Dossier spécial La culture pop nippone se mondialise
La culture « otaku » s’exporte
Les trois grands événements de l’été
[03.10.2011] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

La culture otaku centrée sur les dessins animés japonais (animation) et les jeux vidéos s’étend à l’étranger. A travers les trois grands événements otaku de l’été, à Paris, Nagoya et Tokyo, nous allons voir comment cette pop culture japonaise est en passe de conquérir le monde.

Le mot otaku est apparu au début des années 80. Aujourd’hui, il fait partie du vocabulaire japonais de tous les jours et n’a plus le sens particulier qu’il avait alors, quand il était utilisé pour désigner les monomaniaques introvertis qui ne s’intéressaient qu’aux manga ou encore aux dessins animés japonais. Au départ, le mot otaku, qui est une manière de désigner son interlocuteur en japonais, était utilisé par les passionnés de dessins animés japonais entre eux. Cependant ce mot fut rapidement associé aux jeunes habités par une passion si forte qu’ils sortaient très peu de chez eux (phénomène des hikikomori). Il fut ensuite celui dont on se servait pour nommer les jeunes chez qui on soupçonnait une inaptitude à fonctionner normalement en société.

Aujourd’hui la culture otaku est bien mieux considérée, puisque le gouvernement japonais, notamment le ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie, voit en elle un élément de l’industrie des contenus, qui doit assurer l’avenir du Japon, en d’autres termes un atout dans la compétition internationale. En octobre 2008, Asô Tarô, alors premier ministre, a exprimé son admiration pour les otaku à l’occasion d’un événement organisé à Akihabara à Tokyo.

Un éblouissant festival otaku à Paris

La Japan Expo (Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte, en banlieue parisienne).

La
Japan Expo
, qui a eu lieu chaque année au début de l’été au Parc des expositions de Paris-Nord-Villepinte, en banlieue parisienne, est certainement l’exemple le plus remarquable de l’essor de la culture otaku à l’étranger. La première édition en 1999, organisée par des otaku, n’attira que 3200 visiteurs, mais celle de 2011, qui s’est déroulée du 30 juin au 3 juillet, a rassemblé 192 000 personnes.

C’est dans les années 80 que les chaînes françaises de télévision commencèrent à diffuser des dessins animés japonais. Dire que les Français de moins de quarante ans ont grandi avec eux n’est pas une exagération, et il n’y a rien d’étonnant à ce qu’ils aient ensuite développé un goût pour les mangas japonais. Ce mot est universellement compris en France, qui en est aujourd’hui le deuxième consommateur après le Japon.

Japan Expo, la Mecque des otaku français

Cette manifestation attire des jeunes depuis l’âge du collège jusqu’aux trentenaires, venus de Paris et des alentours, mais aussi de province et de l’étranger. Pour les amateurs de pop culture japonaise, elle constitue une occasion unique de se procurer les dernières nouveautés et produits associés, et de rencontrer et d’échanger avec des gens qui partagent leur passion.

Nous avons demandé à quelques visiteurs la raison pour laquelle ils venaient à Japan Expo. Voici quelques-unes de leurs réponses :

« Parce qu’ici je peux avoir toutes les dernières nouvelles de ce qui se passe au Japon. »

« Parce que j’avais envie de faire du cosplay (mot-valise japonais créé à partir de costume et de play, qui désigne le fait de s’habiller et de se conduire comme un personnage de dessin animé ou de manga). »

« J’adore l’ambiance, tout le monde ici fait ce qu’il aime ! »

« Parce que j’aime la pensée et la vision japonaises du monde. »

« Pour le shopping ! J’ai économisé pendant toute l’année pour venir ici ! »

« Pour voir des groupes de J-pop en live ! »

Toutes ces réponses montrent que cette manifestation est très attendue. Décidément, venir à la Japan Expo est pour les otaku français l’équivalent d’un pèlerinage à La Mecque pour les musulmans.

  • [03.10.2011]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Connaissez-vous la mangaka Anno Moyoco ?Une exposition vient de retracer plus de vingt ans de carrière de la mangaka Anno Moyoco, célèbre pour plusieurs séries telles Hataraki Man ou Sakuran. L’exposition Strip ! s’est terminée le 26 septembre 2016.
  • Wonder Festival 2016 : l’univers des figurinesLe Wonder Festival été 2016, le festival dédié aux figurines « garage kit », s’est de nouveau tenu cette année au parc des expositions de Makuhari Messe.
  • Dragon Quest : une exposition à Tokyo pour les 30 ans de la série de jeux vidéoLa célèbre série de jeux vidéo Dragon Quest est aujourd’hui riche de 10 épisodes différents. Pour célébrer son lancement il y a 30 ans, l’exposition Dragon Quest Museum se déroule actuellement dans le quartier de Shibuya à Tokyo.
  • Le moment est venu pour un nouveau Godzilla japonaisGozilla Resurgence, Shin Gojira dans la version originale, qui est sorti sur les écrans au Japon le 29 juillet dernier, est le premier Godzilla à sortir des studios japonais depuis 12 ans. Qu’est-ce que ce nouveau Godzilla japonais a de particulier à dire au monde ?
  • Babymetal : quand le heavy metal rencontre le kawaiiLe groupe d’idol Babymetal a pris d’assaut la scène mondiale du heavy metal avec un style de musique unique combinant riffs metal classiques et concerts explosifs, et des chansons sur des thèmes girly comme le chocolat. Le guitariste heavy metal de légende Marty Friedman, habitant de longue date du Japon, estime que le trio, qu’on les aime ou les déteste, donne un coup de pied dans la fourmilière du heavy metal.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone