Dossier spécial Sous le feuillage des arbres géants du Japon
Les arbres géants des îles

Takahashi Hiroshi [Profil]

[01.08.2017] Autres langues : 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

L’un des arbres géants les plus célèbres du Japon est sans conteste le Jômon sugi (« le cèdre Jômon »), sur l’île de Yakushima. Preuve s’il en est que les îles japonaises possèdent elles aussi leurs géants remarquables. Symboles de leur île, ils ont profité du climat doux et de l’air pur de leur environnement. Allons à leur rencontre.

L’archipel nippon est composé de plus de 6 000 îles, dont certaines possèdent de grands arbres. Les îles Oki (préfecture de Shimane) et l’île de Mikurajima (préfecture de Tokyo) sont connues parmi les amateurs pour son grand nombre d’arbres géants. De plus en plus d’administrations locales voient en eux un moyen de développer l’attractivité de leur île.

Le Jômon sugi de Yakushima, leader incontesté de cette forêt primaire inscrite au patrimoine de l’humanité de l’Unesco, est l’une de ces stars des îles. Découvert en 1966, son âge est évalué à environ 7 200 ans. Sa notoriété s’est rapidement étendue dans tout le pays.

D’autres géants existent ailleurs, aussi bien dans l’île de Tsushima ou de l’archipel des Gotô (préfecture de Nagasaki), lesquelles se trouvent sur la route par laquelle le ginkgo s’est introduit au Japon depuis la péninsule coréenne, que dans les îles de la mer intérieure de Seto, grâce à l’environnement favorable d’un climat doux. Leur éloignement par rapport aux grandes villes est aussi vraisemblablement un facteur favorisant leur vigueur et leur santé. J’en ai sélectionné trois.

Le Jômon sugi (île de Yakushima, préfecture de Kagoshima)

Espèce : cèdre du Japon (Cryptomeria japonica)
Localisation : Miyanoura, Yakushima-chô, Kumage-gun, Kagoshima-ken 891-4205
Circonférence : 16,1 m, hauteur : 30 m, âge : plus de 2 000 ans
Patrimoine naturel du Japon (l’ensemble des cryptomerias de l’île)
Taille ★★★★★
Vigueur  ★★★
Forme  ★★★
Branchage ★★
Majesté  ★★★★★

Cet arbre est sans aucun doute le cèdre le plus célèbre du Japon. Sa popularité a fait un bond en 1993 quand l’île de Yakushima a été enregistrée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Il n’est d’ailleurs pas le seul à prétendre au titre de plus gros sugi du Japon. Cependant, ses homologues sont généralement des arbres issus de fusions de plusieurs troncs. Mais le Jômon sugi, lui, se dresse uniquement sur son tronc principal, et dans cette catégorie, il n’a aucun rival à sa taille. Alors, admettons-le une fois pour toute : le plus gros cèdre du Japon, c’est lui !

Si l’image du cèdre du Japon est généralement celle d’un arbre élancé et droit, le Jômon sugi est tout autre. Il n’est pas si haut que cela et son tronc est extrêmement trapu. Ses branches irrégulières sont également caractéristiques de la variété endémique des cèdres de Yakushima (Yaku sugi), dans leur environnement très exposé aux typhons. Les nœuds et irrégularités à la surface de son tronc lui ont certainement permis d’échapper à l’abattage pour en faire du bois de charpente au cours des siècles passés.

À l’époque de sa découverte, son âge avait été estimé à 7 200 ans. Plus tard, la mesure au carbone radioactif avait donné un résultat de 2 170 ans. Quoi qu’il en soit, comme son cœur est creux, il n’est pas possible de connaître son âge de façon précise. Mais il est maintenant admis qu’il n’avait pas moins de 2 000 ans.

Je l’ai vu pour la première fois il y a 26 ans, à une époque où les touristes étaient encore peu nombreux à Yakushima, ce qui m’avait permis de l’observer à ma guise. Il était encore possible d’aller jusqu’à son pied et de toucher son tronc. Mais depuis, la forêt primaire environnante a été éclaircie afin de rendre le Jômon sugi plus visible, ce qui a fragilisé le sédiment à son pied, qui s’éboule progressivement. Le piétinement permanent des visiteurs à sa base a donné lieu à des inquiétudes sur sa vigueur déclinante. À l’époque, l’une des mesures mise en place avait été de faire appel aux touristes eux-mêmes, qui étaient invités à apporter chacun une poignée de terre pour enrichir son pied. Jusqu’à ce qu’enfin, en 1996, une plateforme soit mise en place jusqu’à 10 mètres de l’arbre, avec interdiction de franchir cette limite et de s’approcher du tronc.

Les 10 heures de randonnée aller-retour pour l’atteindre font partie intégrante de ce sentiment d’accomplissement que l’on ressent quand on le découvre enfin. L’impression est réellement intense. Attendez-vous à vous sentir tout petit devant la majesté de ce survivant du temps.

  • [01.08.2017]

Photographe d’arbres géants. Né en 1960 dans la préfecture de Yamagata, il a grandi à Hokkaido. Depuis sa première rencontre avec les arbres géants en 1988, il en a photographié plus de 3 300. Il est l’auteur d’À la rencontre des arbres sacrés (Tokyo Chizu Publishing), Les Arbres géants du Japon (Takarajimasha) et Mille années d’existence – les arbres géants (Shin Nihon Shuppan), entre autres. Commentateur au Musée forestier d’Oku-Tama, gestionnaire de la base de données des arbres géants du ministère de l’Environnement et président de l’Association tokyoïte des arbres géants.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les géants de la forêt en plein étéL’été, alors qu’un soleil féroce darde ses rayons sur leur écorce, les arbres géants nous offrent une ombre généreuse. Leur figure immobile, pourvoyeuse de rafraîchissement, emplit le cœur de ceux qui les admirent d’un sentiment de fraîcheur purifiante. Laissez-nous vous présenter trois grands arbres qui méritent d’être visités en été, en se baladant dans la nature.
  • Les géants de la forêt pendant la saison des pluiesLa saison des pluies est l’occasion pour les arbres de refaire leur plein d’énergie avant l’été, après avoir donné le maximum pendant le printemps. Pour ce nouvel article, nous allons vous présenter trois d’entre eux : deux katsura géants trônant au fin fond de montagnes préservées de toute présence humaine, autrefois vénérés comme des divinités de la pluie, et un arbre sacré de l’île d’Okinawa.
  • Les géants de la forêt accueillent leurs nouvelles feuillesAu Japon, où l’année scolaire et fiscale débute en avril, le printemps est la saison de séparation et de rencontre. Au moment où les cerisiers disent adieu à leurs pétales de fleur, les arbres à feuilles caduques accueillent la venue de leurs nouvelles feuilles. Cette renaissance verdoyante est particulièrement grandiose lorsqu’il s’agit des arbres géants, qui nous donne la force de se lancer dans un nouveau départ.
  • Sous les cerisiers géants en fleursEnviron 80 % des cerisiers au Japon appartiennent aujourd’hui au « Somei Yoshino », une variété créée à l’époque moderne et de diffusion très récente. Le plus vieux a environ 130 ans. Or, dans le pays, on trouve des cerisiers bien plus âgés, des géants de plusieurs siècles. Les mots s’avèrent incapables de décrire la beauté de ces géants quand arrive la saison de leur pleine floraison.
  • Quand les géants de la forêt attendent le printempsLe printemps a beau être officiellement là, le froid est encore rude dans le nord. Et pourtant, les arbres se préparent déjà à accueillir le renouveau. Approchez-vous et regardez de près un arbre encore totalement dénudé : de petits bourgeons hivernaux sont déjà en train de gonfler à l’extrémité de ses branches.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone