Dossier spécial Allons voir les festivals japonais !
Matsuri : une des traditions les plus vivantes du Japon

Yamamoto Tetsuya [Profil]

[10.09.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les Japonais célèbreraient chaque année entre 100 000 et 300 000 fêtes (matsuri). Dans pratiquement chaque communauté de l’Archipel, il existe un matsuri unique en son genre avec des origines et des caractéristiques tout à fait particulières. Dans les lignes qui suivent, Yamamoto Tetsuya, un passionné de matsuri, nous en dit davantage à ce sujet.

Les Japonais ont une affection particulière pour les fêtes traditionnelles (matsuri) qui ponctuent la vie du pays, tout au long de l’année. Beaucoup de ces fêtes sont étroitement liées à un moment particulier du calendrier, entre autres la célébration du repiquage du riz au printemps et les rituels de conjuration des épidémies, typhons et autres ravages provoqués par les insectes dans les cultures pendant l’été. La récolte du riz en automne est l’occasion d’autres fêtes pour remercier les divinités (kami). Les matsuri célébrés en hiver sont, quant à eux, destinés à purifier les membres de la communauté avant la fin de l’année et à les revigorer pendant la saison froide. Le cycle des fêtes célébrées tout au long de l’année au Japon témoigne du sens aigu du changement des saisons des habitants de l’Archipel.

Les fêtes en rapport avec la culture du riz

Au Japon, le printemps correspond à la saison du repiquage du riz qui marque le début de la nouvelle année. Une des fêtes traditionnelles célébrées à cette occasion a pour nom Otaue Matsuri (littéralement : fête du repiquage du riz dans les rizières). Dans tout le pays, les gens se rassemblent pour participer à différentes versions de ce matsuri où l’on invoque les divinités pour avoir une bonne récolte. Dans certains cas, on procède effectivement au repiquage de plants de riz dans une rizière alors que dans d’autres, ce travail est tout juste évoqué. Une des fêtes les plus célèbres où l’on repique vraiment du riz, c’est le Otaue Shinji qui se déroule tous les 15 juin à Osaka, dans le quartier de Sumiyoshi. En revanche, le repiquage du riz est purement symbolique dans la fête du Onda Matsuri, qui a lieu le premier dimanche de février à Asuka, dans la préfecture de Nara.

Les femmes que l’on voit ci-dessus sont en train de danser le Yaotome no Tamai (littéralement : la danse de la rizière aux nombreuses jeunes filles) dans le cadre de la fête Otaue Shinji. (Avec l’aimable autorisation du sanctuaire Sumiyoshi Taisha pour la photographie)

Après les fêtes du printemps dédiées au repiquage du riz viennent celles de l’automne où l’on remercie les divinités pour la récolte. La plus importante d’entre elles est le Niiname-sai, un rituel de la cour impériale durant lequel le souverain offre du riz de la nouvelle récolte aux kami du sanctuaire shintô Ise Jingû, dans la préfecture de Mie. Aujourd’hui cette célébration coïncide avec la fête nationale du Travail qui a lieu le 23 novembre et correspond à un jour férié.

Le sanctuaire Ise Jingû sert à lui seul de cadre à plus de mille fêtes par an. Il abrite aussi le matsuri du Shikinen Sengû, célébré tous les vingt ans, à l’occasion de la reconstruction complète du bâtiment principal. Cette tradition, qui remonte à 690, a été scrupuleusement respectée depuis et c’est ainsi que le sanctuaire devrait être à nouveau reconstruit en 2013.

Le bâtiment principal du sanctuaire Ise jingû est reconstruit tous les vingt ans et la construction du nouveau sanctuaire donne lieu à plusieurs matsuri, dont celui du Shikinen Sengû. (Avec l’aimable autorisation du sanctuaire Ise jingû pour la photographie)

  • [10.09.2012]

Né à Osaka en 1970. Prend part régulièrement à des fêtes traditionnelles par plaisir, et écrit des textes à leur sujet pour les mêmes raisons. La passion de Yamamoto pour les matsuri a commencé à l’époque où il était étudiant, quand il a participé au festival Nebuta d’Aomori. Depuis lors, il n’a pas cessé de sillonner le pays pour se rendre à des fêtes traditionnelles. Yamamoto Tetsuya publie des textes et donne des conférences sur les matsuri en tant que tradition vivante du Japon, dans le cadre de différents medias.

website:http://www.yamamototetsuya.com/index.html

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une fête pour faire tomber la pluie : Suneori AmagoiUn festival traditionnel sans équivalent, en forme de rite pour faire venir la pluie, intitulé Suneori Amagoi, se déroule à Tsurugashima dans la préfecture de Saitama. Un énorme dragon est fabriqué à cet effet par les résidents locaux, puis porté en procession. Ce rite de la pluie a lieu une fois tous les quatre ans, les années des Jeux olympiques d’été ! Ce festival est répertorié comme bien culturel folklorique national.
  • Un somptueux festival d’été : le Festival de Samba d’AsakusaDes débuts modestes en 1981 n’ont pas empêché le Festival de Samba d’Asakusa de devenir au fil des ans l’un des plus importants festivals d’été de toute l’Asie, attirant chaque année quelques 500 000 spectateurs. Avec 4000 participants regroupés en 18 équipes, le concours est acharné.
  • L’histoire étonnante du festival de la neige de SapporoDans l’île septentrionale d’Hokkaidô, le festival de la neige de Sapporo (Sapporo yuki matsuri) est l’un des événements les plus importants de l’hiver. Chaque année, elle attire des foules de visiteurs venus du monde entier. Pourtant, lors de sa première édition, en 1950, elle ne comportait en tout et pour tout que six petites sculptures de neige élaborées par des lycéens de la ville.
  • Savez-vous danser l’Awa odori ?L’Awa odori est certainement l’un des plus célèbres des danses traditionnelles japonaises. C’est également un festival annuel qui attire énormément de monde pendant l’été dans sa région d’origine, Tokushima, dans l’île de Shikoku. Venez avec nous faire connaissance avec cette tradition riche de 400 ans d’histoire !
  • Gion matsuri et l’hospitalité légendaire des KyotoïtesDu premier au dernier jour de juillet, la ville millénaire de Kyoto se pare aux couleurs de « Gion Matsuri », le festival de Gion. Ce sont évidemment les temps forts du « yoiyama », du 14 au 16, et la procession des « yama-hoko » le 17 qui attirent le plus de monde. L’esprit de l’hospitalité des citoyens de Kyoto, qui allaient jusqu’à importer des objets précieux de l’étranger pour décorer leurs chars, a toujours soutenu ce festival traditionnel, le plus important de tous les matsuri d’été du Japon.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone