Dossier spécial En avant les énergies renouvelables !
La conversion de l’énergie cinétique en électricité
Un avenir plein de promesses
[20.11.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | العربية | Русский |

Les techniques pour récupérer l’énergie produite dans la vie de tous les jours, sans être utilisée, sont en train de susciter de plus en plus d’intérêt. Grâce à la « récolte d’énergie », un revêtement de sol foulé par de nombreux passants ou une télécommande peuvent se transformer en outils de production d’énergie. Cette nouvelle technologie devrait connaître un avenir plein de promesses.

D’après Hayamizu Kôhei, PDG de Soundpower Corp., le monde produit et gaspille chaque jour de l’énergie qui pourrait être utilisée à bon escient. M. Hayamizu et son entreprise, dont le siège se trouve dans la préfecture de Kanagawa, sont des précurseurs en matière de conversion de l’énergie cinétique en électricité et de transformation des vibrations en énergie exploitable. Parmi les produits commercialisés par la marque Soundpower figurent, entre autres, des dalles de sol qui produisent de l’énergie électrique lorsqu’elles sont soumises à la pression des pas, ainsi que des piles à combustible qui transforment l’énergie cinétique en électricité, chaque fois que l’on presse une touche. Les vibrations du sol et la pression exercée sur des touches produisent une quantité d’énergie relativement faible, mais que Soundpower a réussi à convertir en courant électrique grâce à des composants piezzo-électriques déjà largement utilisés dans la fabrication de briquets, d’allumeurs de cuisinières à gaz et de haut-parleurs.

De l’énergie produite et consommée sur place

L’électricité obtenue par transformation de l’énergie cinétique permet d’alimenter des ampoules à basse consommation LED, d’émettre des ondes radio et de produire des sons. D’autres applications pratiques sont en cours de développement, notamment des dalles de sol capables de transformer la pression des pas en électricité pour alimenter des flèches signalétiques lumineuses. M. Hayamizu explique qu’on peut utiliser ce type de revêtement pratiquement partout, à l’intérieur comme à l’extérieur, parce qu’il ne comporte pas de câblage électrique. Ces dalles ne produisent pas assez d’électricité pour alimenter des appareils d’éclairage volumineux, mais elles n’en contribuent pas moins à réduire l’incidence environnementale de la production d’énergie et à éviter le remplacement de l’éclairage des immeubles et de l’éclairage de sécurité.

Ce revêtement de sol transforme la pression des pas en électricité qui alimente des ampoules à basse consommation LED.

Une autre application des piles à combustible alimentées par l’énergie cinétique, ce sont les télécommandes sans pile. Pour produire l’énergie nécessaire pour envoyer un signal, il suffit d’appuyer sur les touches de la commande, sans qu’il y ait besoin d’avoir recours à une pile. Soundpower envisage de multiples applications commerciales pour ce type de produit, notamment des unités de commandes pour jeux vidéo, des télécommandes d’appareil de télévision et des touches pour appeler les serveurs dans les restaurants. Rien qu’au Japon, il y a en ce moment environ un milliard de piles sèches en service dans des télécommandes. Or ce type de pile contient des métaux toxiques susceptibles de polluer gravement l’environnement quand ils ne sont pas recyclés correctement. Si les télécommandes sans piles deviennent rentables sur le plan commercial, elles permettront à la fois de faire des économies d’énergie et de limiter le problème du traitement des piles usagées.

Hayamizu Kôhei pense que cette nouvelle technologie pourrait aussi s’appliquer aux indicateurs tactiles de surface (les bandes de guidage au sol destinées aux personnes malvoyantes que l’on trouve sur les trottoirs ou les quais de gare) qui pourraient alimenter des haut-parleurs diffusant des sons pour aider les passants. Il s’intéresse également au domaine des jouets, un secteur dans lequel son entreprise effectue déjà des recherches. Les vibrations des machines bruyantes des usines pourraient elles aussi être converties en électricité, ce qui aurait le double avantage de faire des économies d’énergie et de réduire la pollution sonore.

Une télécommande dépourvue de piles convertit en signal l’énergie produite par la pression exercée sur un bouton.

Pour Hayamizu Kôhei, les applications des technologies innovantes de Soundpower sont innombrables.

La production d’électricité à partir de l’énergie cinétique correspond exactement à la définition du principe de l’énergie produite et consommée sur place, dit encore M. Hayamizu. L’énergie dont vous avez besoin est générée et utilisée immédiatement sur le lieu même de production. Le recours plus fréquent à ce système devrait permettre de diversifier davantage les sources d’énergie électrique. Si la production d’électricité à partir de l’énergie cinétique ne peut pas soutenir la comparaison avec les méga-panneaux solaires en termes de quantité, elle est en revanche tout à fait capable de remplacer la plupart des piles sèches actuelles. « C’est une autre possibilité, et c’est bien qu’elle existe », ajoute Hayamizu Kôhei. Le PDG de Soundpower espère que les nouvelles techniques pour « récolter » l’énergie, comme l’énergie cinétique, feront bientôt partie intégrante de notre vie de tous les jours.

(D’après un article en japonais de Satô Narumi)

  • [20.11.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le vent se lève au large de FukushimaLe 11 novembre débutait, au large de Fukushima, la phase expérimentale d’un projet de production d’électricité grâce à des éoliennes offshore flottantes. La production, de 2 MW, montera à 16 MW au cours du prochain exercice avec l’installation de deux éoliennes d’une puissance de 7 MW chacune, ce qui en fera le plus grand parc éolien flottant du monde. Le gouvernement japonais, qui voit dans ce projet un symbole de la reconstruction de la préfecture de Fukushima, durement touchée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 et l’accident nucléaire subséquent, entend en faire un véritable pôle d’attractivité pour l’industrie éolienne.
  • L’électricité photovoltaïque et géothermiqueDepuis la catastrophe du 11 mars 2011, les énergies renouvelables suscitent un intérêt croissant. L’énergie solaire a enregistré des progrès considérables dès avant cette date pivot, à la différence de l’énergie géothermique, dont le potentiel est encore loin d’être exploité. Nous allons nous intéresser aux raisons de cet écart.
  • L’incroyable potentiel énergétique des microorganismes des rizièresLa récolte d’énergie consiste à recueillir l’énergie qui circule dans notre environnement naturel et à la transformer en électricité. Ce travail a déjà commencé dans les rizières japonaises où l’on cultive la culture principale de l’Archipel.
  • Un parc éolien flottant au large de FukushimaLa préfecture de Fukushima, gravement touchée par le séisme et l’accident nucléaire de mars 2011, se lance aujourd’hui dans l’exploitation des énergies renouvelables. La construction de la plus grande ferme éolienne offshore flottante au monde, actuellement en phase expérimentale, suscite d’importants espoirs.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone