Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
Le « nattô » à la conquête du marché international
[07.07.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le nattô, fabriqué à partir de graines de soja fermentées, est une denrée alimentaire typiquement japonaise. Un producteur, qui a mis au point un nattô moins collant afin de le rendre plus facile à manger pour les étrangers, se lance maintenant à la conquête du marché international. Le nattô pourrait-il, après la sauce de soja et le tofu, être le prochain produit japonais à gagner les tables du monde entier ?

Aux États-Unis, on lave le nattô avant de le consommer

Quelle n’a pas été la surprise d’Ogawara Kazunori, directeur du fabricant de nattô Asa Ichiban (Tsuchiura, préfecture d’Ibaraki), lorsqu’au cours de son séjour aux États-Unis, il a entendu un Américain qui aimait le nattô dire qu’il le passait sous l’eau pour le débarrasser de sa texture collante, avant de le manger en salade !

De nombreux Japonais consomment le nattô au petit déjeuner sur un bol de riz. (Photo : Pixta)

Soucieux de sa santé, cet Américain avait pris l’habitude de manger du nattô. Au début, l’odeur le gênait un peu mais une fois le pli pris, il a même fini par apprécier les fameuses graines de soja fermentées. Malgré tout, il n’arrive toujours pas à supporter la plus grande caractéristique du nattô : le fait qu’il soit gluant.

On sait depuis longtemps que le nattô est un aliment fermenté riche en valeurs nutritives. Des études récentes ont révélé qu’il contient une grande quantité d’enzymes nattokinase qui luttent contre les caillots à l’origine des infarctus du myocarde, de vitamine K2 au rôle préventif contre l’ostéoporose et de polyamine, une molécule efficace contre le vieillissement.

Ogawara Kazunori s’est alors dit que s’il parvenait à produire un nattô qui ne soit pas collant, les étrangers l’apprécieraient peut-être. Lorsqu’on ensemence des graines de soja cuites à l’étuvée avec la bactérie Bacillus subtilis, on obtient certes du nattô collant, mais aussi des bactéries moins gluantes. Il a immédiatement soumis l’idée à l’Institut de technologie industrielle d’Ibaraki qui a accepté d’entreprendre des recherches pour concrétiser le projet.

Des bactéries Bacillus subtilis sont ajoutées aux graines de soja cuites à la vapeur.

Stagnation des exportations

Selon la Fédération nationale des coopératives de nattô basée dans l’arrondissement de Taito à Tokyo, la consommation de nattô dans les foyers japonais atteignait 214 milliards de yens en 2016. La part des hôtels, restaurants et autres établissements représentant autour de 2 % du total, soit 4,4 milliards de yens, la valeur globale du marché japonais est estimée à environ 218,4 milliards de yens, soit une augmentation de 7,7 % par rapport à 2015.

Le marché du nattô est en repli après avoir atteint un record de 205,4 milliards de yens en 2004 ; en 2011, année du tremblement de terre dans le nord-est du Japon, les ventes ont chuté à 173 milliards de yens. Cette baisse s’explique notamment par l’ampleur des dégâts dans les préfectures de Fukushima et d’Ibaraki, deux principaux lieux de production et de consommation de nattô. Cependant, à partir de 2012, la demande a repris, portée par l’augmentation des repas pris à la maison et une attention croissante apportée à l’équilibre alimentaire. En 2015, pour la première fois en dix ans, le marché du nattô est repassé par-dessus la barre des 200 milliards de yens, pour atteindre 218,4 milliards de yens en 2016, un record.

Nattô issu de l’agriculture biologique (gauche), nattô à petits grains (centre), nattô haché (droite) destinés à l’exportation.

Si le marché du nattô se porte bien dans l’Archipel, il n’en est pas de même à l’international. En décembre 2013, l’Unesco a inscrit la cuisine japonaise washoku sur la liste du patrimoine culturel immatériel, suscitant un intérêt général pour la cuisine traditionnelle nippone. Cependant, le marché étranger n’en a guère bénéficié. En 2014, les exportations de nattô avoisinaient les 700 tonnes. En 2015, même si elles avaient légèrement augmenté pour atteindre 750 tonnes, les résultats étaient bien en deçà des attentes.

Les ventes de nattô à l’étranger d’Asa Ichiban, qui produit près de 1 100 000 portions par mois, représentaient entre 20 % et 30 % du total. « Nos clients à l’étranger étaient principalement japonais » explique Ôhashi Shigeru, directeur intérimaire de l’usine. Le problème majeur était donc de trouver un moyen pour que les étrangers apprécient le nattô.

Ôhashi Shigeru, directeur intérimaire de l’usine de la société Asa Ichiban.

  • [07.07.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • L’alcool de prune « umeshu », un délice à la conquête du mondeCes dernières années, si le saké japonais a le vent en poupe sur les marchés étrangers, le umeshu, l’alcool de prune, n’est pas en reste non plus. Sucré, facile à boire et bon pour la santé, il est surtout très apprécié des femmes et des jeunes. Nippon.com est allé à la rencontre d’un producteur de la préfecture de Wakayama, qui ne ménage pas ses efforts pour faire connaître au-delà des frontières de l’Archipel les délices de cet alcool. Il nous a expliqué son processus de fabrication tout en nous confiant ses attentes pour l’avenir.
  • Le thé japonais, un lien universel : floraison numérique dans une tasse de thé cosmiqueÀ Paris, le salon Maison & Objet dédié à la décoration intérieure hébergeait un espace plongé dans la pénombre, pareil à une faille temporelle : une installation numérique interactive fusionnelle avec le monde du thé. Partez à la découverte de beautés et saveurs fugitives, potentielles portes d’entrée d’un nouveau genre dans l’univers du thé et du zen.
  • Les prunes salées « umeboshi » peuvent-elles être appréciées hors du Japon ?Les umeboshi, ou prunes macérées dans le sel puis séchées au soleil, sont un aliment traditionnel très prisé des Japonais. Les umeboshi sont par ailleurs bons pour la santé et peuvent se conserver longtemps. Cependant, elles sont loin de faire l’unanimité à l’étranger. Son goût extrêmement acide et salé en fait l’une des spécialités japonaises les plus détestées hors des frontières de l’Archipel. Mais regardons plutôt de plus près le charme et les bienfaits de ce petit aliment.
  • Découvrons le Japon l'eau à la bouche avec le journaliste gastronomique Michael BoothL’auteur et journaliste britannique Michael Booth est connu pour son amour du Japon et de la cuisine japonaise, une passion qu’il partage dans ses livres tels que Sushi and Beyond: What the Japanese Know About Cooking, publié en 2010. Nous l’avons rencontré lors de son énième passage dans l’Archipel. Assis à une table d’izakaya à Tokyo, il nous a raconté quelques anecdotes sur la gastronomie nippone, ses voyages et bien plus encore.
  • Un restaurant français, un groupe de personnes par jour, des produits de FukushimaLe restaurant « Hagi France Ryôriten » n’est pas un restaurant comme les autres. Situé dans la préfecture de Fukushima, ce restaurant unique se propose de servir des plats composés de légumes de saison cueillis du jour à un seul groupe de clients par jour. Le chef, Hagi Harutomo, est le premier Japonais à avoir eu le prestige de se retrouver derrière les fourneaux du Palais de l’Élysée. Les plats ainsi concoctés par le maître queux nippon ont pu être soumis à l’appréciation des exigeantes papilles du président François Hollande.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone