Dossier spécial De nouveaux horizons pour l’économie japonaise
Le service des eaux de Tokyo à l’assaut de l’international
Le développement international du marché de l’eau vu par Inose Naoki

Inose Naoki [Profil]

[09.07.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les projets d’infrastructure au niveau mondial constituent l’un des moteurs possibles d’une nouvelle croissance économique pour le Japon. Inose Naoki, gouverneur adjoint de la préfecture de Tokyo, mise sur le développement à l’étranger du système d’adduction d’eau de la capitale japonaise. Il évoque pour nous le potentiel de cette activité et les défis à relever.

13 millions d’abonnés, le premier réseau mondial d’adduction d’eau

La consommation d’eau, comme celle d’électricité, enregistre des pics et des accalmies. Il arrive aussi qu’elle évolue à une vitesse foudroyante, sur des laps de temps extrêmement courts. Par exemple, dans la nuit du 29 au 30 janvier 2011, entre minuit et trois heures du matin, à une heure où la consommation décroît habituellement, la distribution dans la préfecture de Tokyo a enregistré de fortes variations. En cause, la retransmission en direct à la télévision du match Japon-Australie en finale de la Coupe d’Asie des nations de football, organisée au Qatar.

Dès le coup d’envoi du match, la demande en eau a fortement baissé. Les nombreuses personnes installées devant leur téléviseur n’avaient ni le temps ni l’envie d’utiliser de l’eau. Cependant, immédiatement après la fin de la première mi-temps, la demande a bondi durant quelques minutes, pour atteindre près de 30 000 mètres cubes par heure. Il n’est guère difficile d’imaginer que les téléspectateurs se sont tous rendus aux toilettes en même temps. Pendant cette rencontre remportée par le Japon au terme des prolongations, un fort pic de demande a été enregistré immédiatement après la deuxième mi-temps, puis un pic plus faible à la fin de la première période de prolongation, et enfin un nouveau fort pic après la fin de la retransmission. Ce dernier est sans doute à attribuer aux téléspectateurs qui ont pris leur bain, satisfaits de l’issue du match, ainsi qu’à ceux qui ont fêté la victoire.

Quoi qu’il en soit, les téléspectateurs qui se sont rendus aux toilettes à la mi-temps ne se sont sans doute pas posé de question, trouvant normal que l’eau jaillisse du robinet. Et pourtant, cela n’a rien d’ « évident ». Si les situations « d’urgence » comme la diffusion d’une compétition internationale de football sont rares, la distribution de l’eau est néanmoins modelée en fonction du rythme de vie des usagers à chaque instant, y compris à la minute présente. Sans une organisation optimale, impossible de garantir que l’eau jaillira du robinet à tout moment.

Le service des eaux de Tokyo dessert quelque 13 millions d’utilisateurs. Il s’agit du plus large service du monde dans une même zone, avec un réseau de canalisations enterrées d’une longueur équivalant à la moitié de la circonférence terrestre. Ce réseau, semblable à celui du système sanguin dans le corps humain, est composé d’artères principales qui se divisent en branches collatérales pour transporter l’eau jusqu’aux plus petits vaisseaux, les tuyaux. Si les pompes ne fonctionnent pas correctement, la distribution n’est pas assurée jusqu’aux extrémités. Inversement, si une pression trop forte est appliquée alors que la demande est faible, des tuyaux risquent d’exploser.

  • [09.07.2012]

Gouverneur adjoint de la préfecture de Tokyo et écrivain. Né en 1946 dans la préfecture de Nagano. Diplômé de la faculté de sciences humaines de l’université du Shinshu en 1970. Obtient en 1975 un diplôme de troisième cycle en études politiques (histoire de la pensée politique japonaise) de la faculté de politique et d’économie de l’université Meiji. Reçoit le prix de l’essai Ôya Sôichi pour Portrait du Mikado en 1987, ainsi que le prix des lecteurs Bungei Shunju pour Etude du Japon en 1996. A partir de 2000, outre son activité d’écrivain, également membre de la Commission gouvernementale de réforme fiscale et de la Commission pour la privatisation des autoroutes sous le gouvernement Koizumi. Gouverneur adjoint de la préfecture de Tokyo depuis juin 2007. Publications récentes : La force de décision (PHP Shinsho, 2012), Le pouvoir des mots – façonner le pays du « point de vue d’un écrivain » (Chûô Kôron Shinsho La Clef, 2011).

Articles liés
Autres articles dans ce dossier

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone