Dossier spécial La culture pop nippone se mondialise
Wonder Festival 2016 : l’univers des figurines
[02.09.2016] Autres langues : 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le Wonder Festival été 2016, le festival dédié aux figurines « garage kit », s’est de nouveau tenu cette année au parc des expositions de Makuhari Messe.

Le 24 juillet 2016, se tenait le Wonder Festival été 2016, à Makuhari Messe, le parc des expositions géant de la banlieue de Tokyo.

Le Wonder Festival est la plus grande foire commerciale de figurines au Japon. Il se tient deux fois par an, en été et en hiver. Plus de 1 800 exposants, individuels et fabricants, y ont participé et présenté leurs nouveautés à un total de plus de 52 000 visiteurs.

Tous les fans de garage kit ont investi les halls 1 à 8 du parc des expositions de Makuhari Messe.

On crée ce qu’on veut

Le Wonder Festival est organisé par Kaiyôdô, le grand producteur et distributeur de figurines et modèles réduits. L’entreprise a démarré comme magasin de maquettes, avant de lancer une ligne de garage kit dans les années 80. Le concept est parti de la constatation que dans bien des cas, les fabricants ne créaient pas la figurine dont rêvaient les collectionneurs. Cet esprit préside toujours au développement du marché du garage kit, et aujourd’hui, les créateurs amateurs sont tellement nombreux qu’un événement comme le Wonder Festival s’imposait.

Stand Kaiyôdô. « Ultraman » sort bientôt. La finesse des détails est incroyable, comme si une vraie personne était à l’intérieur !

Un garage kit, c’est une figurine à assembler soi-même d’un personnage d’anime, de manga ou de jeu vidéo, produite en série limitée et destinée aux fans les plus accros. L’objet est en résine, faite de deux composants injectés dans un moule de silicone qui durcissent au mélange.

Dans le principe, les personnages d’anime, manga, ou de jeu vidéo sont des créations en deux dimensions, sans épaisseur. Pour créer le personnage en trois dimensions, il est nécessaire d’inventer de toute pièce une cohérence entre les dimensions.

Un nombre impressionnant de figurines réunies dans un hall

Le lieu d’exposition s’étend sur trois énormes espaces d’exposition, le plus grand étant réservé aux exposants revendeurs ou concessionnaires amateurs. C’est là que se trouve le cœur du Wonder Festival. En effet, si certaines figurines exposées présentent indéniablement un style très amateur, d’autres, réalisées par des non-professionnels, pourraient en remontrer aux meilleurs maîtres. Les figurines « moe » ou « meka-festish » destinées plus ou moins clairement aux garçons sont loin de constituer l’exclusivité des modèles exposés. Les figurines de beaux gosses et jolis garçons sont également très nombreuses, et on voit beaucoup de filles les couver du regard avec intérêt.

Buste du Caporal-chef Livaï, de L’Attaque des Titans. Les filles l’adorent.

Les figurines ne sont pas les seuls objets présentés. Récemment, les « dolls » aussi font l’objet d’une grande attention de la part des visiteurs. Une « doll » est une figurine constituée d’un corps standard sur lequel est dessiné un visage, et que l’on décore à son goût, comme on le ferait pour vêtir une poupée avec différentes tenues. Qui dit poupées à habiller dit poupées de type Barbie ou Licca-chan, traditionnellement destinées aux filles, bien que récemment elles soient surtout populaires auprès des garçons. Les parties de corps standard à assembler pour créer sa figurine originale a également beaucoup de succès.

Le deuxième plus grand espace d’exposition est celui où sont rassemblés les fabricants. Depuis que les entreprises vendent aussi des figurines créées par des « maîtres sculpteurs » (comme sont appelés les artisans qui réalisent les prototypes avant réalisation des moules à résine) issus de la pratique amateur, les amateurs qui souhaitent prendre exemple ou qui cherchent des références pour avancer dans leur propre pratique forment de longues queues. Certaines figurines en pré-sortie commerciale, et même des figurines en édition limitée Wonder Festival sont également présentées.

L’une des figurines les plus populaires cette année est Kashima, personnage du jeu en réseau Kantai Collection, ou KanColle en abrégé, dans lequel des vaisseaux de guerre ayant réellement existés sont anthropomorphisés et représentés par des jeunes filles.

Le dernier espace d’exposition est réservé aux adultes de plus de 18 ans. La communauté des fans a spontanément pris la décision de réguler l’entrée à cet espace depuis 2009, afin de « préserver la pudeur des figurines nues ou à moitié nues » qui s’y exposent. Les contrôles sont sévères : ayant moi-même oublié de me munir de ma carte d’identité, et bien qu’ayant passé l’âge que l’on me confonde avec un mineur, je n’ai pas pu entrer. Je n’ai donc pas pu vérifier ce qu’il y avait à l’intérieur…

  • [02.09.2016]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Connaissez-vous la mangaka Anno Moyoco ?Une exposition vient de retracer plus de vingt ans de carrière de la mangaka Anno Moyoco, célèbre pour plusieurs séries telles Hataraki Man ou Sakuran. L’exposition Strip ! s’est terminée le 26 septembre 2016.
  • Dragon Quest : une exposition à Tokyo pour les 30 ans de la série de jeux vidéoLa célèbre série de jeux vidéo Dragon Quest est aujourd’hui riche de 10 épisodes différents. Pour célébrer son lancement il y a 30 ans, l’exposition Dragon Quest Museum se déroule actuellement dans le quartier de Shibuya à Tokyo.
  • Le moment est venu pour un nouveau Godzilla japonaisGozilla Resurgence, Shin Gojira dans la version originale, qui est sorti sur les écrans au Japon le 29 juillet dernier, est le premier Godzilla à sortir des studios japonais depuis 12 ans. Qu’est-ce que ce nouveau Godzilla japonais a de particulier à dire au monde ?
  • Babymetal : quand le heavy metal rencontre le kawaiiLe groupe d’idol Babymetal a pris d’assaut la scène mondiale du heavy metal avec un style de musique unique combinant riffs metal classiques et concerts explosifs, et des chansons sur des thèmes girly comme le chocolat. Le guitariste heavy metal de légende Marty Friedman, habitant de longue date du Japon, estime que le trio, qu’on les aime ou les déteste, donne un coup de pied dans la fourmilière du heavy metal.
  • La ville manga qui abrite les esprits japonaisMizuki Shigeru, décédé en novembre 2015, est connu pour l’extraordinaire quantité des yôkai (esprits naturels) qui hantent ses mangas. Les statues à leur effigie et autres attractions sur ce thème attirent aujourd’hui les touristes vers Sakaiminato, dans la préfecture de Tottori, ville natale de Mizuki.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone