Dossier spécial Le centenaire de Takarazuka
Kobayashi Ichizô, le fondateur visionnaire de la compagnie Takarazuka
[11.07.2014] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية |

Kobayashi Ichizô (1873-1957) était un homme doué de multiples talents. Dans le monde des affaires, il s’est affirmé comme un entrepreneur de génie en fondant, entre autres, les chemins de fer Hankyû Dentetsu, en 1907, et les célèbres studios de cinéma Tôhô, en 1932. Il s’est aussi illustré dans bien d’autres domaines comme la politique, l’écriture de romans et la cérémonie du thé. Mais si l’on s’en souvient aujourd’hui, c’est surtout parce qu’il a créé la compagnie théâtrale Takarazuka qui a fêté son centenaire en avril 2014. Cette institution prestigieuse a conservé jusqu’à ce jour les principes rigoureux que son fondateur lui a inculqués, en particulier sa fameuse devise « pureté, droiture et beauté ». Dans les lignes qui suivent, nous nous penchons sur la vie et les idées de ce personnage hors du commun.

Les débuts de Takarazuka : une petite source thermale soucieuse d’attirer la clientèle

Pour aller en train à Takarazuka depuis Ôsaka, il suffit de prendre un express de la ligne Hankyû à la gare d’Umeda. Le trajet dure environ trente minutes. Aujourd’hui, cette ville de la préfecture de Hyôgo doit essentiellement sa célébrité à la compagnie théâtrale Takarazuka dont elle abrite les activités depuis un siècle. Mais en 1910, l’année où la ligne Minô-Arima Denki Kidô — qui a pris par la suite le nom de Hankyû — a été inaugurée, Takarazuka n’était qu’une petite source thermale peu fréquentée, située sur la rive droite de la Mukogawa. La rive gauche, où se dresse à présent le Grand Théâtre de Takarazuka, se limitait à quelques fermes disséminées dans le paisible bois de pins qui longeait la rivière.

En outre, il existait déjà une autre ligne concurrente créée en 1905 par Hanshin, qui reliait les grandes villes d’Ôsaka et de Kôbe et avait beaucoup de succès. Pour attirer les voyageurs, Kobayashi Ichizô, alors responsable de la gestion de la ligne Minô-Arima Denki Kidô, a décidé de mettre en œuvre un projet auquel il pensait depuis longtemps, celui de réaménager entièrement Takarazuka en construisant des logements le long du chemin de fer et en créant des installations de loisirs pour le public.

L’entrée principale du Grand Théâtre Takarazuka

Il a acheté les terrains situés au bord de la rivière, du côté opposé aux sources chaudes (onsen) qui existaient déjà dans le village, et il y a construit une nouvelle station thermale dont les salles spacieuses et les bains en marbre ont tout de suite séduit les clients. En revanche, la piscine couverte du centre de loisirs « Paradise » édifié à côté de la station thermale a été un échec complet. Dans sa biographie, Kobayashi Ichizô donne les explications suivantes : « Comme le soleil ne donnait pas directement sur la piscine, l’eau était très froide au point qu’il était impossible d’y nager, ne serait-ce que cinq minutes. J’ignorais qu’à l’étranger, les piscines sont équipées de canalisations dans lesquelles on fait circuler de la vapeur pour maintenir l’eau à une température adéquate. »

« Le chemin des fleurs » (hana no michi) qui relie le Grand Théâtre Takarazuka à la gare de la ville

Kobayashi Ichizô a donné la mesure de son extraordinaire inventivité en reconvertissant cette piscine inutilisable en salle de spectacle. Après l’avoir vidée de son eau, il y a installé des sièges destinés au public et il a transformé les vestiaires en une scène où des jeunes filles pouvaient chanter et interpréter des pièces de théâtre. Les spectacles, qui étaient gratuits pour les clients de la station thermale, ont eu rapidement du succès. Le théâtre a affiché complet chaque soir durant la période de deux mois que durait la saison. Voilà comment a débuté la compagnie théâtrale Takarazuka qui vient de fêter son centième anniversaire.

Le fondateur de la compagnie a également fait preuve de beaucoup d’ingéniosité dans le choix des actrices. Il a recruté des jeunes filles qui aimaient le chant en veillant à ce qu’elles viennent de ce qu’il considérait comme de bonnes familles. Il leur a donné en outre une rémunération supérieure à la normale et s’est mis en devoir de leur apprendre non seulement la musique mais aussi la morale et les bonnes manières.

  • [11.07.2014]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Takarazuka, une compagnie théâtrale unique en son genreTakurazaka Kagekidan est une compagnie théâtrale spécialisée dans les spectacles musicaux et les revues dont le siège se trouve à Takarazuka, dans la préfecture de Hyôgo, entre Kôbe et Osaka. Sa particularité : elle est exclusivement composée d’actrices célibataires. L’article suivant raconte l’histoire de cette troupe de théâtre unique en son genre.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone