Dossier spécial Vivre à Fukushima — un an après le séisme
Le charme immuable d’Aizu
L’auberge Mukaitaki, à Higashiyama-Onsen
[28.05.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

Aizu-Wakamatsu, l’une des premières destinations touristiques de la préfecture de Fukushima. Sur fond de désaffection des touristes depuis la catastrophe du 11 mars 2011, une auberge traditionnelle résiste aux vents contraires et attire plus de monde que jamais. Découvrons ensemble ce qui fait l’attrait de cet établissement qui mise sur la « permanence ».

Aizu-Wakamatsu, située près du mont Bandai et du lac Inawashiro, avec ses nombreux sites historiques remontant à l’époque Sengoku et Edo, est l’une des principales zones touristiques de la préfecture de Fukushima. Une centaine de kilomètres séparent la ville de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi et le niveau de contamination radioactive y est sensiblement le même que dans la capitale et ses environs. Pourtant, les visiteurs se détournent de la région.

Une auberge traditionnelle qui résiste aux vents contraires

La calligraphie offerte par Noguchi Hideyo à l’auberge Mukaitaki. Le professeur, accompagné de sa mère Shika, a laissé ce commentaire approbateur : « Alcools fins et cuisine raffinée ».

Dans ce contexte, une auberge traditionnelle qui a continué à accueillir la clientèle après la catastrophe, a enregistré une hausse de la fréquentation : dès la mi-avril, celle-ci atteignait 60% de son niveau de l’année précédente puis, en mai, elle enregistrait même une progression de 10% par rapport à mai 2010. C’est l’auberge Mukaitaki de Higashiyama-Onsen (la station thermale de Higashiyama), à une dizaine de minutes du centre-ville d’Aizu-Wakamatsu en voiture.

Lieu de villégiature du clan Aizu à l’époque d’Edo, la maison est transformée en auberge en 1873. De nombreuses personnalités y ont séjourné, à commencer par les premiers hommes politiques modernes comme Ito Hirobumi, le docteur Noguchi Hideyo, la poète Yosano Akiko ou, plus récemment, l’ancien premier ministre Koizumi Junichiro. Le bâtiment, de type sukiya-zukuri qui rappelle l’ère Meiji, est inscrit au registre du patrimoine national. C’est grâce à ce charme de la « permanence » que l’auberge est parvenue à surmonter les récents événements.

Le patron actuel de l’auberge, représentant de la sixième génération, s’appelle Hirata Yûichi.

Il se remémore le 11 mars 2011 : « À Aizu, le séisme a été de force 6 moins, et Mukaitaki n’a subi pratiquement aucun dommage. C’est une construction en bois qui a plus de cent ans, mais pas une tuile n’est tombée du toit. La secousse n’a pas été trop forte, nous n’avons même pas eu une assiette cassée. Tout était tellement normal que les clients qui sont arrivés après le tremblement de terre en ont été surpris. »

Ni le bâtiment ni les installations n’ont souffert, mais les lignes de chemin de fer et les routes étaient coupées et les transports en commun ne fonctionnaient plus. L’approvisionnement stoppé, il était impossible de se ravitailler en carburant ou en produits alimentaires. Puis, les 12 et 15 mars, les explosions d’hydrogène qui ont secoué la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi ont répandu la crainte d’une contamination radioactive.

« Aizu se trouve à une centaine de kilomètres de la centrale, mais j’étais décidé à chercher un lieu de refuge pour mes employés et ma famille. Comment allais-je faire pour entretenir seul cette auberge immense ? A un moment, j’ai même envisagé de fermer l’auberge, de mettre un terme à 140 années d’activité. »

Les eaux thermales de Mukaitaki, tirées directement à la source. Chaque bain possède sa particularité : le « bain du renard », qui rappelle l’histoire de ce lieu de villégiature du clan Aizu, les trois bains familiaux et le vaste « bain des singes ». La source à 60 degrés ne subit aucun ajout, son eau est ramenée à une température de 42 à 45 degrés grâce à un habile jeu de canalisations.

La gastronomie traditionnelle de Mukaitaki, axée sur la production locale. La carte précise que les ingrédients proviennent de la préfecture de Fukushima, mais aucun client ne refuse de les consommer.

  • [28.05.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Hiroki, le saké de FukushimaLes jisake (ou jizake), sakés de terroir, sont très à la mode aujourd'hui au Japon, et Hiroki produit par un petit producteur de la préfecture de Fukushima est l'un de ceux qui ont joué un rôle essentiel dans cet engouement. L'histoire de cette petite entreprise, qui a failli définitivement fermé ses portes pour renaître grâce à son saké de terroir capable d'enchanter les amateurs de ce breuvage, apporte du réconfort aux habitants de Fukushima.
  • Les chants folkloriques de FukushimaLa musique traditionnelle du Japon min-yô, qui intègre dans ses chants et poèmes la vie de tous les jours et la culture du pays natal, continue d’être chantée aujourd’hui dans toutes les provinces du pays. Le département de Fukushima est en particulier célèbre pour la beauté de ses chants. Par le biais de l’enregistrement des chants min-yô de Fukushima, nous avons écouté les voix accompagnées par les sons nostalgiques de la flûte shakuhachi comme pour guérir les griffes profondes laissées par le sinistre.
  • Table ronde des médias de Fukushima (2ème partie)Un an a passé depuis le seisme. Le département de Fukushima porte un fardeau énorme. Aux conditions de la vie en refuge pour les personnes déplacées à cause de l’accident nucléaire, s’ajoutent les dégâts causés par les rumeurs. Tout en combattant une radioactivité invisible, six journalistes qui continuent à faire leur métier de transmettre l’information sur place nous disent ce qu’ils ont sur le cœur.
  • Table ronde des médias de Fukushima (1ère partie)Un an a passé depuis le seisme. Le département de Fukushima porte un fardeau énorme. Aux conditions de la vie en refuge pour les personnes déplacées à cause de l’accident nucléaire, s’ajoutent les dégâts causés par les rumeurs. Tout en combattant une radioactivité invisible, six journalistes qui continuent à faire leur métier de transmettre l’information sur place nous disent ce qu’ils ont sur le cœur.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone