Pourquoi mes romans se passent au Japon à l’époque des Provinces combattantes
David Gil, auteur espagnol du « Guerrier à l’ombre des cerisiers »
[29.09.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

L’écrivain espagnol David Gil a conquis de nombreux lecteurs dès l’annonce de son premier roman, dont l’action se situe au Japon du XIVe siècle pendant la période des Provinces Combattantes (Sengoku jidai). Internet a rendu possible cette aventure basé sur la notion de « distance géographique ».

David B. Gil

David B. GilNé à Cadix en 1979. Diplômé en journalisme de l’Université de Séville, il a ensuite étudié le design multimédia à l'Université Pompeu Fabra de Barcelone, avant d’obtenir un doctorat en gestion de réseau social à l’Université d’Alicante. Éditeur, rédacteur en chef, rédacteur éditorial pour DC Comics Spain, animateur de réseaux sociaux. En 2012, son premier roman Le Guerrier à l’ombre des cerisiers atteignit la sélection finale du Prix Fernando Lara. Prix Hislibris de la révélation jeune auteur en 2015. Son second roman en 2016, Le Fils du Dieu binaire est publié par Penguin-Random House. L’éditeur Suma publiera Le Guerrier à l’ombre des cerisiers en 2017.

——Pourquoi avoir choisi le Japon comme lieu où se déroule votre premier roman ?

DAVID GIL Aujourd’hui, les motifs culturels auxquels se réfèrent les écrivains sont mondiaux. Dans le passé, les auteurs puisaient leur inspiration dans des contextes proches d’eux-mêmes. De nos jours, de nombreux écrivains espagnols commencent à produire des œuvres dans des genres desquels, auparavant, la littérature espagnole était quasiment absente, comme la fantasy ou la science-fiction.

En ce qui me concerne, il y a environ 20 ans, avant que le boom du Japon ne se produise en Europe, j’ai lu les œuvres de Mishima Yukio ou Yoshikawa Eiji. Déjà la culture, la littérature et l’histoire japonaises me plaisaient énormément, bien qu’à l’époque, je n’aie jamais pensé écrire mon premier roman sur la période des Provinces combattantes (Sengoku jidai, 1467-1603). Puis l’idée de l’histoire m’est venue tout naturellement, je n’ai pas l’impression d’avoir fait un choix. Cela peut paraître bizarre, mais pour quelqu’un qui a passé son enfance avec les films de Kurosawa Akira ou Yamada Yôji, ce genre de thème fait partie des références ordinaires.

La charnière entre la fin de la période des Provinces combattantes et le début de l’époque d’Edo (1603-1868) est un moment idéal pour situer un roman. On a des luttes féroces, des guerriers qui rodent partout dans le pays, une agitation sociale et religieuse, des histoires d’amour tragiques, il y a tout ! C’est à se demander pourquoi les écrivains occidentaux n’en avaient pas encore tiré parti.

Du cinéma hollywoodien au manga

——Il est vrai que depuis Shôgun de James Clavell, aucun roman occidental sur un contexte historique japonais ne se démarque vraiment.

GIL Le roman de Clavell est un grand roman, bien que du point de vue des références au contexte historique et aux spécificités du caractère japonais, on peut se poser quelques questions. Il abuse de certains thèmes, et certains personnages du livre se comportent de façon totalement aberrante compte tenu de la façon d’être des Japonais de l’époque. J’étais franchement surpris de trouver au détour d’une page des personnages japonais qui s’embrassent par exemple. C’est a priori impensable au XVIIe siècle.

Aujourd’hui, je pense que l’intérêt de l’Occident pour le Japon est en train de renaître. Après la diffusion du japonisme en Europe au XIXe siècle, pour ainsi dire les seules informations culturelles de référence sur le Japon qui soient parvenues en Occident venaient du cinéma hollywoodien des années 70 et 80. C’étaient le plus souvent des images stéréotypées. Mais, depuis 20 ans, grâce aux manga, à des écrivains comme Murakami Haruki ou à la cuisine japonaise et à d’autres phénomènes culturels, les lecteurs ont commencé à découvrir la délicatesse et la variété de la culture japonaise sur un ton beaucoup plus réaliste.

  • [29.09.2015]
Articles liés
Autres entretiens

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone