Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
L’univers de Kawabe Takeo, artisan du bonsaï

Takemori Ryôchi [Profil]

[18.04.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

Un maître de 70 ans, Kawabe Takeo, est en train de révolutionner le monde du bonsaï, avec des chefs-d’œuvre inouïs qui remettent en question les formes conventionnelles. Les amateurs passionnés de ses œuvres sont particulièrement nombreux en Europe, où des connaisseurs font le déplacement au Japon pour une rencontre même fugace avec ses œuvres. Nous avons voulu en savoir plus sur la philosophie qui anime Kawabe Takeo et sa vision de la nature.

Des bonsaïs très anticonformistes

« Tout comme chaque personne a son caractère, chaque arbre possède son individualité. À leur naissance, ils sont dotés d’une force vitale inimaginable. Puis, en fonction de l’environnement dans lequel ils grandissent, et des expériences qu’ils vivent, l’arbre forgera sa propre histoire. Voilà pourquoi chaque bonsaï délivre un message unique. »

Ainsi parle Kawabe Takeo.

Prenons l’exemple de l’imi-eda, la « branche gênante », un concept très commun dans le monde des amateurs de bonsaïs. Ce terme désigne une branche qui pointe vers le spectateur, comme une attitude agressive ou intimidante. L’esthétique commune du bonsaï considère une telle branche comme « gênante » et exige qu’elle soit coupée. De même, une branche traversant l’axe du tronc sera également sectionnée. Kawabe Takeo, lui, n’a pas craint de présenter un bonsaï avec des imi-eda lors d’une exposition très renommée.

« J’ai toujours eu du mal à accepter les formes conventionnelles et “cliché”. Il suffit de regarder un arbre vivant dans le rude environnement de la nature pour que tous vos préjugés de l’esthétique du bonsaï s’envolent. Je dirais même : la nature regorge de “branches gênantes”. Je propose de prendre la mesure de cette présence au monde et en accepter l’apparence. Car les arbres du monde naturel sont variés et uniques, d’une individualité bien plus riche que les seules formes conventionnelles.

Un genévrier du Tôhoku (Photo : Sawano Shinichirô)

Ses plus grands admirateurs sont européens

La touche dynamique et audacieuse des bonsaïs de M. Kawabe a très vite été remarquée par les amateurs européens, totalement envoûtés après la découverte de ses œuvres à travers les revues spécialisées japonaises.

Après sa première venue en Europe en 2002, à l’invitation de la plus grande société espagnole de négoce de bonsaïs, M. Kawabe s’est vu convié plus d’une soixantaine de fois dans de nombreux pays européens, en Allemagne, France, Belgique ou Monaco, où il est considéré comme « le maître du bonsaï ».

En 2012, l’Agence nationale du tourisme japonais a édité une brochure destinée aux touristes étrangers pour présenter toutes les pépinières de bonsaïs au Japon. L’enquête effectuée à cette occasion a démontré l’extraordinaire réputation de M. Kawabe en Europe et en Amérique du Nord, et il a naturellement eu l’honneur d’introduire la brochure.

« Depuis des années, au Japon, le monde du bonsaï manque de souffle. Mais à l’étranger, cet art a le vent en poupe. Je souhaiterais que, comme avec le cas des estampes ukiyo-e, l’appréciation des Occidentaux relance l’estime des Japonais pour les bonsaïs. »

Les paroles de M. Kawabe sont aujourd’hui en train de se concrétiser.

Kawabe Takeo enseigne l’art du bonsaï à un groupe de visiteurs suisses. (Photo : Sawano Shinichirô)

Aujourd’hui, M. Kawabe reçoit régulièrement chez lui des groupes d’amateurs et d’enseignants occidentaux. L’un d’entre eux, M. Oscar Roncari, président du Bonsaï Club de Suisse romande, nous a expliqué les raisons de sa fascination pour les bonsaïs de Kawabe Takeo.

« Je ressens à travers les bonsaïs de maître Kawabe un vaste amour et un profond respect pour l’arbre. Malheureusement, la culture liée aux bonsaïs tombe de plus en plus dans le mercantilisme, les bonsaïs deviennent des stéréotypes, et le respect de l’arbre est négligé. Avant de contraindre l’arbre, l’essentiel n’est-il pas, comme le dit maître Kawabe, de recevoir ce que l’arbre nous donne ? »

Ces mots ne se limitent pas à la vision du bonsaï de Kawabe Takeo. M. Roncari touche ici très précisément l’essence de la culture du bonsaï pour tout amateur digne de ce nom. Tous les artisans du bonsaï sont animés par un amour et une profonde considération envers les matériaux qu’ils travaillent.

  • [18.04.2017]

Diplômé de l’Université de Hiroshima en 1984. A travaillé comme jardinier, employé d’une agence de publicité et éditeur d’une revue de jardinage, avant d’entrer en 2007 chez le marchand d’art Goo-An, où il est rédacteur pour diverses publications sur la culture japonaise. Depuis 2011 éditeur en chef de Wago, une revue illustrée consacrée à des sujets liés au shintô. Éditeur de plusieurs livres, dont Kutsurogi o shiru otona no kottô seikatsu nyûmon (Introduction à une vie raffinée en compagnie d’objets d’art anciens) de Yasukôchi Mami.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le secret du calme mystique des bols à thé RakuÀ l’heure actuelle, les bols à thé (chawan) raku de couleur noire font l’objet d’une attention croissante dans le monde. Le premier d’entre eux a été façonné par Chôjirô, le fondateur de la famille de potiers Raku, à la demande de Sen no Rikyû (1522-1691), le maître de la cérémonie du thé (cha no yu) qui a porté cet art à un degré de raffinement sans précédent. Pourquoi la beauté émanant de sobriété (wabi) de ces bols exerce-t-elle une pareille fascination, y compris en dehors du Japon ? C’est la question que nous avons posée à Raku Kichizaemon XV, descendant à la XVe génération du créateur de ces fameux chawan.
  • Les bols à thé en céramique Raku, un art d’avant-gardeSi la céramique dite Raku s’est acquis une rénommée mondiale, ses techniques traditionnelles, son histoire comme son esprit restent encore en grande partie inconnus du public. Nous allons tenter de découvrir ici l’esprit d’avant-garde caché dans ces bols destinés à la cérémonie du thé.
  • Tsuchiya Kaban : du cartable d’écolier au sac à dos pour adulteLa maison Tsuchiya Kaban a vu le jour en 1965. Depuis lors, elle fabrique de superbes cartables d’écolier (randoseru) réputés pour être à la fois inusables et indémodables. De quoi satisfaire les parents les plus exigeants et accompagner les enfants japonais durant les six années que dure leur scolarité primaire. Au Japon, le succès des randoseru ne s’est jamais démenti et il est maintenant en train de gagner le reste du monde. Cet été, nous avons rendu visite aux ateliers de Tokyo de Tsuchiya Kaban au moment où les employés mettaient la dernière main à la nouvelle collection, juste avant de prendre les commandes pour la rentrée 2017.
  • Le nouveau musée Hokusai de Tokyo « The Sumida Hokusai Museum »Un nouveau musée, le Sumida Hokusai Museum, consacré à Katsushika Hokusai, l’un des plus célèbres artistes de l’époque d’Edo, vient d'ouvrir ses portes. Il est situé dans le quartier de Sumida, près de la station du JR et du métro Ryôgoku, à quelques minutes à pied du Stade national de sumô (Kokugikan) et du Musée Edo-Tokyo.
  • Le cartable japonais « randoseru » s'exporteDes écoliers du primaire arborant fièrement sur leur dos un « randoseru » tout beau tout neuf : voilà une scène printanière typique au Japon. Aussi bien les Japonais que les étrangers se retournent sur le passage de ces enfants espiègles, équipés du cartable à bretelles qui leur fera sans bouger les six années de leur scolarité élémentaire.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone