Dossier spécial La mode nippone passe par les régions
Portez-vous des lunettes qui viennent de Sabaé ?
Des lunettes recherchées dans le monde entier
[18.04.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية |

Les lunettes sont devenues un accessoire de mode indispensable. Savez-vous que Sabaé, une ville de la préfecture de Fukui, dans l'ouest du Japon, est un des trois centres mondiaux de leur fabrication ? Là-bas, un habitant sur six travaille dans le secteur des lunettes. Sabaé est assurément la ville des lunettes. Nous avons voulu comprendre le secret de leur réussite, de cette alliance particulière technique et design.

Les montures en titane sont nées à Sabaé

Sabaé est la seule ville japonaise à pouvoir se targuer d’une tradition lunetière vieille de plus d’un siècle. C’est aussi ici qu’a été mise au point dans les années 80, une première mondiale : les lunettes en titane qui allient légèreté et solidité. Le titane a un autre avantage : il cause très peu d’allergies, et cela explique que les montures en titane se soient ensuite imposées dans le monde entier. Au Japon, Sabaé représente une part écrasante de leur production, 96 %.

La ville compte aujourd’hui 47 fabricants de lunettes, et 500 entreprises qui travaillent dans le même secteur. Un grand nombre de lunetiers de Sabaé se sont lancés sur les marchés internationaux, notamment en participant au MIDO, la plus grande foire internationale du secteur qui se tient en Italie, ou au SILMO, le « Mondial de l’optique », qui a lieu en France, et se sont ainsi développés à l’international. Ils ont formé des designers qui ont su obtenir de nombreuses récompenses à l’étranger, et de nombreuses célébrités étrangères sont aujourd’hui des utilisateurs fidèles de leurs lunettes, comme Sarah Palin, la candidate républicaine au poste de vice-président des Etats-Unis en 2008.

Une conversion réussie

La tradition lunetière de Sabaé remonte à 1905. L’activité, conçue à l’origine comme une occupation secondaire pendant le temps où le travail des champs était impossible, a grandi pendant la période de forte croissance économique de l’après-guerre, puis grâce à la progression de la demande qui a accompagné l’apparition des montures en titane. Watanabe Satoshi, responsable à la mairie de la ville du groupe chargé de la promotion de Sabaé comme label explique : « La persévérance et la patience, deux des caractéristiques traditionnelles des habitants de notre ville, sont des qualités particulièrement appropriées à la fabrication de lunettes, et elles expliquent le développement de cette activité. »

Pendant de nombreuses années, les fabricants produisaient leurs montures pour le compte d’autres sociétés qui les vendaient sous leur propre marque, mais ces dernières années, leur environnement s’est gravement détérioré : la Chine a conquis le marché de la fabrication de lunettes à bas prix tandis que les opticiens bon marché se sont multipliés au Japon. Depuis 1992, année où la production lunetière de Sabaé a culminé, le volume total de la production de la ville ainsi que le nombre total d’employés dans le secteur ont diminué d’un tiers, et près de 40 % des entreprises ont mis la clé sous la porte.

« Depuis 2000, nous nous sommes fixés pour objectif de changer de statut, en passant d’un lieu de fabrication de produits pour le compte d’autres à un lieu où l’on fabrique et vend, afin de sortir de notre dépendance sur les fabrications sous licence. Nous sommes entrés dans une autre ère, armés de notre puissance technologique, en lançant nos propres marques et en développant des magasins de vente directe » explique M. Watanabe.

  • [18.04.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Aizome : la teinture à l’indigo, une tradition japonaise de longue dateAu Japon, l’indigotier « ai » est surtout cultivé dans la préfecture de Tokushima. Avec les feuilles de cette plante on prépare la fameuse teinture à l’indigo « aizome » qui était déjà très prisée par les guerriers de l’époque des luttes entre les provinces (Sengoku jidai, 1467-1568), à la fois pour ses qualités pratiques et pour sa grande beauté. Une tradition de longue date qui s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui, en dépit de toutes sortes de difficultés. Nous nous sommes rendus sur place pour essayer d’en savoir davantage.
  • La Soie de Kawamata : les grandes marques la portent aux nuesLes tissus de soie ont représenté l’excellence japonaise à l’export, de l’ouverture du pays à la fin de la période d’Edo (fin du 19e siècle) jusque dans les années 1960. Puis, les soieries ont connu une période de marasme, dû à l’apparition des fibres synthétiques bon marché et de la concurrence étrangère. Néanmoins, à Kawamata-machi, une ville de la préfecture de Fukushima connue depuis des siècles pour sa production de soieries, on prépare la renaissance de cette industrie, grâce à une maîtrise technique qui situe la production aux plus haut niveau des standards mondiaux.
  • Momotaro Jeans : le denim premium d’un village de pêcheursLe jeans, pièce maîtresse de la garde-robe dans le monde entier. Saviez-vous que le petit village de pêcheurs de Kojima, sur la mer Intérieure, à Kurashiki, en est un important centre de confection ? Cette production de qualité est appréciée à l’international et les jeans de Kojima commencent à s’imposer comme une marque à part entière.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone