Dossier spécial Les Japonaises et la beauté
Japonaise jusqu’au bout des ongles
[21.05.2013] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Le Japon est passé maître en l’art de revisiter les succès mondiaux, en leur apportant une touche bien particulière. Le nail art n’y échappe pas et aujourd’hui, les créations japonaises dans ce domaine sont les plus appréciées au monde. Gros plan sur la recherche de la perfection jusqu’au bout des ongles.

Kinoshita Mihori

Kinoshita MihoriDébute en tant qu’artiste maquilleuse en 1977. Etudie la photographie et le design artistique à l’université de photographie de Tokyo. Après une formation aux Etats-Unis de maquilleuse en effets spéciaux et d’artiste manucure, elle revient au Japon où elle se lance dans la direction artistique. En 1985, lors de la fondation de l’Association japonaise des nailist, elle fait partie de la commission éducative (aujourd’hui membre du conseil d’administration et présidente de la commission projets). Conseillère look et beauté des plus grands noms dans des domaines variés, PDG de Yumi Creation depuis 1996, elle est aussi l’auteur du Carnet de manucure de Rika-chan avec Kinoshita Mihori (Gakken Marketing). http://www.yumi.co.jp/ (uniquement en japonais)

30 000 « nailists » au Japon

Connaissez-vous le métier de « nailist » ? Ce néologisme japonais créé à partir de l’anglais désigne les nail artistes, également connus en France sous l’appellation d’artistes en manucure ou artistes ongulaires. Le mot nailist a été inventé par l’Association japonaise des nailist, principal promoteur de ce métier dans l’archipel.

A gauche : le salon Tokyo Nail Expo, organisé par l’Association japonaise des nailist tous les ans en novembre, désigné « mois de l’ongle ». En 2012, la 17e édition de ce salon a attiré 54 000 visiteurs en deux jours (le 18 novembre 2012 au Tokyo Big Sight). A droite : le concours « Naitiful », l’un des moments forts du salon. Les participants sont jugés sur leur look total, de la manucure à la coiffure en passant par le maquillage et la toilette portée (photo : Association japonaise des nailist)

Kinoshita Mihori, l’une des fondatrices de l’Association japonaise des nailist, est aussi l’une des figures emblématiques du milieu. C’est elle qui, dans les années 1980, a introduit dans l’Archipel les extensions d’ongles et a développé un système de soins propre au Japon. Bref, Kinoshita Mihori est la mère du nail art japonais.

L’« esthétique de la beauté », une affaire de doigté

Tonomura Masako (Atelier Kinoshita Yumi), lauréate d’argent des professionnels au Concours Naitiful en 2012. « L’attention apportée au bien-être de la cliente en salon, sur la durée comme dans l’espace, est peut-être la plus grande spécificité du nail art japonais. »

Un look total créé par Tonomura Masako : les éléments japonais, comme la pivoine et l’éventail, se fondent parfaitement avec les éléments occidentaux. Une œuvre qui a demandé un mois et demi de préparation.

Mme Kinoshita et l’Association japonaise des nailist ont tiré le meilleur parti de l’habileté manuelle des Japonais pour former des nail artistes, aujourd’hui considérés comme les meilleurs du monde. Que pense-t-elle du récent boom du nail art ?

« De plus en plus de femmes de tous âges pratiquent le nail art. Si le nail art connaît un tel succès malgré la crise actuelle, c’est parce qu’il s’agit d’une réelle “esthétique de la beauté”, qui embellit le corps et le cœur. Les soins en salon ont aussi un effet apaisant. Le nail art est plus qu’une mode, c’est un soin de beauté à part entière. »

D’après les chiffres de l’Association japonaise des nailist, en 2011, le secteur a réalisé un chiffre d’affaires de 208,5 milliards de yens, presque le double d’il y a six ans. Le nombre de salons de nail art — 19 500 —, a également doublé en cinq ans. Pour les nail artistes qui exercent en salon, réussir les examens de l’Association est la marque du vrai professionnel. Chaque année, plus de 60 000 candidats passent ces examens, 1,6 fois plus qu’il y a cinq ans. Il existe 300 écoles de nail art au Japon (y compris les cursus intégrés aux écoles d’esthéticiennes) et environ 30 000 nail artistes. On peut difficilement parler d’une mode passagère.

  • [21.05.2013]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Pourquoi les Japonaises veulent-elles avoir le teint clair ?Pour les femmes japonaises, un teint lumineux a toujours été synonyme de beauté, comme le montre le proverbe « une peau blanche cache les petits défauts ». De nos jours, malgré la mode du maquillage occidental, les Japonaises restent attachées à un teint clair. Remontons aux sources de cette esthétique.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone