Dossier spécial En avant les énergies renouvelables !
L’incroyable potentiel énergétique des microorganismes des rizières
De minuscules organismes capables de produire de grandes quantités d’énergie
[21.11.2012] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

La récolte d’énergie consiste à recueillir l’énergie qui circule dans notre environnement naturel et à la transformer en électricité. Ce travail a déjà commencé dans les rizières japonaises où l’on cultive la culture principale de l’Archipel.

Le riz et les microorganismes : un potentiel énergétique surprenant

Quand les plants de riz poussent, ils synthétisent la matière organique par le processus de la photosynthèse et rejettent une partie des éléments transformés dans le sol et dans l’eau. Les rizières sont pleines de cette matière qui sert de nourriture à un grand nombre de microorganismes dont le processus de digestion produit de l’énergie. Certains chercheurs sont donc en train d’étudier le moyen d’utiliser les rizières pour produire de l’énergie électrique.

Watanabe Kazuya et le groupe de chercheurs qu’il dirige à l’Université de pharmacie et des sciences de la vie de Tokyo travaillent sur la production d’énergie électrique à partir des microorganismes qui vivent dans les rizières. Ils ont procédé à diverses expériences qui les ont menés, entre autres, à placer des électrodes négatives dans le sol des rizières et des électrodes positives dans l’eau, de façon à créer un courant continu électrique, l’énergie émise par les microorganismes vivant dans le fond de la rizière étant contenue dans le sol. D’après les résultats d’une expérience récente, un mètre carré de rizière pourrait produire des dizaines de milliwatts, une quantité d’électricité certes infime, mais qui suffirait à alimenter une montre ou une ampoule à basse consommation (LED).

M. Watanabe explique que la quantité d’énergie produite dépend de l’activité de la rizière. Pendant la journée, en particulier pendant les périodes de forte chaleur de l’été avec un ensoleillement maximum, le processus de photosynthèse est plus intense et la production d’électricité d’autant plus grande.

Des chercheurs en train de faire des expériences dans des rizières de Noda, dans la préfecture de Chiba. Ces tests n’ont aucun effet sur la récolte, qui a lieu en automne.

Les piles à combustible produisent de l’électricité grâce à l’oxydation d’hydrogène sur une de leurs électrodes couplée avec la réduction de l’oxygène de l’air sur leur autre électrode. M. Watanabe est quant à lui en train d’essayer de collecter l’énergie produite par les microorganismes qui se nourrissent de la matière organique contenue dans les rizières. Au cours des expériences qu’ils ont effectuées en laboratoire, les chercheurs ont développé des microorganismes qu’ils ont utilisés comme des piles à combustible et qu’ils devaient alimenter en permanence. C’est alors qu’a germé l’idée d’utiliser une rizière entière comme une pile à combustible de grande taille, explique M. Watanabe.

Dans les rizières, les plants de riz synthétisent la matière organique par le processus de la photosynthèse et les microorganismes transforment les substances rejetées en énergie. L’électricité produite est le résultat de la relation symbiotique qui unit les organismes de la rizière. Les techniques de récolte d’énergie ne sont pas encore exploitables du point de vue commercial, mais Watanabe Kazuya et son équipe de chercheurs sont en train d’essayer d’accroître leur efficacité en cherchant de nouveau microorganismes susceptibles de produire de l’électricité. Leur objectif c’est de mettre au point une pile à combustible qui utilise des microorganismes avec un fort potentiel de production.

Vivre aussi bien en consommant deux fois moins d’énergie

Pile à combustible expérimentale fonctionnant avec des microorganismes contenus dans les eaux usées

M. Watanabe nourrit aussi l’espoir de transformer les microorganismes qui vivent dans les eaux usées en piles à combustible. Utiliser la matière organique contenue dans les égouts pour produire de l’électricité permettrait aussi de la recycler et aurait l’avantage considérable de filtrer les eaux usées tout en produisant de l’électricité.

D’après Watanabe Kazuya, le monde de demain devra se servir à bon escient des systèmes biologiques.

Jusqu’à présent, les hommes ont eu essentiellement recours à des sources d’énergie non renouvelables obtenues par extraction, comme le pétrole. Mais dorénavant, nous allons devoir nous tourner vers des sources naturellement renouvelables. Pour atteindre cet objectif, il faudra disposer de techniques permettant de collecter des ressources dans la nature et de les transformer en énergie, avant de les réutiliser et de les renouveler. Utiliser des sources d’énergie naturelles n’implique pas forcément pour autant une vie plus frugale. D’après Watanabe Kazuya, s’ils réussissent à mettre au point une technologie permettant d’améliorer l’efficacité énergétique, les hommes pourront continuer à mener une vie confortable en utilisant deux fois moins d’énergie que maintenant. Et ils pourront en même temps vivre dans un monde qui ne dépendra plus de ressources comme le pétrole.

(D’après un article en japonais de Satô Narumi)

  • [21.11.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le vent se lève au large de FukushimaLe 11 novembre débutait, au large de Fukushima, la phase expérimentale d’un projet de production d’électricité grâce à des éoliennes offshore flottantes. La production, de 2 MW, montera à 16 MW au cours du prochain exercice avec l’installation de deux éoliennes d’une puissance de 7 MW chacune, ce qui en fera le plus grand parc éolien flottant du monde. Le gouvernement japonais, qui voit dans ce projet un symbole de la reconstruction de la préfecture de Fukushima, durement touchée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 et l’accident nucléaire subséquent, entend en faire un véritable pôle d’attractivité pour l’industrie éolienne.
  • L’électricité photovoltaïque et géothermiqueDepuis la catastrophe du 11 mars 2011, les énergies renouvelables suscitent un intérêt croissant. L’énergie solaire a enregistré des progrès considérables dès avant cette date pivot, à la différence de l’énergie géothermique, dont le potentiel est encore loin d’être exploité. Nous allons nous intéresser aux raisons de cet écart.
  • La conversion de l’énergie cinétique en électricitéLes techniques pour récupérer l’énergie produite dans la vie de tous les jours, sans être utilisée, sont en train de susciter de plus en plus d’intérêt. Grâce à la « récolte d’énergie », un revêtement de sol foulé par de nombreux passants ou une télécommande peuvent se transformer en outils de production d’énergie. Cette nouvelle technologie devrait connaître un avenir plein de promesses.
  • Un parc éolien flottant au large de FukushimaLa préfecture de Fukushima, gravement touchée par le séisme et l’accident nucléaire de mars 2011, se lance aujourd’hui dans l’exploitation des énergies renouvelables. La construction de la plus grande ferme éolienne offshore flottante au monde, actuellement en phase expérimentale, suscite d’importants espoirs.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone