Dossier spécial La modernité de l’esthétique traditionnelle
Le secret du calme mystique des bols à thé Raku
[15.05.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

À l’heure actuelle, les bols à thé (chawan) raku de couleur noire font l’objet d’une attention croissante dans le monde. Le premier d’entre eux a été façonné par Chôjirô, le fondateur de la famille de potiers Raku, à la demande de Sen no Rikyû (1522-1691), le maître de la cérémonie du thé (cha no yu) qui a porté cet art à un degré de raffinement sans précédent. Pourquoi la beauté émanant de sobriété (wabi) de ces bols exerce-t-elle une pareille fascination, y compris en dehors du Japon ? C’est la question que nous avons posée à Raku Kichizaemon XV, descendant à la XVe génération du créateur de ces fameux chawan.

Raku Kichizaemon XV

Raku Kichizaemon XVNé en 1949 à Kyoto. Descendant à la XIe génération de la famille de potiers Raku (plus précisément, XIVe du nom Kichizaemon après le fondateur Chôjirô). Directeur et président du conseil d’administration du Raku Museum de Kyoto. Titulaire d’un diplôme du département de sculpture de l’Université des arts de Tokyo, obtenu en 1973. A ensuite étudié pendant deux ans à l’Academia delle Belle Arti de Rome. En 1981, il est devenu l’héritier en titre de la famille Raku, sous le nom de Raku Kichizaemon XV. Lauréat de nombreux prix dont la médaille d’or de l’Association de la céramique japonaise (Nihon tôji kyôkai, 1991). Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres français (2000). En 2007, il a conçu une salle d’exposition et un pavillon de thé pour le Sagawa Museum à Moriyama, dans la préfecture de Shiga. Auteur de nombreux ouvrages dont Chawan ya (éd. Tankôsha, 2011), Raku : A Legacy of Japanese Tea Ceramics (écrit en collaboration avec son fils Raku Atsundo, éd. Seigensha, 2015) et Raku Kichizaemon (Raku Museum, 1994).

Un bol à thé traditionnel qui fascine le monde entier

Chôjirô (1516?-1592), le fondateur de la famille de potiers Raku, est l’auteur d’un bol à thé Raku noir remarquable par l’irrégularité de sa forme, l’austérité de sa couleur et une absence totale de décor. Il a réalisé ce chef-d’œuvre de sobriété au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, à la demande du grand maître de l’art du thé Sen no Rikyû. Chôjirô a façonné cette céramique à la main de façon à ce qu’elle repose délicatement dans la paume du buveur de thé, en lui donnant l’impression qu’il s’agit d’un objet de terre encore malléable. Sous son apparence modeste et paisible, ce chawan incarne la profondeur d’esprit de Chojirô et Sen no Rikyû, deux hommes de l’époque brillante de Momoyama (1568-1603) qui ont accordé une importance vitale au concept esthétique de wabi et aux notions de tranquillité, de solitude, de simplicité et de frugalité allant de pair avec.

Chôjirô, Ôguro (grand noir), bol Raku noir (XVIe siècle), bien culturel important du Japon. Collection privée
Considéré comme le bol à thé le plus achevé de Chôjirô, il se signale par sa présence impressionnante sous une apparence paisible.

Raku Kichizaemon XV, né en 1949, est l’héritier en titre du fondateur de la lignée de potiers Raku. Il s’est lancé dans un projet sans précédent consistant à montrer en dehors du Japon – dans des pays où la cérémonie du thé (cha no yu) est très peu connue – les bols à thé hautement inspirés créés par sa famille avec les techniques qu’elle s’est transmises de père en fils depuis la première jusqu’à la seizième (et prochaine) génération. En 1997, des expositions ont eu lieu en Italie, en France et aux Pays-Bas. Et en 2015, quelque 170 œuvres ont été présentées au musée d’Art du comté de Los Angeles (LACMA) aux États-Unis, ainsi que dans les deux plus grands musées d’art de la Russie, à savoir le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg et le musée des Beaux-arts Pouchkine de Moscou. Ces manifestations ont attiré environ 190 000 personnes. Les bols a thé Raku, emblèmes de l’esthétique japonaise liée aux concepts de wabi et sabi (sobriété, rusticité), ont partout eu droit à un accueil enthousiaste, ce qui a vivement touché la famille Raku.

Chôjirô, Kaburo (jeune assistant), bol Raku noir (XVIe siècle), bien culturel important du Japon. Collection Fondation Omotesenke Fushin’an
Sen no Rikyû aimait, paraît-il, tout particulièrement ce bol. L’école Omotesenke – une des trois lignées descendant directement du grand maître du thé – l’utilise en principe uniquement à l’occasion des célébrations dédiées à sa mémoire.

  • [15.05.2017]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Nishioka Fumio ou l’art de faire revivre les armures anciennes japonaisesLa fabrication d’une armure japonaise traditionnelle met en jeu des techniques aussi diverses que le forgeage, le repoussé, le travail du cuir, la teinture ou le tressage (kumihimo). Nishioka Fumio est l’un des rares artisans de l’Archipel à maîtriser tous ces savoirs. Pour en apprendre davantage, nous sommes allés lui rendre visite dans son atelier.
  • À l’approche des vrais ninjasIl n’y a pas qu’au Japon que les ninjas connaissent une popularité exceptionnelle. Ils sont connus dans le monde entier, comme le prouve le succès des films, d’animation ou en prises de vues réelles, qui les mettent en avant. Or, jusqu’à présent, leur réalité historique était plongée dans un mystère. Ce n’est que très récemment que certaines recherches sont parvenues à lever une partie du voile.
  • Enseigner la voie des samouraïs à travers l’archerie à chevalOgasawara Kiyomoto est l’héritier d’une école de tir à l’arc pratiqué à cheval par les samouraïs, appelé yabusame, et d’un code protocolaire dont les règles remontent à plus de huit siècles. Il enseigne aujourd’hui ces arts anciens sous la supervision de son père Kiyotada, chef de la 31e génération de la tradition Ogasawara-ryû.
  • Des broderies palestiniennes sur les ceintures de kimonoUne entrepreneuse culturelle japonaise, fascinée par les broderies traditionnelles palestiniennes aux motifs si colorés, est en train d’en diffuser l’appréciation parmi le public japonais en les adaptant sur des obi, les larges ceintures de kimono. Derrière cela, il y a également l’idée de former de nouvelles brodeuses et aider à la création d’emplois pour les femmes qui vivent dans les zones de conflit.
  • Cai Guo-Qiang : un artiste plasticien chinois profondément influencé par le JaponCai Guo-Qiang est un artiste plasticien chinois de renommée mondiale qui a la particularité d’avoir vécu au Japon de 1986 à 1995. C’est là qu’il a commencé à explorer les propriétés picturales de la poudre à canon et à réaliser des œuvres pyrotechniques (« événements explosifs ») devenues par la suite sa marque de fabrique, sa « signature ». Quelle place le Japon occupe-t-il dans le travail étroitement lié à la culture, l’histoire et la pensée de la Chine de Cai Guo-Qiang ? C’est la question à laquelle l’éditeur Demura Kôichi se propose de répondre dans le présent article.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone