Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Le dernier festival de feux d’artifice japonais de l’année
[30.12.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le « Nagano Ebisukô Enka Taikai », ou Festival de feux d’artifice de Nagano Ebisukô, qui a lieu chaque année en novembre, est le dernier grand festival de feux d’artifice japonais de l’année. Nous étions sur place pour un reportage sur ce grand festival qui clôt la saison des festivals de feux d’artifice à travers le pays.

Les fans ne manqueraient ça pour rien au monde !

De façon générale, qui dit feux d’artifice au Japon dit essentiellement l’été. Et pourtant, l’un des plus importants festivals se déroule chaque année le 23 novembre, jour de la fête du travail au Japon. Comme son nom l’indique, le Nagano Ebisukô Enka Taikai a lieu à Nagano, dans la préfecture du même nom, et c’est le plus tardif de la saison. Riche d’une histoire exceptionnellement longue, puisque c’était cette année la 108e édition.

Sa réputation repose en partie sur la qualité de l’air que l’on trouve en cette saison, plus pur et plus clair que l’été, ce qui rend les feux d’artifice encore plus lumineux. Cette année aussi, environ 430 000 spectateurs venus de tout le pays se sont retrouvés pour assister à l’allumage d’environ 10 000 bombes.

L’autre point fort du festival est l’opportunité pour les fans de voir la pleine mesure des chefs d’œuvres d’Aoki Akio, maître artificier de l’atelier Beniya-Aoki Enka-ten, et président de la Nihon Enka Geijutsu Kyôkai, l’Association Japonaise des Arts du Feu d’Artifice, à laquelle sont affiliés tous les principaux artificiers japonais. Pour un nombre considérable d’aficionados, Aoki Akio est un véritable « gourou » du feu d’artifice. Et c’est spécialement pour admirer son travail que de très nombreux spectateurs, parmi lesquels des professionnels eux-mêmes, font le déplacement de tout le pays à Nagano.

Les artificiers locaux ne sont pas en reste et la Shinshû Enka Kôgyô, le principal atelier local, sous la houlette du maître artificier Fujiwara Nobuo, se fait chaque année un devoir de répliquer à la prestation de la Beniya-Aoki Enka-ten. C’est une véritable bataille de pétales de fleurs de feu qui se livre en plein ciel cette nuit-là. Admirez les prestations de ces deux maîtres que nous vous offrons en vidéo.

Chaque année, le festival coïncide avec l’Ebisukô, la fête à Ebisu, une divinité japonaise des pêcheurs, des marchands et de la prospérité, au sanctuaire de Nishinomiya de Nagano. Cette fête votive a pour objet de prier pour une récolte abondante et la prospérité du commerce, fortune et bonheur.

Dans les temps anciens, tous les commerçants ouvraient leurs réserves et offraient de grandes promotions sur leurs produits. C’est à partir que 1899 que l’habitude s’est prise pour les commerçants du quartier du sanctuaire Nishinomiya d’offrir des feux d’artifice en signe d’action de grâce à Ebisu, et la tradition perdure encore aujourd’hui.

 

Avec la coopération de la Chambre decommerce et d’industrie de Nagano et la Fédération des commerçants de Nagano
Photo de titre : Izumiya Gensaku

  • [30.12.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Enseigner la voie des samouraïs à travers l’archerie à chevalOgasawara Kiyomoto est l’héritier d’une école de tir à l’arc pratiqué à cheval par les samouraïs, appelé yabusame, et d’un code protocolaire dont les règles remontent à plus de huit siècles. Il enseigne aujourd’hui ces arts anciens sous la supervision de son père Kiyotada, chef de la 31e génération de la tradition Ogasawara-ryû.
  • Des broderies palestiniennes sur les ceintures de kimonoUne entrepreneuse culturelle japonaise, fascinée par les broderies traditionnelles palestiniennes aux motifs si colorés, est en train d’en diffuser l’appréciation parmi le public japonais en les adaptant sur des obi, les larges ceintures de kimono. Derrière cela, il y a également l’idée de former de nouvelles brodeuses et aider à la création d’emplois pour les femmes qui vivent dans les zones de conflit.
  • Cai Guo-Qiang : un artiste plasticien chinois profondément influencé par le JaponCai Guo-Qiang est un artiste plasticien chinois de renommée mondiale qui a la particularité d’avoir vécu au Japon de 1986 à 1995. C’est là qu’il a commencé à explorer les propriétés picturales de la poudre à canon et à réaliser des œuvres pyrotechniques (« événements explosifs ») devenues par la suite sa marque de fabrique, sa « signature ». Quelle place le Japon occupe-t-il dans le travail étroitement lié à la culture, l’histoire et la pensée de la Chine de Cai Guo-Qiang ? C’est la question à laquelle l’éditeur Demura Kôichi se propose de répondre dans le présent article.
  • Le secret du calme mystique des bols à thé RakuÀ l’heure actuelle, les bols à thé (chawan) raku de couleur noire font l’objet d’une attention croissante dans le monde. Le premier d’entre eux a été façonné par Chôjirô, le fondateur de la famille de potiers Raku, à la demande de Sen no Rikyû (1522-1691), le maître de la cérémonie du thé (cha no yu) qui a porté cet art à un degré de raffinement sans précédent. Pourquoi la beauté émanant de sobriété (wabi) de ces bols exerce-t-elle une pareille fascination, y compris en dehors du Japon ? C’est la question que nous avons posée à Raku Kichizaemon XV, descendant à la XVe génération du créateur de ces fameux chawan.
  • Les bols à thé en céramique Raku, un art d’avant-gardeSi la céramique dite Raku s’est acquis une rénommée mondiale, ses techniques traditionnelles, son histoire comme son esprit restent encore en grande partie inconnus du public. Nous allons tenter de découvrir ici l’esprit d’avant-garde caché dans ces bols destinés à la cérémonie du thé.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone