Dossier spécial A la découverte de la BD du monde au Japon
Matsumoto Taiyô et Nicolas de Crécy — la Rencontre
Des artistes japonais et français s’influencent mutuellement

Watanabe Reiko [Profil]

[14.11.2014]

L’« International Manga Fest » de Tokyo va très bientôt connaître sa 3e édition annuelle. Les échanges autour des mangas japonais, de la bande dessinée française et des comics américains se développent et la renommée de l’événement parmi les acteurs de ce secteur de la création gagne encore en importance. À très courte distance de l’ouverture du Festival, nous publions ici ce qui fut l’un des moments miraculeux de l’édition de l’an passé, la rencontre devant le public de deux génies de la bande dessinée française et japonaise.

Nicolas de Crécy

Nicolas de CrécyNé à Lyon en 1966. Diplômé de l’École Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême. Après une période aux studios Disney en France, il publie son premier ouvrage de bande dessinée en 1991, Foligatto. Il compte aujourd’hui plus de 30 albums, One shots, séries et Art books. Dans sa production, 5 titres ont d’ores et déjà été traduits en japonais, comme Le Bibendum céleste et Léon la Came. C’est la 4e fois qu’il vient au Japon, où il a séjourné en 2008 dans le cadre d’une résidence d’artiste à la Villa Kujôyama à Kyôto. Plusieurs de ses livres se déroulent au Japon, comme Esthétiques du quotidien au Japon, Journal d’un Fantôme ou Carnets de Kyôto. Sa nouvelle série La Rhapsodie du catch est publiée dans le magazine Ultra Jump (Shûeisha) depuis juillet 2014.

Matsumoto Taiyô

Matsumoto TaiyôNé à Tokyo en 1967. En 1988, Straight remporte le Prix des quatre saisons du mensuel Afternoon et est publié dans Morning (deux magazines de l’éditeur Kôdansha). Œuvres principales : Hana-otoko (L’Homme-fleur), Amer béton, Ping-pong, Number 5, Le Samouraï Bambou, etc. Depuis décembre 2010, sa série autobiographique Sunny est prépubliée dans le magazine Ikki-mensuel (éd. Shôgakukan). Kanai-kun est paru en janvier 2014 chez Tokyo Itoi Shigesato office. Il s’agit d’un album jeunesse écrit en collaboration avec le poète Tanikawa Shuntarô, qui traite de l’expérience que fait un enfant de la mort d’un ami. Une saison de 10 épisodes de l’adaptation de Ping-pong en anime a été diffusée à la télé entre avril et juin.

Matsumoto Taiyô est également très connu en France, bien que son extrême discrétion dans les médias fasse de lui une sorte de mystère vivant. C’est ce qui faisait de la rencontre publique de l’auteur de Ping-pong un événement exceptionnel. Qu’est-ce qui poussait Matsumoto Taiyô à sortir de sa tanière ? Tout simplement, le fait que cette rencontre ait lieu avec Nicolas de Crécy, auteur de BD français invité à Tokyo pour le 2e International Manga Fest. Matsumoto Taiyô voue une véritable admiration à Nicolas de Crécy et la qualité de leur dialogue devant le public du Tokyo Big Sight fut au niveau de l’événement. Nous sommes heureux de pouvoir vous le faire partager.

Deux rencontres

La première rencontre de Matsumoto Taiyô avec la bande dessinée française remonte à plus de 20 ans. Matsumoto, qui avait reçu commande d’un reportage manga sur le rallye Paris-Dakar pour le magazine de manga Morning, ouvrit pour la première fois une BD française par hasard dans une librairie lors de son passage à Paris.

MATSUMOTO TAIYÔ  Je n’étais pas très informé du fait qu’il existait une culture de la bande dessinée en France. Je suis entré dans la librairie et j’ai vu les albums, présentés dans des bacs comme des disques. Cela fut un véritable choc pour moi. C’est ainsi que j’ai découvert des auteurs comme Mœbius, Enki Bilal ou Michelangelo Prado. Cela m’a totalement fait oublier le rallye !

Quelques années plus tard, à Angoulême où il était l’invité du Festival International de la Bande Dessinée, Matsumoto a croisé Nicolas de Crécy, qui venait de sortir Léon la Came. Mais celui-ci était tellement entouré et occupé que la première réaction de Matsumoto fut de s’en détourner : « Non, je ne pourrai jamais l’aborder… »

Nicolas de Crécy répond du tac au tac : « Vous parlez de l’époque où j’étais encore connu en France ! » De son côté, Nicolas de Crécy ne connaissait pas encore les mangas de Matsumoto Taiyô, et la rencontre n’eut pas lieu. Il fallut attendre quelques années, quand Ping-pong fut traduit et publié en France (à partir d’octobre 2003).

NICOLAS DE CRECY  Je travaillais en atelier avec plusieurs dessinateurs de BD dans le sud de la France quand l’un d’eux m’a fait lire Ping-pong. Ce fut une vraie découverte. C’était un graphisme assez différent de l’image que j’avais des mangas, quelque part j’ai senti une sensibilité commune avec nos créations à nous.

MATSUMOTO  Je ne savais pas du tout que vous l’aviez déjà à cette époque. Je suis tellement heureux !

Foligatto en japonais (traduction : Hara Masato, PIE International)

Matsumoto Taiyô n’est pas un grand parleur, mais sa joie est plus intense qu’il n’y paraît. Quand Foligatto, la première BD de Nicolas de Crécy (sur un scénario d’Alexios Tjoyas, sorti en France en 1991) fut enfin traduit en japonais en 2013, c’est Matsumoto Taiyô qui a écrit le mot du bandeau promotionnel : « Une œuvre qui est aussi une chorégraphie. Le dessinateur que j’admire le plus ! »

MATSUMOTO  Les images de Nicolas de Crécy sont extrêmement étonnantes. Son trait est atypique dans le champ de la BD, je le compare plutôt à des peintres comme Klimt ou Egon Schiele. Depuis, il a déclaré qu’il regrettait une tendance au « trop plein », à l’accumulation d’éléments de détails et de techniques, mais cette accumulation possède un bon équilibre et génère un grand plaisir de lecture. C’est une œuvre formidable.

Le deuxième album de Nicolas de Crécy, Le Bibendum Céleste (1994), fut le premier à être traduit en japonais, avec un retard de 16 ans par rapport à sa sortie originale en France. Cet album est très différent du précédent, essentiellement parce qu’il en a écrit lui-même le scénario. Les dessins quasiment en pleine page présentent chacun un style particulier, ce qui est très novateur.

Le Bibendum Céleste ©Humanoids, Inc. Los Angeles.

MATSUMOTO  Bien plus que le précédent, cet album repose sur le concept de tout réaliser par soi-même, en épuisant toutes les techniques possibles. Le résultat est parfait, super impressionnant. Je n’ai qu’un seul mot : Sublime ! C’est à vous dégoûter de vos propres dessins !

DE CRECY  C’était il y a 20 ans, je dois faire un gros effort de mémoire ! D’ailleurs, de façon générale, j’établie d’abord la structure de l’histoire, mais ensuite je développe les dessins par improvisation, selon l’inspiration du moment.

MATSUMOTO  Ce qui serait totalement impossible pour un mangaka japonais. Ici, en principe, on dessine une série pour un magazine hebdomadaire ou mensuel. L’éditeur exige de voir d’abord un découpage rough à la date fixée, et à partir de là, on corrige en discutant ensemble.

Le dynamisme du manga japonais

Le troisième album de Nicolas de Crécy fut Léon la Came (1995, scénario de Sylvain Chomet ; Version japonaise en 2012). Du point de vue graphique, le style en est totalement différent de ceux des deux premiers ouvrages, plus aéré, moins sursaturé. L’accent est plus directement mis sur le récit. Il semble que ce troisième opus exerce déjà une certaine influence sur le manga japonais.

DE CRECY  Au départ, Léon la Came devait être en noir et blanc. Ça ressemble au manga dans le sens où c’est très cinématographique, la mise en scène est très élaborée. C’est un concept très fortement influencé par le manga japonais, ce qui n’existait pas dans la bande dessinée à l’époque.

MATSUMOTO  Personnellement, je suis un inconditionnel du travail de Nicolas de Crécy du début à la fin, de Foligatto à Salvatore (2005-2010). Mais c’est la période Léon la Came qui m’a le plus influencée. J’aime beaucoup l’équilibre entre complexité des détails et simplicité de cette œuvre.

DE CRECY  Quand j’ai découvert le travail de Taiyô Matsumoto, ma première réaction a été d’y voir des sortes de points communs. Et en même temps je suis également fasciné par les différences. Ce qui me surprend le plus, c’est le dynamisme du mouvement que l’on perçoit dans ses dessins. C’est quelque chose qui manque dans mon travail. Le découpage est très savant, et par-dessus cela une technique graphique époustouflante. La combinaison de ces éléments est remarquable.

MATSUMOTO  Quel éloge ! Je crois que je vais pleurer (rires dans le public).

  • [14.11.2014]

Après une expérience professionnelle dans une société de distribution de films et un journal, elle devient journaliste indépendante. Ses domaines principaux sont l’art, la musique, la littérature, la gastronomie, la mode et le design, tout ce qui tourne autour des modes de vie de façon générale. Elle a publié un grand nombre d’interviews et d’articles concernant des personnalités du cinéma sur le site Web DaCapo (éd. Magazin House)

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Juanjo Guarnido : « Je dis à mes enfants de ne pas lire que des mangas ! »L’intérêt du Japon pour la bande dessinée étrangère est en nette augmentation. L’International Manga Fest, qui se déroule chaque année depuis 2012, est l’une des étincelles qui a mis le feu aux poudres. Pour la seconde édition, en octobre 2013, le dessinateur espagnol résident en France Juanjo Guarnido, a fait le déplacement au Japon. Il nous a parlé de l’influence du manga japonais sur son style.
  • Peeters & Schuiten : la création durablePeeters & Schuiten ont remporté le Grand Prix du Festival Japan Media Arts, catégorie Manga en 2012 pour leur série « Les Cités obscures ». Grand Duo du monde de la bande dessinée européenne, ces amoureux du Japon nous ont livré les secrets d’une création toujours au sommet depuis des années.
  • Bastien Vivès : le manga français au futur procheBastien Vivès, jeune auteur de bande dessinée français, crée la sensation dans le monde du manga depuis la sortie japonaise du Goût du chlore en juillet 2013. Lors de sa première visite au Japon à l’occasion de « L’International Manga Fest » l’année précédente, il nous avait livré quelques éléments de ce que représente le Japon pour lui.
  • Emmanuel Lepage, voyageur de l’intimeEmmanuel Lepage, auteur-dessinateur français de bande dessinée, lauréat du Prix d’excellence du Festival Japan Media Arts 2012 de l’Agence des Affaires culturelles, a profité de son premier séjour au Japon en novembre 2012 pour rencontrer le grand maître du manga Ôtomo Katsuhiro, rencontrer de nombreux fans, et visiter Fukushima.
  • Urasawa Naoki parle avec Benoît Peeters & François SchuitenLa table ronde de l’International Manga Fest a passionné l’auditoire. Après Ôtomo Katsuhiro en première partie, Urasawa Naoki interrogeait Peeters & Schuiten, l’un des duos d’auteurs les plus importants de la BD franco-belge.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone