novateur et traditions séculaires, le jeune musicien a réussi à conquérir le public partout où il a joué dans le monde. Dans cette vidéo, Kominato Akihisa retrace l’histoire du shakuhachi, tout en montrant l’étendue des possibilités de l’instrument. Il interprète aussi un morceau avec un accompagnement de piano.


Kominato Akihisa
Né en 1978, dans la préfecture de Fukushima. Fils aîné d’une famille de musiciens spécialisés dans les chants populaires traditionnels japonais (Kominato minyô), Kominato Akihisa a été initié très tôt à l’art de la musique par ses parents et il est monté pour la première fois sur scène à l’âge de cinq ans. En 1995, il a commence à étudier le shakuhachi sous la direction du grand maître Yamaguchi Gorô (1933-1999), nommé « Trésor national vivant » par le gouvernement japonais. En 2001, il a obtenu un diplôme de musique traditionnelle japonaise de l’Université des Arts (Geidai) de Tokyo. C’est un musicien de premier plan qui joue fréquemment à la télévision et à la radio, et participe à des concerts et des manifestations non seulement au Japon mais aussi à l’étranger. Outre la musique traditionnelle japonaise, son répertoire comprend aussi toutes sortes de genres musicaux y compris les ballades populaires, la musique pop et le jazz.

Le son profond, puissant et ample du shakuhachi de Kominato Akihisa relève à la fois de la tradition et de l’innovation.

Si certains accents purs et haut perchés du shakuhachi rappellent par instant ceux d’autres instruments à vent, il en va tout autrement avec la sonorité grave et profonde des notes obtenues par la technique tout à fait particulière du muraiki. Le son du shakuhachi va alors droit au cœur de celui qui l’écoute.

Le shakuhachi a un registre d’une étendue tout à fait remarquable. Grâce à différentes techniques de respiration, le flutiste peut tirer de l’instrument des notes aigues et basses ou un effet de vibrato sans changer la position des doigts.

Le shakuhachi est aussi un instrument qui s’accommode de toutes les situations. Il se prête parfaitement à un accompagnement de piano et ne perd rien de son intense et vibrante sonorité même quand on en joue dans la rue ou au milieu d’un carrefour animé. Du fait de l’étendue de son registre proche de celui de la voix humaine, le shakuhachi peut s’harmoniser avec pratiquement tous les autres instruments. Et quand il est joué en solo, il a le pouvoir de captiver l’auditeur et de toucher son âme avec autant de force qu’un chant à capella.

Beaucoup de Japonais considèrent le shakuhachi comme un instrument un peu vieillot. Mais grâce à son approche révolutionnaire, Kominato Akihisa est en train de changer les mentalités et de rappeler la puissance et le charme envoûtant incomparables de cette flûte en bambou. Les auditeurs non-Japonais qui entendent le son fascinant du shakuhachi pour la première fois devraient se délecter à coup sûr de cette musique d’avant-garde à nulle autre pareille.

Nous espérons que vous apprécierez le merveilleux registre sonore du shakuhachi et que vous suivrez Kominato Akihisa dans sa quête d’une musique en phase avec le cosmos.

Tags :
  • [28.12.2011]

Photographe. Né à Tokyo en 1967. Spécialisé dans les portraits. Beaucoup de ses œuvres ont été publiées dans des revues et des livres. Intéressé par le potentiel créatif des appareils photo reflex numériques compatibles vidéo.

Articles liés

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone