Dossier spécial nippon x fashion 2012
Kôenji Kitakore : un tremplin pour la mode innovatrice à Tokyo
[28.03.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

Kōenji, un quartier résidentiel situé à l'ouest du centre de Tokyo, est aussi connu pour ses boutiques de vêtements vintage. Sur sa principale rue commerçante se trouve un bâtiment aux couleurs inattendues, le complexe Kitakore, qui attire l'attention internationale dans les milieux de la mode.

La mode japonaise ne vient pas seulement de Harajuku et Shibuya.

A six minutes de train de la gare de Shinjuku sur la ligne JR Chūō, le quartier commerçant de Kōenji est recherché par les jeunes. C’est ici qu’est situé le complexe Kitakore, un endroit qui attire actuellement l’attention dans le monde de la mode.

Une grande affiche peinte à la main fait comprendre au visiteur qu’il a trouvé Kitakore, une structure qui comporte un rez-de-chaussée et un étage mais ne semble avoir ni véritable début ni fin. Le bâtiment qui se trouvait là à l’origine a été agrandi au fur et à mesure des besoins, d’où sa forme bizarrement irrégulière. Un panneau sur un de ses coins fait de la publicité pour un bar de nuit du quartier. Nous avons demandé à Gotō Yoshimitsu, le propriétaire de Hayatochiri, un commerce du rez-de-chaussée, de nous parler de cette étrange construction qui ressemble plus à une planque qu’à un centre commercial.


Pour une vue immersive des boutiques (lien) →【360° Panorama】Kōenji’s Kitakore Building (EN)

Un goût prononcé pour la transformation

Hayatochiri
Addresse : 1F, Kitakore Building, 3-4-11 Kōenjikita, Suginami-ku, Tokyo / tél : 090.7818.3729
Horaires d’ouverture :
lundi-vendredi : 15h à 23h
samedi, dimanche et férié : 13h à 23h

« Ici, il y a actuellement quatre autres magasins de vêtements, en plus du mien. Il s’agit de Southpaw, Garter, Secret Dog, et ilil. A première vue, le complexe donne l’impression que les boutiques qui le composent sont séparées les unes des autres, mais en réalité, elles sont toutes connectées, divisées seulement par de minces séparations intérieures. »

Avant de s’installer ici, Gotō travaillait dans une boutique de vêtements vintage du quartier. Il a déniché ce bâtiment, qui abritait alors une galerie, il y a trois ans, et il a ouvert Hayatochiri après s’être chargé lui-même de la transformation de l’espace. Il explique que la structure originelle qui date d’avant-guerre n’est pas en très bon état, et c’est précisément ce qui lui plaît.

« Le propriétaire m’a dit que je pouvais faire ce que je voulais de l’espace qu’il me loue, étant donné que le bâtiment est vieux, et je n’ai pas eu beaucoup de mal à en faire quelque chose que j’aime. Les immeubles où on peut abattre un mur comme bon vous semble ne sont pas si nombreux », commente Gotō avec un sourire.

Gotō Yoshimitsu, propriétaire de Hayatochiri

Hayatochiri offre avant tout des articles transformés, parce que c’est ce que Gōto sait le mieux faire. Il a peint le plancher en rose, et couvert les murs de pages d’albums de BD trouvés dans les rayons à 100 yens des bouquinistes.

La fantaisie du décor se retrouve dans les objets qu’il vend : les rayons sont pleins d’articles uniques, créés en adaptant à un usage autre que celui prévu à l’origine différents éléments, comme une veste fabriquée à partir de sets en vinyl en forme de lettres. On y trouve aussi des objets d’art produits par des artistes de sa connaissance et une grande variété de produits assez kitsch. L’ambiance unique de Kitakore doit beaucoup à Hayatochiri, un magasin où l’originalité abonde, à la présence fraîche et dynamique.

Cathy, gérante de Southpaw

Southpaw
Addresse : 2F, Kitakore Building, 3-4-11 Kōenjikita, Suginami-ku, Tokyo / tél : 03.3337.9401
Horaire d’ouverture : 13h à 22h (tous les jours)

Un ensemble de personnalités riches qui se stimulent les unes les autres

Kai, propriétaire de Secret Dog

Secret Dog
Addresse : 3-4-13 Kōenjikita, Suginami-ku, Tokyo
Horaire d’ouverture : 13h à 21h (tous les jours)

Après Hayatochiri, les boutiques Southpaw (l’ancien Nincompoop Compacity), Garter et Secret Dog se sont installées dans Kitakore, en répondant à l’appel de Gōto, leur ami. Kitakore a pris son aspect actuel en mars 2011 quand ilil a décidé d’ouvrir sept jours sur sept au lieu d’accueillir les clients exclusivement le week-end. Avant la transformation de Kitakore, l’espace qu’occupe actuellement Southpaw abritait un traiteur spécialisé dans le riz au curry, celui d’ilil, une salle de bain. Quant à Garter et Secret Dog, ils partagent un ancien local à ordures ! Tout cela pour dire qu’autrefois, on ne venait pas ici pour faire du shopping.

Le loyer modique n’est pas la seule raison qui a poussé les propriétaires de ces boutiques à s’installer ici. La liberté d’utiliser l’espace comme ils l’entendaient comptait bien plus à leurs yeux. « Le plus séduisant ici était que ni le bâtiment ni les magasins n’étaient complètement terminés. Nous continuons d’ailleurs à faire des modifications, petit à petit, ici et là », explique Kai, qui tient Secret Dog.

L’aspect de chacune de ces boutiques est différent, et c’est ce qui fait qu’ensemble elles sont encore plus originales. Si Hayatochiri est un endroit plutôt kitsch, Garter a une image épurée, avec ses miroirs suspendus dans un espace entièrement blanc. Le design pointu, monochrome de Secret Dog fait contraste avec le décor coloré, pop, d’ilil. Southpaw, qui a pour ambition de montrer les mécanismes du cerveau d’une personne utilisant l’hémisphère gauche, est un monde chic qui cependant a un aspect qui fait venir à l’esprit le mot miasme. Chacune de ces boutique offre sa propre ligne de produits différente de ce que l’autre présente, et le seul fil commun est qu’elles présentent toutes des vêtements vintage transformés.

Rachel, propriétaire d’ilil

« L’intéressant ici, c’est que chaque boutique retravaille les vêtements dans un style qui lui est propre. A Kitakore, il y a beaucoup de choses qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs, et c’est ce qui fait que les gens aiment venir ici » explique Cathy, la gérante de Southpaw. « Chacun ici fait ce qu’il aime, et cela nous procure mutuellement beaucoup d’énergie. Nous sommes en permanence stimulés par les créations des autres boutiques. L’idée de pouvoir réaliser ici ce que j’ai envie de faire, dans une atmosphère qui me donne le sentiment que tout est possible, m’enthousiasme ! » s’exclame Rachel, la propriétaire d’ilil.

ilil
Addresse : 2F Garter, 3-4-13 Kōenjikita, Suginami-ku, Tokyo
Horaire d’ouverture : 13h à 21h (tous les jours)

Lady Gaga adore

Ebata Kōshirō, propriétaire de Garter

Garter
Addresse : Kitakore Building 104 / tél : 03.5356.9296
Horaire d’ouverture : 13h à 21h

Kitakore mélange une variété de styles très individuels. De l’avis de Gōto, cette indépendance n’est possible qu’à Kōenji.

« Les tendances n’exercent aucune influence chez nous. Il y beaucoup de magasins originaux, uniques, ici, et cela est en partie dû au fait qu’ils appartiennent en majorité à des individus, et non à des sociétés. L’ambiance ici est plus détendue qu’à Shibuya ou à Harajuku, et nous avons d’excellents rapports entre voisins, très libres. »

Les contacts avec les habitants du quartiers sont aussi très productifs. Hayatochiri qui réalise les costumes de Dotsuitarunen, un groupe basé à Kōenji, représente Kitakore dans le défilé de mode vintage organisé par la mairie de l’arrondissement de Suginami. La boutique crée aussi des articles originaux pour le festival de Kōenji qui a lieu chaque année en automne. Cette riche individualité attire l’attention non seulement au Japon mais aussi à l’étranger. Inspirées par Kitakore, la marque australienne Di$count et la boutique londonienne Primitive ont collaboré avec les boutiques de Kōenji pour organiser en mars 2011 une exposition d’articles retravaillés, baptisée Three. Le designer Jeremy Scott et l’artiste Pharrell Willimans, qui a sa propre marque de vêtements, aiment tous les deux faire du shopping à Kitakore quand ils sont au Japon. Lady Gaga, une icône mondiale de la mode, a porté des vêtements de Garter et Secret Dog.

L’influence de Kitakore pourrait bientôt s’étendre bien au-delà du monde de la mode tokyoïte. Des propositions d’ouvrir des branches affluent de tout le Japon, ainsi que des demandes d’interviews émanant de médias étrangers. L’idée d’une nouvelle exposition est aussi en train de mûrir.

« Comme le Japon et l’Allemagne ont célébré l’an passé le cent-cinquantième anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques, je réfléchis au projet d’organiser une exposition à Berlin », nous a confié le propriétaire de Garter, Ebata Kōshirō.

Le complexe Kitakore de Kōenji est un lieu de grands contrastes, parce qu’il s’efforce de présenter des produits plus intéressants, plus novateurs. A première vue, ces créations paraissent décontractées, mais les gens qui travaillent là-bas font preuve d’une individualité féroce. Alors que Shibuya et Harajuku, les deux grands centres de la mode à Tokyo, ne cessent d’avancer vers une plus grande homogénéisation par des marques de fast- fashion, des boutiques originales profondément enracinées dans leur communauté comme celles que l’on trouve aujourd’hui à Kōenji pourraient créer la surprise en devenant des acteurs important dans le secteur japonais de la mode.

(D’après un original écrit par Majima Emari. Photographie par Somese Naoto)

  • [28.03.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Ouvrir la mode japonaise au mondeDifficile de résumer la situation actuelle de la mode japonaise en un mot. Nous avons donc réuni trois intervenants impliqués directement dans la mode et les mouvements culturels d’échanger leurs points de vue en toute liberté.
  • Des mannequins qui nous ressemblentMalgré le ralentissement actuel du secteur de l'édition au Japon, un magazine de mode est en plein essor : Popteen, un mensuel « mode de vie » pour jeunes filles tiré à 420 000 exemplaires. Qui sont exactement les « dokumo », les « lectrices mannequins » qui sont devenues la clé de sa popularité ?
  • Harajuku, ne te laisse pas dévorer par la société de consommation !Yonehara Yasumasa est un photographe basé à Harajuku, un haut lieu de la street fashion, qui a su décrire cette mode urbaine grâce à son appareil photo à développement instantané Instax Cheki Mini. Il nous donne son point de vue sur Harajuku, Tokyo, et le Japon à travers le prisme de la mode.
  • Pourquoi j’étudie la mode japonaiseÉloigné de tous les centres internationaux de la mode, le Japon n’en attire pas moins les regards du monde entier. Une éditrice de presse mode américaine, qui a vécu et travaillé une dizaine d’années dans le domaine de la mode au Japon, nous parle de ce qui l’a séduite dans l’originalité de l’esthétique japonaise.
  • Douze jeunes stylistes à l’assaut du mondeAlors que la Fast fashion envahit le monde, quelques stylistes et designers persistent encore et toujours à poursuivre un idéal de création originale. Nous présentons ici douze marques pleines de feu sélectionnées pour leur expressivité du « présent » et du « futur » de la mode japonaise.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone