Dossier spécial Promenade autour de la Tokyo Skytree
Les ateliers-boutiques du quartier de la tour Tokyo Skytree
Les techniques traditionnelles de l’artisanat se font leur place parmi les technologies de pointe
[22.05.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

L’arrondissement de Sumida abrite plusieurs quartiers dans lesquels fleurissait la culture des artisans traditionnels pendant l’époque d’Edo. Il devint ensuite à l’ère Meiji le berceau de l’industrie légère du Japon. Cette culture est encore vivace aujourd’hui. Nous avons visité quelques uns des ateliers-boutiques parsemés dans la périphérie de la Tokyo Skytree inaugurée il y a deux ans.

Activité manufacturière dans les quartiers populaires

Le cœur de Tokyo est divisé en 23 arrondissements. La tour Tokyo Skytree se trouve dans l’arrondissement de Sumida, à l’est. L’histoire de ses différents quartiers est étroitement liée au développement de l’activité manufacturière.

Pendant toute l’époque d’Edo, profitant du transport par voie fluviale sur la Sumida, la production artisanale de tuiles, menuiserie, teinture etc. était florissante. Au passage à l’ère Meiji dans la seconde moitié du XIXe siècle, les quartiers se sont adaptés et ont participé de façon centrale au développement de l’industrie légère dans une multitude d’usines et d’ateliers : traitement du métal, fabrication de verre, textiles, cuir, jusqu’à la production de jouets en celluloïd.

Plus tard, malgré les dégâts causés par le grand tremblement de terre du Kantô en 1923 puis les attaques aériennes sur Tokyo à la fin de la guerre, les quartiers ont assuré la vie de leurs habitants en produisant des produits d’usage quotidien et des pièces détachées pour l’industrie.

Aujourd’hui encore, la production industrielle et artisanale de l’arrondissement de Sumida reste très active. Le projet « Sumida ateliers-boutiques » vise à promouvoir l’intégration de l’activité de vente au détail directement dans les ateliers de fabrication, et ceci avec l’objectif de développer la production et d’assurer la transmission des savoir-faire de l’artisanat traditionnel, tout en familiarisant les consommateurs avec l’univers de la fabrication.

Les ateliers-boutiques des alentours de la Tokyo Skytree intègrent des idées et des designs nouveaux aux techniques traditionnelles, dans une conception éternelle du bel objet. Allons toucher du doigt l’esprit de l’artisan japonais, sa passion pour son savoir-faire dans trois de ces ateliers de papier japonais, de paravents, et de baguettes.

En explorant les ateliers-boutiques…

  • [22.05.2014]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Rues commerçantes du « shitamachi »L’achèvement de la tour Tokyo Skytree attire une foule de badauds dans les quartiers anciens des environs, les faubourgs « shitamachi » (littéralement "ville basse") encore intacts. Pour ces ruelles, dont le principal attrait tient à l’atmosphère traditionnelle et à une forte couleur locale, cet afflux de visiteurs constitue à la fois une opportunité et un défi.
  • Tokyo Skytree : une structure à la fois ultramoderne et traditionnelleLe projet de la tour Tokyo Skytree a vu le jour en 2006. Les concepteurs de l’édifice ont décidé, dès le début, de bâtir une tour ultramoderne qui soit digne de la capitale du Japon de demain tout en tenant compte des principes et de l’esthétique de l’architecture japonaise la plus ancienne.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone