Dossier spécial Sous le feuillage des arbres géants du Japon
Les arbres géants affrontent les typhons

Takahashi Hiroshi [Profil]

[02.10.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

Pour les arbres géants directement exposés aux grands vents, les typhons sont de redoutables ennemis qui portent atteinte à leur vie. Mais au fil des centaines d’années, ils ont développé leurs racines et protégé leur tronc contre les violences de la nature. Allons à la rencontre de ces arbres aux silhouettes si particulières et si empreints d’intensité.

Les typhons et les arbres géants

Pour les arbres géants qui viennent de surmonter la chaleur torride de l’été, l’automne, avec ses accents de paix, est une saison importante pour engranger l’énergie qui leur permettra de passer l’hiver. Mais auparavant, il leur faut affronter les redoutables ennemis que sont les typhons. Les plus puissants d’entre eux, particulièrement nombreux sur la côte Pacifique du Japon de l’ouest, arrivent parfois à déraciner un de ces géants. Une survie de plusieurs siècles anéantie en un instant… Cette cruelle destinée, peut-être qu’au fond ils ne pouvaient y échapper.

Le camphrier du Japon kusunoki pousse dans des régions où les typhons sont nombreux. Alors, il ne s’étire pas trop en hauteur et développe de grosses racines qui lui donnent une apparence tout à fait spéciale. Pour résister aux vents violents, il abandonne les branches les plus exposées. Comme s’il portait en lui les connaissances nécessaires pour faire face aux typhons.

Nous allons vous présenter ici certains de ces arbres géants, ne cessant de croître tout en affrontant avec majesté ces redoutables dangers de la nature.

Fuma-no-ôkusu, le grand « camphrier » de Fuma (préfecture de Chiba)

Espèce : tabunoki (Machilus thunbergii)
Localisation : Sanctuaire Uga – 2395, Fuma, Katori-shi, Chiba-ken 289-0411
Circonférence : 8,9 m, hauteur : 16 m, âge : 1 500 ans
Patrimoine naturel du Japon
Taille ★★★
Vigueur  ★★
Forme  ★★
Branchage ★★
Majesté  ★★★★

Le grand camphrier de Fuma se dresse dans l’enceinte du petit sanctuaire nommé Uga Jinja, situé sur une colline qui surplombe la région céréalière longeant la rivière Kurobe (affluent du fleuve Tone). Ce site fait partie des vestiges du château de Fuma, site stratégique où la lignée des Fuma de la famille Chiba est restée installée de la troisième à la onzième génération (de 1324 à 1565).

En 1926, l’arbre a été désigné patrimoine naturel du Japon sous le nom de Fuma-no-ôkusu (grand camphrier de Fuma) mais 43 ans plus tard, les recherches effectuées par le professeur Honda Masaji ont permis d’établir qu’il s’agissait en fait d’un tabunoki ou machilus thunbergii. Le tabunoki est un arbre qui appartient à la famille des Lauraceae comme les camphriers.

Le 16 octobre 2013, le très puissant typhon n° 26 et ses vents violents ont déferlé sur l’île de Izu-Ôshima pour ensuite frôler la péninsule de Bôsô et faire des dégâts spectaculaires dans la région sud du Kanto. La partie la plus en hauteur du tronc du grand camphrier de Fuma a été décimée par le vent à ce moment-là. L’arbre s’est penché comme si son tronc avait été creusé mais ses racines sont heureusement restées intactes. Certes les dommages n’ont pas été fatals, mais il est néanmoins regrettable que sa forme en ait été à ce point altérée.

On peut voir, à gauche sur la photo, à environ 7 mètres au sud-est du grand camphrier, un tabunoki à la forme particulière. Nommé kogusu ou petit camphrier, c’était à l’origine une partie du tabunoki qui a poussé en oblique à partir du sol. Une branche de l’arbre s’est abaissée jusqu’à terre et y a pris racine. Puis elle a poussé, dit-on, pour devenir un autre arbre indépendant. À voir à tout prix.

Actuellement, ce grand arbre et ses alentours font partie des sites touristiques de la ville de Katori. Un parking a été aménagé, les champs environnants ont été transformés en parc, et un observatoire avec vue panoramique sur la région a été construit. L’endroit, qui avait autrefois un air quelque peu sinistre avec la gigantesque couronne (l’ensemble des branches et des feuillages) du tabunoki qui empêchait le soleil de pénétrer, est devenu aujourd’hui un bel espace ouvert et ensoleillé.

  • [02.10.2017]

Photographe d’arbres géants. Né en 1960 dans la préfecture de Yamagata, il a grandi à Hokkaido. Depuis sa première rencontre avec les arbres géants en 1988, il en a photographié plus de 3 300. Il est l’auteur d’À la rencontre des arbres sacrés (Tokyo Chizu Publishing), Les Arbres géants du Japon (Takarajimasha) et Mille années d’existence – les arbres géants (Shin Nihon Shuppan), entre autres. Commentateur au Musée forestier d’Oku-Tama, gestionnaire de la base de données des arbres géants du ministère de l’Environnement et président de l’Association tokyoïte des arbres géants.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les arbres géants des îlesL’un des arbres géants les plus célèbres du Japon est sans conteste le Jômon sugi (« le cèdre Jômon »), sur l’île de Yakushima. Preuve s’il en est que les îles japonaises possèdent elles aussi leurs géants remarquables. Symboles de leur île, ils ont profité du climat doux et de l’air pur de leur environnement. Allons à leur rencontre.
  • Les géants de la forêt en plein étéL’été, alors qu’un soleil féroce darde ses rayons sur leur écorce, les arbres géants nous offrent une ombre généreuse. Leur figure immobile, pourvoyeuse de rafraîchissement, emplit le cœur de ceux qui les admirent d’un sentiment de fraîcheur purifiante. Laissez-nous vous présenter trois grands arbres qui méritent d’être visités en été, en se baladant dans la nature.
  • Les géants de la forêt pendant la saison des pluiesLa saison des pluies est l’occasion pour les arbres de refaire leur plein d’énergie avant l’été, après avoir donné le maximum pendant le printemps. Pour ce nouvel article, nous allons vous présenter trois d’entre eux : deux katsura géants trônant au fin fond de montagnes préservées de toute présence humaine, autrefois vénérés comme des divinités de la pluie, et un arbre sacré de l’île d’Okinawa.
  • Les géants de la forêt accueillent leurs nouvelles feuillesAu Japon, où l’année scolaire et fiscale débute en avril, le printemps est la saison de séparation et de rencontre. Au moment où les cerisiers disent adieu à leurs pétales de fleur, les arbres à feuilles caduques accueillent la venue de leurs nouvelles feuilles. Cette renaissance verdoyante est particulièrement grandiose lorsqu’il s’agit des arbres géants, qui nous donne la force de se lancer dans un nouveau départ.
  • Sous les cerisiers géants en fleursEnviron 80 % des cerisiers au Japon appartiennent aujourd’hui au « Somei Yoshino », une variété créée à l’époque moderne et de diffusion très récente. Le plus vieux a environ 130 ans. Or, dans le pays, on trouve des cerisiers bien plus âgés, des géants de plusieurs siècles. Les mots s’avèrent incapables de décrire la beauté de ces géants quand arrive la saison de leur pleine floraison.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone