Dossier spécial La culture pop nippone se mondialise
Captain Tsubasa et la culture manga : les raisons d’un succès mondial
Rencontre avec Takahashi Yôichi, auteur de Captain Tsubasa

Iwamoto Yoshihiro [Profil]

[24.10.2011] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Véritable phénomène de société, le manga Captain Tsubasa est tout simplement à l'origine de l'immense popularité du football au Japon et son adaptation en dessin-animé, diffusée dans un grand nombre de pays (dont la France, sous le titre Olive & Tom), a influencé le style de jeu de quantité de champions internationaux. Nous avons interrogé son créateur, Takahashi Yôichi, afin de lui soutirer le secret de la naissance de Tsubasa, ainsi que son analyse du succès durable que rencontre la « pop culture » japonaise à travers le monde.


Takahashi Yôichi
Né le 28 juillet 1960 à Tokyo, Takahashi Yôichi débute sa carrière d’auteur de manga en 1980 avec des récits complets de Captain Tsubasa, publiés par l’hebdomadaire « Weekly Shônen Jump » des éditions Shueisha. L’année suivante, Captain Tsubasa devient un feuilleton, dans le même magazine. Et en 1983, la série d’animation tirée de son œuvre déclenche un engouement inouï des jeunes garçons pour le football. Diffusée ensuite par les chaînes de télévision du monde entier, la série rencontre un fort succès, au point d’influencer de célèbres joueurs étrangers. La publication du manga est toujours en cours et voit grandir son héros, Tsubasa, au fil des années.

Takahashi Yôichi est le créateur du manga Captain Tsubasa, œuvre célèbre dans le monde entier et qui, au Japon, a suscité un intérêt passionnel pour le football, propulsant ainsi avec force le monde du football japonais en avant. Il semblerait même que des internationaux aussi célèbres que Zinedine Zidane, Alessandro Del Piero ou encore Fernando Torres aient adoré Captain Tsubasa dans leur jeunesse, les poussant à perfectionner leur technique ! Plus récemment, Takahashi Yôichi a créé une mascotte, le personnage de footballeuse « Kaede-chan », afin d’encourager Nadeshiko Japan, l’équipe japonaise qui a finalement créé l’exploit en remportant la Coupe du monde de football féminin de 2011, qui s’est tenue en juillet dernier en Allemagne.

Au fil de cet entretien, M. Takahashi – dont les œuvres restent immensément populaires – nous parle de son amour pour le football, partage sa joie suite à la victoire de Nadeshiko Japan au plus haut sommet de la compétition et offre une analyse pertinente des raisons pour lesquelles la « pop culture » japonaise jouit d’une popularité inouïe à travers le monde.

Tsubasa est né durant la Coupe du monde de football en Argentine

—— Pourriez-vous commencer par nous raconter pourquoi vous êtes devenu auteur de manga ?

J’ai toujours aimé dessiner, depuis l’enfance. J’adorais également jouer au base-ball, comme tous les garçons de mon époque, mais en grandissant, j’ai compris qu’il me serait difficile de devenir joueur professionnel. J’ai donc emprunté la voie de mon autre passion et voulu tenter ma chance comme dessinateur. J’aimais lire des manga depuis l’école primaire, où je lisais Kyojin no Hoshi et Ashita no Joe. Au collège, j’ai continué de pratiquer le base-ball et bien entendu j’étais fasciné par les manga sur ce sport, comme Dokaben et Captain, même si j’appréciais aussi énormément les œuvres de Tezuka Osamu et de Fujiko Fujio.

—— Pourquoi avez-vous choisi comme sujet le football et non pas le base-ball, qui à cette époque connaissait l’apogée de son succès ?

C’est en regardant à la télévision la Coupe du monde de 1978, qui se déroulait en Argentine, que je me suis dit : « Ah, le football est un sport passionnant ! ». J’étais alors en dernière année de lycée et en faisant des recherches, j’ai découvert qu’il s’agissait du sport le plus populaire d’Europe, avec un nombre écrasant de pratiquants à tous les niveaux. Puis je me suis rendu compte que c’était tout simplement le sport le plus populaire au monde ! Pour tout vous avouer, quand j’ai commencé à dessiner Captain Tsubasa, j’avais également en tête un projet traitant du base-ball. Mais il y en avait déjà tellement que j’ai préféré tenter l’aventure d’un manga autour du football, qui n’était pas du tout exploité à cette époque.

—— Au début de la publication de Captain Tsubasa, peu de Japonais devaient avoir conscience de la notoriété du football à l’échelle mondiale, n’est-ce pas ?

Tout à fait. Quand j’ai débuté la série, l’expression « Coupe du monde » était totalement inconnue. Mon manga devait donc fournir toutes les explications nécessaires : quel était son déroulement, le fait qu’elle n’avait lieu que tous les quatre ans, qu’il s’agissait de la compétition sportive la plus importante du monde, etc.

—— Série d’une longévité exceptionnelle, Captain Tsubasa a fêté ses trente ans l’année dernière. Entre-temps, le football japonais a fait des progrès considérables. Des aficionados mais aussi des professionnels affirment que la donne aurait été différente sans votre manga. Que vous inspirent ces commentaires élogieux ?

Je pense que ces progrès sont dus au charme propre à ce sport plus qu’à l’influence de Captain Tsubasa. Mais je suis sincèrement heureux que tant de gens apprécient mon œuvre et d’avoir apporté, dans la mesure de mes moyens, mon soutien au développement du football au Japon.

Le 17 juillet 2011, à la veille de la finale de la Coupe du monde de football féminin, Takahashi Yôichi est venu encourager l’équipe japonaise « Nadeshiko Japan ». À droite de l’auteur : le capitaine Sawa Homare, honoré des titres de meilleure joueuse et de meilleur buteuse du tournoi. Photo : World Soccer King / CHIBA Itaru

Tags :
  • [24.10.2011]

Né à Tokyo en 1972. Rédacteur et commentateur de matchs de football, Iwamoto Yoshihiro est par ailleurs président de la société From One K.K. Après avoir exercé en la qualité de rédacteur dans divers domaines, il a notamment occupé les postes de rédacteur en chef et directeur de la rédaction des magazines « World Soccer King », « J-league Soccer King » et de l'édition japonaise de la revue officielle de l'UEFA, « UEFA Champion League - Official Magazine ». Iwamoto Yoshihiro commente régulièrement en direct, notamment sur Sky Perfect TV!, principalement pour des matchs de première division italienne.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Connaissez-vous la mangaka Anno Moyoco ?Une exposition vient de retracer plus de vingt ans de carrière de la mangaka Anno Moyoco, célèbre pour plusieurs séries telles Hataraki Man ou Sakuran. L’exposition Strip ! s’est terminée le 26 septembre 2016.
  • Wonder Festival 2016 : l’univers des figurinesLe Wonder Festival été 2016, le festival dédié aux figurines « garage kit », s’est de nouveau tenu cette année au parc des expositions de Makuhari Messe.
  • Dragon Quest : une exposition à Tokyo pour les 30 ans de la série de jeux vidéoLa célèbre série de jeux vidéo Dragon Quest est aujourd’hui riche de 10 épisodes différents. Pour célébrer son lancement il y a 30 ans, l’exposition Dragon Quest Museum se déroule actuellement dans le quartier de Shibuya à Tokyo.
  • Le moment est venu pour un nouveau Godzilla japonaisGozilla Resurgence, Shin Gojira dans la version originale, qui est sorti sur les écrans au Japon le 29 juillet dernier, est le premier Godzilla à sortir des studios japonais depuis 12 ans. Qu’est-ce que ce nouveau Godzilla japonais a de particulier à dire au monde ?
  • Babymetal : quand le heavy metal rencontre le kawaiiLe groupe d’idol Babymetal a pris d’assaut la scène mondiale du heavy metal avec un style de musique unique combinant riffs metal classiques et concerts explosifs, et des chansons sur des thèmes girly comme le chocolat. Le guitariste heavy metal de légende Marty Friedman, habitant de longue date du Japon, estime que le trio, qu’on les aime ou les déteste, donne un coup de pied dans la fourmilière du heavy metal.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone