Dossier spécial Allons voir les festivals japonais !
Des « dingues de Nebuta » vouent une véritable passion au festival
[14.09.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL |

De gigantesques lanternes de papier en forme de personnages folkloriques paradent dans la ville, accompagnés de leurs danseurs (appelés haneto) aux beaux chapeaux en bambou. L’âme passionnée des gens du nord, mise en réserve durant les longs hivers, explose littéralement lors du festival des Nebuta d’Aomori. Certains amateurs en sont tellement fous, que dans le pays, on les appelle les « dingues de Nebuta ».

 

À la différence de la fête de Sanja à Asakusa ou de la fête de Gion Yamakasa à Hakata, le festival des Nebuta qui se déroule chaque année du 2 au 7 août à Aomori n’est pas une fête cérémoniale liée à un temple bouddhiste ou à un sanctuaire shintô. Bien que les opinions divergent quant à son origine exacte, le musée préfectoral d’Aomori donne l’explication suivante : « Depuis des temps très anciens au Japon, durant la période de la fête des étoiles Tanataba (fête des étoiles Véga et Altaïr le 7e jour de la 7e lune, fêtée aujourd’hui le 7 juillet) ou de l’o-bon (fête du retour des ancêtres, fêtée de nos jours le plus souvent en août), il était coutume de faire dériver sur l’eau des mannequins ou des lanternes chargés symboliquement des souillures de façon à purifier la communauté. Dans le nord du Tôhoku, une fête appelée Nemuri nagashi (littéralement “évacuation du sommeil”) se serait développée, dans laquelle les habitants de la région faisaient dériver sur l’eau des lanternes pour se débarrasser des esprits impurs dont elles étaient chargées mais aussi de la fatigue de l’été. Le mot “Nemurinagashi” aurait évolué en “Nebuta”. » Plusieurs localités du département d’Aomori ont de nos jours des festivals comparables aux lanternes à formes humaines des Nebuta, comme les lanternes en forme d’éventail du Neputa de Hirosaki, ou les Tachineputa (« Neputa droits ») de Goshogawara.

Le festival des Nebuta d’Aomori a pris une extraordinaire ampleur après la Seconde Guerre mondiale. Les lanternes-mannequins actuels mesurent environ 9 mètres de hauteur pour 5 mètres de large. La forme, portée sur un cadre de tasseaux de bois, est fabriquée en fil de fer, sur lequel sont collées à la main des feuilles de papier japonais pour couvrir le tout. L’intérieur de la lanterne est éclairé de près de 1000 ampoules électriques, et l’extérieur est peint de couleurs vives soulignées de noir pour lui donner sa force visuelle. C’est alors qu’elle apparaît en ville portée sur un char qui reçoit également un générateur électrique pour fournir l’électricité. Le tout dépasse 4 tonnes. Le défilé de ces quelques 20 lanternes constitue le point culminant du festival.

S’étant développée indépendamment de tout temple ou sanctuaire local, le festival des Nebuta d’Aomori ne doit son évolution qu’à l’enthousiasme des passionnés, les « dingues de Nebuta ».

  • [14.09.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une fête pour faire tomber la pluie : Suneori AmagoiUn festival traditionnel sans équivalent, en forme de rite pour faire venir la pluie, intitulé Suneori Amagoi, se déroule à Tsurugashima dans la préfecture de Saitama. Un énorme dragon est fabriqué à cet effet par les résidents locaux, puis porté en procession. Ce rite de la pluie a lieu une fois tous les quatre ans, les années des Jeux olympiques d’été ! Ce festival est répertorié comme bien culturel folklorique national.
  • Un somptueux festival d’été : le Festival de Samba d’AsakusaDes débuts modestes en 1981 n’ont pas empêché le Festival de Samba d’Asakusa de devenir au fil des ans l’un des plus importants festivals d’été de toute l’Asie, attirant chaque année quelques 500 000 spectateurs. Avec 4000 participants regroupés en 18 équipes, le concours est acharné.
  • L’histoire étonnante du festival de la neige de SapporoDans l’île septentrionale d’Hokkaidô, le festival de la neige de Sapporo (Sapporo yuki matsuri) est l’un des événements les plus importants de l’hiver. Chaque année, elle attire des foules de visiteurs venus du monde entier. Pourtant, lors de sa première édition, en 1950, elle ne comportait en tout et pour tout que six petites sculptures de neige élaborées par des lycéens de la ville.
  • Savez-vous danser l’Awa odori ?L’Awa odori est certainement l’un des plus célèbres des danses traditionnelles japonaises. C’est également un festival annuel qui attire énormément de monde pendant l’été dans sa région d’origine, Tokushima, dans l’île de Shikoku. Venez avec nous faire connaissance avec cette tradition riche de 400 ans d’histoire !
  • Gion matsuri et l’hospitalité légendaire des KyotoïtesDu premier au dernier jour de juillet, la ville millénaire de Kyoto se pare aux couleurs de « Gion Matsuri », le festival de Gion. Ce sont évidemment les temps forts du « yoiyama », du 14 au 16, et la procession des « yama-hoko » le 17 qui attirent le plus de monde. L’esprit de l’hospitalité des citoyens de Kyoto, qui allaient jusqu’à importer des objets précieux de l’étranger pour décorer leurs chars, a toujours soutenu ce festival traditionnel, le plus important de tous les matsuri d’été du Japon.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone