Dossier spécial Bilan provisoire des « Abenomics » : à l’épreuve de la croissance
Le Japon peut-il devenir un grand pays touristique ?

Nagai Tomomi [Profil]

[15.12.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Depuis l’attribution des Jeux Olympiques 2020 à Tokyo, le Japon attend de l’industrie touristique de devenir progressivement l’un des piliers de la stratégie de croissance. Mais avant de parvenir à une augmentation spectaculaire du nombre de touristes étrangers au Japon, ce qui est le but du gouvernement, de nombreux problèmes doivent être résolus d’urgence, tels que celui de l’extension des infrastructures portuaires et aéroportuaires.

Objectif : 30 millions de visiteurs étrangers en 2030

Parmi les stratégies de croissance du gouvernement d’ Abe Shinzô, la série d’initiatives visant à faire du Japon un grand pays touristique semble relativement raisonnable et susceptible de produire des effets. Les raisons sont multiples :

1) Le tourisme est une industrie de croissance au niveau mondial, et les perspectives de développement sont importantes pour le Japon.
2) Le Japon ne cherche à développer cette activité que depuis une dizaine d’années et le potentiel est encore grand.
3) Comparativement à d’autres secteurs, le gouvernement a un rôle actif et direct à jouer, par exemple en mettant en place une politique d’assouplissement des conditions d’attribution de visas, le développement du commerce en détaxe, l’aménagement des ports et aéroports, la promotion du pays auprès des visiteurs étrangers.

En juin 2013, le gouvernement Abe a lancé la Stratégie pour la revitalisation du Japon, avec « Japan is back » pour slogan et s’est donné pour objectif : dépasser les 30 millions de visiteurs étrangers à l’horizon 2030. Puis, en juin 2014, l’objectif est devenu : accueillir 20 millions de touristes étrangers avant 2020.

Le même mois, le Comité interministériel de promotion pour un Japon pays de Tourisme a arrêté un programme d’actions à implémenter pour l’établissement du Japon comme grand pays touristique  (ci-dessous « Programme d’actions 2014 »), composé comme suit : 1) Promouvoir le tourisme à l’horizon des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020 ; 2) Augmenter le flux de touristes qui viennent au Japon ; 3) Faciliter l’entrée des touristes étrangers, par exemple en assouplissant les procédures d’obtention des visas ; 4) Établir des destinations séduisantes pour les voyageurs étrangers ; 5) Mettre en place un environnement propice pour recevoir les touristes étrangers ; 6) Développer la réalisation d’événements attractifs en direction de clients d’affaires étrangers selon une procédure MICE (acronyme désignant un processus de réalisation d’événements établis pour des conférences internationales ou des expositions : Meeting-Incentive-Convention-Event).

Les fondamentaux du tourisme sont dans le vert

Mais avant cela, pourquoi le tourisme aujourd’hui ? Le chiffre de 30 millions de touristes au Japon est-il réaliste ? Comment devient-on un grand pays de tourisme ?

Très longtemps, le tourisme étranger n’a été au Japon qu’une industrie de niche. Ce n’est que depuis 2003, avec la déclaration du Premier ministre de l’époque Koizumi Junichirô « Japon, pays touristique » que le tourisme trouve un intérêt au niveau national.

Plusieurs facteurs rentrent en ligne de compte derrière le fait que le pays entier ait commencé à s’engager dans le développement de son potentiel touristique : 1) Les importantes retombées économiques attendues ; 2) La source de devises étrangères en peu de temps et avec un investissement relativement modeste que représente le tourisme ; 3) Une demande en expansion au niveau mondial grâce à l’augmentation des revenus et de temps de loisir dans les nations nouvellement développées, ainsi que par le développement des transports et la baisse des coûts (cf. fig. 1) ; 4) Des effets bénéfiques de revitalisation économique régionale, entre autres.

Les fondamentaux de l’offre touristique japonaise se sont effectivement grandement améliorés. En 2013 pour la première fois, le cap des 10 millions de visiteurs étrangers a été franchi, avec 10,36 millions de visiteurs (fig. 2). Cela est dû à la conjonction de la croissance économique qu’ont connu les pays voisins, de l’affaiblissement du yen, de l’effort de promotion pour l’accueil des étrangers, de l’augmentation du nombre de fauteuils des compagnies aériennes, et de l’assouplissement des visas d’entrée pour les ressortissants des pays de l’ASEAN. Le nombre de touristes étrangers pour la période de janvier à août 2014 est également encourageant puisqu’il semble montrer une augmentation de 20% par rapport à la même période de l’année précédente.

  • [15.12.2014]

Analyste senior pour Toray Corporate Business Research, Inc. Diplômée de la Faculté des lettres de l’Université de Tokyo en 1986. Après un passage par la section Analyses des Entreprises étrangères pour Yamaichi Research Institute of Securities & Economics, Inc. depuis 1999, elle travaille maintenant pour Toray. Membre du comité de conseil de l’Agence des institutions financières depuis janvier 2005.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Comment relever le taux de croissance tendanciel ?Pour relever le taux de croissance tendanciel du Japon, il faut traduire en actes la troisième flèche des « Abenomics », la stratégie de croissance. Malgré ce nom, elle comporte de nombreuses mesures qui font appel aux entreprises existantes et posent un obstacle pour les nouveaux entrants, avec pour résultat de tirer vers le bas le taux de croissance tendanciel. Le principal problème de cette troisième flèche est qu’elle ne comporte pas de réforme du régime de sécurité sociale. Si les coûts de celui-ci poursuivent leur expansion galopante, l’accumulation du capital stagnera, et le taux de croissance tendanciel redeviendra négatif.
  • Plus d’audace dans les réformes pour faire avancer les « Abenomics »Les marchés financiers ont répondu favorablement à la politique engagée par le Premier ministre Abe Shinzô et les prix des actifs ont augmenté. Mais les salaires réels continuent encore de baisser et il va sans dire qu’une plus grande productivité et des réformes structurelles audacieuses seront essentielles pour parvenir à une véritable reprise.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone