Dossier spécial Bentô : un régal pour les yeux et pour le palais
Le Français qui transmet au monde le plaisir du bentô
Thomas Bertrand et le succès de sa boutique de boîtes à bentô à Kyoto
[28.08.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le bentô-bako, une petite boîte à repas remplie de bonnes choses de toutes les couleurs. Un Français installé à Kyôto, Thomas Bertrand, a ouvert une boutique de boîtes à bentô pour transmettre la culture de ce petit objet qui se développe incroyablement aussi bien au Japon que dans le monde entier.

Thomas Bertrand

Thomas BertrandPrésident de la BERTRAND K.K. Il étudie à l’Université de Kyoto en 2003. En 2008, il ouvre une boutique de boites à bentô en ligne : « Bento & co ». Une vraie boutique, Bento & co Kyoto, voit le jour en 2012 dans l’arrondissement de Nakagyo à Kyoto. Plus récemment, il lance une nouvelle société, « Ship & co », pour faciliter les expéditions vers l’étranger.

L’attrait de la culture japonaise l’a conduit à Kyoto

Pendant son enfance dans les années 1980, Thomas Bertrand a beaucoup regardé les dessins animés japonais, comme Dragon Ball ou Captain Tsubasa (Olive et Tom). « Ce que l’on voyait du Japon dans les dessins animés était totalement différent de la France et ça m’a donné l’envie d’y aller un jour ». Il exauce son rêve en 2002. Il voyage : Tokyo, Nara, Kyoto, Hiroshima. Il est surtout impressionné par Kyoto : « Une métropole, mais qui ne donne pas l’impression d’être complétement démesurée ». En 2003, il étudie à l’Université de Kyoto, et à la fin de ses études, il obtient un visa vacances-travail et reste à Kyoto.

« À cette époque, j’écrivais quotidiennement un blog en français sur la vie à Kyoto. Environ 800 personnes par jour venaient le consulter, et certains lecteurs voulaient aussi me poser des questions quand ils passaient au Japon. Ces rencontres et le réseau que cela m’a permis de créer à l’époque ont joué un rôle important dans le travail que j’exerce aujourd’hui. »

La boutique, ouverte en 2012

Le mot de sa mère a été décisif

À côté de son blog, Thomas a alors l’idée de créer une boutique en ligne. À ce moment, sa mère, en France, lui dit : « Des magazines français ont parlé de recettes pour bentô, c’est passionnant ! » Il sent alors que « ça va faire vendre ! » La boutique en ligne est opérationnelle en moins d’un mois.

« De nombreuses mères en France aussi, voudraient donner à leurs enfants des plats sains et joliment faits maison. Mais en France, il n’y avait pas de boutiques qui vendaient des boîtes repas comme les bentô-bako du Japon. C’est ce qui m’a donné à penser qu’ouvrir une boutique en ligne allait sûrement marcher. »

L’existence de cette boutique en ligne se répand par le bouche à oreille grâce aux lecteurs du blog, et les fans se multiplient en un clin d’œil. Pour Thomas, ce n’était plus une intuition, c’était une certitude.

Les couvercles aux ravissants motifs des tissus traditionnels de kimono de la série « Nishijin Bentô ». À deux étages, pour une capacité totale de 950 ml, c’est un produit original Bento & co.

  • [28.08.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Bentô sous les cerisiers en fleursQui dit printemps au Japon, dit évidemment o-hanami, le banquet pique-nique, en famille ou entre amis, sous les cerisiers en fleurs. Et un pique-nique sous les cerisiers en fleurs, ça n’est pas ça sans un hanami-bentô, une boîte-repas préparée pour l’occasion.
  • Des bentô à montrerLe bentô est un élément à part entière de la culture culinaire japonaise. De nombreuses personnes montrent, sur leur blog, les différents bentô qu’elles confectionnent chaque jour. Les « bentô-blogueurs » les plus suivis se sont confiés à nous.
  • Des bentô à préparer vous-mêmeLes bentô font partie de l’alimentation quotidienne de millions d’étudiants et de travailleurs japonais. Les méthodes et les ustensiles utilisés pour les préparer ont donné naissance à une véritable industrie. Nous vous proposons de découvrir quelques ingrédients originaux et des ustensiles spécialement conçus pour faire de vos bentô une réussite.
  • Les cantines scolaires japonaises : former le goût des nouvelles générationsLes cantines scolaires japonaises n’ont pas pour seule ambition de servir aux enfants des repas nourrissants et appétissants ; elles s’efforcent aussi de développer chez les jeunes des habitudes alimentaires saines dont ils profiteront toute leur vie. Un rédacteur américain de nippon.com a rendu visite à l’école primaire Hirayama de Hino, dans la banlieue ouest de Tokyo, pour en savoir plus sur les repas servis dans les cantines scolaires japonaises.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone