[Vidéo] Miyajima et le sanctuaire d’Itsukushima

Somese Naoto [Profil]

[01.05.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |
Itsukushima, le sanctuaire flottant sur la mer construit par Taira no Kiyomori. Symbole de l’île de Miyajima de la province d’Aki, une des trois vues les plus célèbres du Japon, cet ancien sanctuaire inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco se transforme au gré du flux et du reflux. Nous vous présentons ici ces paysages féériques en images time-lapse.

★Qu’est-ce que la vidéo time-lapse ?
On appelle vidéo time-lapse la restitution d’images mobiles, constituées chacune d’une série d’images fixes enregistrées à des intervalles réguliers. Une seconde de vidéo comprend en principe 30 images et lorsque le réglage est effectué pour que l’obturateur se déclenche une fois toutes les 20 secondes, on peut réaliser une vidéo de 6 secondes avec une heure de prise de vues. Cette technique convient admirablement pour la présentation de paysages ou de situations qui évoluent lentement et nous l’avons employée ici pour le sanctuaire Itsukushima dont la beauté se transforme au gré des marées.


Agrandir le plan

Le nom officiel de l’île de Miyajima de la province d’Aki, célèbre pour être une des trois plus belles vues du Japon, est Itsukushima. Cette île de 30 km de circonférence environ n’est éloignée que de 500 mètres de l’île principale de Honshu dans la partie la plus étroite du détroit de Ōno-Seto de la mer intérieure de Seto. Le nom Itsukushima semble provenir du verbe itsuku, qui signifie se purifier le corps et l’esprit pour se mettre au service de Dieu. L’île d’Itsukishima toute entière, où se dresse le sommet du Mont Misen (535 m), est considérée comme un lieu sacré et elle est vénérée depuis les temps les plus anciens. La construction du sanctuaire d’Itsukushima serait due à l’impératrice Suiko en 593. Et c’est Taira no Kiyomori (1118-1181) qui lui a donné son rang national.

La piété fervente de Taira no Kiyomori

Taira no Kiyomori est le chef du clan des Taira d’Ise (lignée des Kammu Taira ayant pour ancêtre un prince héritier de l’empereur Kammu), devenu le plus puissant des guerriers du Japon après avoir remporté la victoire lors de la rébellion de Hôgen (1156) puis de celle de Heiji (1159).

Pourquoi Kiyomori en est-il venu à vénérer le sanctuaire d’Itsukushima ? D’après les prières bouddhistes contenues dans les rouleaux manuscrits Heike Nôkyô offerts en offrande en 1164 par Kiyomori, c’est parce que ce dernier aurait cru à l’oracle disant qu’un événement faste se produisait à chaque fois qu’un moine bouddhiste allait faire ses dévotions au sanctuaire d’Itsukushima. Comme l’avait prévu le message divin, Kiyomori est non seulement devenu le plus puissant guerrier du pays, mais il a réussi également à s’introduire dans la noblesse. Afin de montrer sa reconnaissance à la divinité d’Itsukushima, Kyomori fait remettre les bâtiments à neuf. C’est alors que se construisent non seulement le bâtiment principal, mais également les édifices auxiliaires du sanctuaire, sous la forme que nous leur connaissons aujourd’hui. Ceci se passe aux alentours de l’année 1166, alors que Kiyomori est au faîte de sa gloire.

La première des raisons pour lesquelles Kiyomori a fait du sanctuaire d’Itsukushima un site aussi immense, c’est probablement parce qu’il voulait en faire le symbole de la puissance des Heike. La seconde de ces raisons, c’est parce qu’il voulait assurer la sécurité du trafic maritime dans la mer intérieure de Seto. 

Le Palais du Dragon

Kiyomori réussit en deux générations, en succédant à son père, à soumettre les pirates de la mer intérieure et il s’assure ainsi la maîtrise des mers. Il a certainement dû vénérer avec ferveur la divinité du sanctuaire d’Itsukushima, protectrice de la sécurité en mer, et prier pour la sécurité des bateaux sillonnant dans ses eaux.

Les édifices du sanctaire ont par la suite été détruits à plusieurs reprises dans des incendies et les principaux bâtiments actuels ont été reconstruits à l’ère Kamakura, à l’ère Muromachi puis à l’ère Edo. Mais ils l’ont été en conservant fondamentalement la forme dans laquelle Kiyomori les avait fait construire. Le grand torii, qui est le symbole du sanctuaire, est le 8ème du genre et il a été construit à l’ère Meiji. 

Les structures du sanctuaire d’Itsukushima sont construites sur la mer. A marée basse, les eaux s’éloignent des édifices sur 150 mètres jusqu’au grand torii et à marée haute, la mer remonte presque jusqu’au même niveau que les couloirs du sanctuaire. On peut découvir, en marchant dans ces couloirs lorsque la marée est montante, les ondulations formées par les rayons du soleil reflétés à la surface de l’eau sur les colonnes et les poutres vermillon du sanctuaire. On croirait être dans un palais au fond de la mer et l’on comprend pourquoi la noblesse de Heian avait surnommé le sanctuaire d’Itsukushima, le Palais du Dragon.

Le clan des Heike a été anéanti quatre ans après la mort de Kiyomori. Mais l’autorité du sanctuaire d’Itsukushima n’a pas été ébranlée. Et les édifices construits par Kiyomori, s’ils ont été reconstruits, gardent encore aujourd’hui toute la majesté de leur apparence. Le sanctuaire Itsukushima est un chef d’œuvre de piété impérissable, qui nous a été légué par Kiyomori, un guerrier incomparable.

(Extrait du texte écrit en japonais par Uchida Kazuhiro) 

  • [01.05.2012]

Photographe. Né en 1964 au Japon, à Yokohama, dans le département de Kanagawa. Diplômé du département de photographie de la Faculté des Arts de l’Université Nihon. Spécialiste des portraits. A travaillé pour de nombreuses revues et participé à la réalisation de recueils de photos. Passionné par la nouvelle technologie des photos immersives à 360°.

website:http://www.naotosomese.com

Articles liés

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone