Dossier spécial Promenade autour de la Tokyo Skytree
Tokyo Skytree : une structure à la fois ultramoderne et traditionnelle
[09.08.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le projet de la tour Tokyo Skytree a vu le jour en 2006. Les concepteurs de l’édifice ont décidé, dès le début, de bâtir une tour ultramoderne qui soit digne de la capitale du Japon de demain tout en tenant compte des principes et de l’esthétique de l’architecture japonaise la plus ancienne.

Le 29 février 2012, Ôbayashi Corp, maître d’œuvre de l’ouvrage, a mis un point final aux travaux de la tour Tokyo Skytree. Avec ses 634 mètres de hauteur, cet édifice est le plus élevé du Japon, et il arrive au second rang au niveau mondial. Par ailleurs, c’est la tour de télécommunication à structure autoportée sans haubans la plus haute du monde. Il a fallu quelque quatre ans pour la concevoir, et trois ans et huit mois de plus pour la construire. Au total 585 000 personnes ont participé à sa réalisation.

Jusque-là, l’édifice le plus élevé du Japon était la Tour de Tokyo qui mesure 333 mètres de hauteur et a été achevée en 1958. Comparé à cette tour à la silhouette triangulaire avec une base largement évasée, la Tokyo Skytree a une forme beaucoup plus élancée. Avec ses lignes complexes dessinées par les milliers de poutres qui composent sa structure, elle se présente sous un aspect toujours différent quel que soit l’angle sous lequel on la regarde. C’est un édifice surprenant très intéressant à observer. Mais d’où lui vient son apparence si singulière ?

La Tokyo Skytree (à gauche) est beaucoup plus élancée que la Tour de Tokyo qui a une base largement évasée.

 

Une tour de 634 mètres de haut sur un terrain de 60 mètres de large

Concevoir un édifice élevé est d’autant plus aisé que sa base est large. La Tour de Tokyo, par exemple, repose sur une base évasée qui lui donne d’emblée une plus grande stabilité que si elle reposait sur des fondations plus étroites. Si l’on avait voulu appliquer le rapport base/hauteur (95 x 333 mètres) de la Tour de Tokyo à la Tokyo Skytree, il aurait fallu doter celle-ci d’une base de 181 mètres de large pour 634 mètres de hauteur.

Or l’emplacement où l’on devait bâtir la Tokyo Skytree ne permettait pas de lui donner une base aussi large. Ce terrain, qui servait auparavant d’entrepôt pour trains de marchandises, ne pouvait abriter qu’une structure avec une base carrée de 60 mètres de côté, ou un édifice à base circulaire qui ne fasse pas plus de 60 mètres de diamètre au sol. Les architectes ont réussi à gagner 8 mètres supplémentaires en largeur en donnant à la base la forme d’un trépied dont l’un des côtés mesure 68 mètres. La solution adoptée avait aussi l’avantage d’assurer une plus grande stabilité à l’ensemble, même sur un espace aussi restreint.


Le terrain sur lequel a été bâti le Tokyo Skytree mesure à peine 400 mètres d’est en ouest sur 100 mètres du nord au sud, à l’endroit où il est le plus large.

La tâche des architectes a été encore compliquée par la nécessité de prévoir des plates-formes d’observation en hauteur qui offrent aux visiteurs un panorama à 360° sur la ville. La solution qu’ils ont trouvée a consisté à donner à la tour une base à trois pieds formant au sol un triangle équilatéral, qui s’arrondit peu à peu au fur et à mesure qu’elle s’élève et devient complètement cylindrique à partir de 350 mètres de hauteur. C’est ce qui explique la forme unique de cette structure qui change constamment d’aspect quand on la parcourt du regard.

Durant la phase de conception de la tour, les architectes ont réalisé quelque quarante maquettes différentes. Ils ont retenu celle qui posait le moins de problèmes structurels en termes de réalisation et possédait les profils et les courbures qui lui assureraient un maximum de solidité. Les profils qu’ils recherchaient étaient très particuliers puisqu’ils se sont inspirés de celui des sabres traditionnels japonais dont la ligne s’infléchit progressivement au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’extrémité de la lame. Quant aux courbures, les bâtisseurs de la Tokyo Skytree ont pris pour modèle les anciens temples japonais et en particulier la forme légèrement renflée des rangées de piliers qui soutiennent les toitures du temple du Hôryûji construit durant la période de Nara (710-794), ainsi que les structures des édifices bouddhiques de l’époque de Heian (794-1185). On retrouve ces mêmes profils élégants sur les lignes de faîte qui s’élèvent des angles de la base triangulaire de la Tokyo Skytree et forment des courbures remarquables au fur et à mesure que l’édifice, au départ en forme de trépied, se métamorphose progressivement en structure cylindrique. Le résultat, c’est une œuvre architecturale d’une stupéfiante complexité.

Les architectes de la Tokyo Skytree se sont inspirés du profil des sabres japonais et de la courbure des piliers des temples bouddhiques de l’Archipel.

 

  • [09.08.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les ateliers-boutiques du quartier de la tour Tokyo SkytreeL’arrondissement de Sumida abrite plusieurs quartiers dans lesquels fleurissait la culture des artisans traditionnels pendant l’époque d’Edo. Il devint ensuite à l’ère Meiji le berceau de l’industrie légère du Japon. Cette culture est encore vivace aujourd’hui. Nous avons visité quelques uns des ateliers-boutiques parsemés dans la périphérie de la Tokyo Skytree inaugurée il y a deux ans.
  • Rues commerçantes du « shitamachi »L’achèvement de la tour Tokyo Skytree attire une foule de badauds dans les quartiers anciens des environs, les faubourgs « shitamachi » (littéralement "ville basse") encore intacts. Pour ces ruelles, dont le principal attrait tient à l’atmosphère traditionnelle et à une forte couleur locale, cet afflux de visiteurs constitue à la fois une opportunité et un défi.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone