Dossier spécial Allons voir les festivals japonais !
L’histoire étonnante du festival de la neige de Sapporo
[02.02.2015] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Dans l’île septentrionale d’Hokkaidô, le festival de la neige de Sapporo (Sapporo yuki matsuri) est l’un des événements les plus importants de l’hiver. Chaque année, elle attire des foules de visiteurs venus du monde entier. Pourtant, lors de sa première édition, en 1950, elle ne comportait en tout et pour tout que six petites sculptures de neige élaborées par des lycéens de la ville.

Des débuts extrêmement modestes

Des collégiens et des lycéens de Sapporo en train de réaliser une sculpture de neige, en 1950.

Les origines du « festival de la neige de Sapporo » (Sapporo yuki matsuri) remontent à 1950. À l’époque, le Japon était encore dans la période de l’après-guerre et ses habitants avaient du mal à se procurer la nourriture et les produits de base indispensables à leur survie. Mais la municipalité et de l’office du tourisme de Sapporo – la capitale de l’île d’Hokkaidô –, n’en ont pas moins demandé à des collégiens et des lycéens de sculpter six statues de trois à cinq mètres de haut dans la septième section du parc Ôdori, où l’on entassait jusque-là la neige ramassée dans les rues du voisinage pendant l’hiver. Bien que dépourvus de toute connaissance ou expérience en la matière, les jeunes gens ont pris des outils et ils se sont mis courageusement à l’ouvrage. Ils ont procédé par tâtonnements, avec l’aide d’un professeur d’art. Et ils ont fini par réaliser le travail qu’on leur avait commandé.

« Ours », une des sculptures du 1er festival de la neige de Sapporo, en 1950.

Une fête de la neige a ainsi été organisée autour de ces six sculptures. Elle comprenait aussi d’autres attractions, en particulier des courses de chiens de traineaux, des bals et des spectacles de théâtre et de musique. Le succès de cette manifestation a été immédiat. Elle a en effet attiré 50 000 personnes. L’accueil enthousiaste réservé au premier festival de la neige s’explique par l’interminable hiver qui caractérise la ville et ne donne guère l’occasion à ses habitants de se divertir. Dès l’année suivante, la municipalité a décidé d’en faire un événement annuel. Depuis lors, les sculptures de neige n’ont pas cessé de progresser en termes de taille, de quantité et de sophistication, au même titre que le festival de la neige elle-même.

Des sculptures de neige d’une hauteur stupéfiante

Shôten (L’Ascension), une sculpture de 15 mètres de haut présentée lors du 4e festival de la neige de Sapporo, en 1953.

Le 4e festival de la neige de Sapporo, qui s’est déroulé en 1953, a été marquée par la présence d’une statue de neige géante. Une première mondiale. Cette sculpture, appelée « l’Ascension », mesurait 15 mètres de hauteur, c’est-à-dire trois fois plus grande que toutes celles qui l’avaient précédées. Les spectateurs ont été complètement sidérés par sa taille.

En 1955, les Forces d’autodéfense (FAD) japonaises ont participé pour la première fois à l’organisation du festival de la neige de Sapporo en réalisant une sculpture géante. Quatre ans plus tard, en 1959, 2 500 membres des FAD ont été mobilisés pour la construction d’un grand nombre de monuments de neige. Cette année-là, la télévision et les journaux nationaux japonais ont parlé pour la première fois du festival, ce qui a eu pour effet de multiplier le nombre des visiteurs venus du reste de l’Archipel. Et c’est ainsi que cette manifestation est devenue célèbre dans tout le pays.

Des membres des Forces d’autodéfense du Japon en train de participer activement à la réalisation de sculptures géantes, dans le cadre du festival de la neige de Sapporo.

Des sculptures de neige réalisées pour le 14e festival de la neige de Sapporo, en 1963. À l’arrière-plan, l’antenne de la télévision de la ville.

À partir de sa 16e édition, en 1965, le festival de la neige a pris encore plus d’ampleur avec l’ouverture d’un second emplacement réservé aux sculptures de neige. Ce nouveau site se trouvait sur la base des Forces d’autodéfense terrestres de Makomanai. Il a beaucoup plu aux familles parce qu’il contenait, entre autres attractions, une immense sculpture dotée d’un toboggan ainsi que des statues géantes représentant des personnages particulièrement appréciés par les enfants, comme le chat-robot Doraemon. Sept ans plus tard, en 1972, Sapporo a abrité les XIe Jeux olympiques d’hiver, ce qui a eu le mérite de focaliser l’attention du monde non seulement sur la capitale de l’île d’Hokkaidô mais aussi sur son festival de la neige.

  • [02.02.2015]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une fête pour faire tomber la pluie : Suneori AmagoiUn festival traditionnel sans équivalent, en forme de rite pour faire venir la pluie, intitulé Suneori Amagoi, se déroule à Tsurugashima dans la préfecture de Saitama. Un énorme dragon est fabriqué à cet effet par les résidents locaux, puis porté en procession. Ce rite de la pluie a lieu une fois tous les quatre ans, les années des Jeux olympiques d’été ! Ce festival est répertorié comme bien culturel folklorique national.
  • Un somptueux festival d’été : le Festival de Samba d’AsakusaDes débuts modestes en 1981 n’ont pas empêché le Festival de Samba d’Asakusa de devenir au fil des ans l’un des plus importants festivals d’été de toute l’Asie, attirant chaque année quelques 500 000 spectateurs. Avec 4000 participants regroupés en 18 équipes, le concours est acharné.
  • Savez-vous danser l’Awa odori ?L’Awa odori est certainement l’un des plus célèbres des danses traditionnelles japonaises. C’est également un festival annuel qui attire énormément de monde pendant l’été dans sa région d’origine, Tokushima, dans l’île de Shikoku. Venez avec nous faire connaissance avec cette tradition riche de 400 ans d’histoire !
  • Gion matsuri et l’hospitalité légendaire des KyotoïtesDu premier au dernier jour de juillet, la ville millénaire de Kyoto se pare aux couleurs de « Gion Matsuri », le festival de Gion. Ce sont évidemment les temps forts du « yoiyama », du 14 au 16, et la procession des « yama-hoko » le 17 qui attirent le plus de monde. L’esprit de l’hospitalité des citoyens de Kyoto, qui allaient jusqu’à importer des objets précieux de l’étranger pour décorer leurs chars, a toujours soutenu ce festival traditionnel, le plus important de tous les matsuri d’été du Japon.
  • Des « dingues de Nebuta » vouent une véritable passion au festivalDe gigantesques lanternes de papier en forme de personnages folkloriques paradent dans la ville, accompagnés de leurs danseurs (appelés haneto) aux beaux chapeaux en bambou. L’âme passionnée des gens du nord, mise en réserve durant les longs hivers, explose littéralement lors du festival des Nebuta d’Aomori. Certains amateurs en sont tellement fous, que dans le pays, on les appelle les « dingues de Nebuta ».

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone