Dossier spécial Sous le feuillage des arbres géants du Japon
À la rencontre des géants de la forêt automnale

Takahashi Hiroshi [Profil]

[05.12.2016] Autres langues : 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

Grâce à sa variété considérable d’essence d’arbres à feuilles caduques, la forêt automnale du Japon peut se vanter d’être l’une des plus belle du monde. Cependant, parmi les espèces d’arbres géants, celles qui prennent de jolies couleurs ne sont pas si nombreuses.

Les géants colorés

On dit souvent que les couleurs d’automne du Japon sont les plus belles du monde. La raison en est l’extraordinaire richesse des essences de feuillus dans l’Archipel. Le roi des feuilles rouges de l’automne, c’est bien entendu l’érable momiji, bien connu pour colorer la nature automnale de ses magnifiques couleurs rouges, au point que son nom en kanji s’écrit littéralement « feuilles rouges ». Non seulement les monts et les vallées s’en trouvent magnifiés, mais aussi les temples et les vieilles demeures traditionnelles trouvent grâce à lui leur exquise harmonie. Néanmoins, puisque nous parlons d’arbres géants, le momiji devient rarement très grand.

Les plus grands arbres à feuilles colorées du Japon sont essentiellement le ginkgo, le zelkova et le cerisier. Le Gingko en particulier donne une magnifique couleur. Les feuilles jaunes du katsura (Cercidiphyllum japonicum) sont également splendides, mais les grands arbres de cette espèce sont plus difficiles à admirer, car essentiellement localisés dans des endroits très retirés, difficiles d’accès. Le gingko, se trouve souvent planté dans les villages ou en bordures des routes. C’est lui aussi un arbre sacré mais avec lequel la plupart des Japonais se sentent en familiarité.

Plus on avance dans la saison, plus les allées bordées de gingko à proximité des centres-villes, telles l’avenue Midôsuji à Osaka ou le parc Jingû Gaien à Tokyo voient se réunir de grandes foules d’admirateurs. Les feuilles jaunes de gingko virevoltant et dansant devant la vue d’un sanctuaire, un parc, une artère urbaine, sont synonymes de sentiment profond de communion avec l’automne pour les Japonais.

L’érable du temple Saizenji (Saitama)

Espèce : érable micranthum (Acer micranthum Sieb. et Zucc.) ou érable palmé
Localisation : Yokoze 598, Yokoze-machi, Chichibu-shi, Saitama-ken 368-0072
Circonférence : 3,8 m, hauteur : 7,2 m, âge : 600 ans
Patrimoine naturel de la préfecture de Saitama
Taille ★★★
Vigueur  ★★★★
Forme  ★★★★★
Branchage ★★★★★
Majesté  ★★★★

Le Saizenji est un temple visité par de nombreux pèlerins du fait qu’il est le n°8 du pèlerinage des 34 temples de la région de Chichibu dédiés au boddhisattva Kannon. Le pavillon principal, dédié à Amida, est également appelé bokefûji, littéralement « vous empêche de devenir gâteux », et est réputé depuis les temps anciens pour favoriser la longévité.

Le site est également renommé pour un érable, kominekaede. C’est un arbre de toute beauté qui attire les visiteurs tout au long des quatre saisons de l’année, c’est ce qui fait son charme principal. Ses branches s’étirent sur 18,9 mètres du nord au sud, 20,6 mètres d’est en ouest. Son houppier (la couronne de l’arbre) couvre un champ énorme de 56,3 mètres de circonférence, ce qui en fait l’un des plus gros érables de tout le pays.

La dernière fois, nous vous avions présenté le kominekaede recouvert de velours vert (voir article). Il va sans dire que le kominekaede est superbe au printemps quand il est couvert de ses feuilles nouvelles vert tendre. Mais le ton plus foncé qu’il prend vers la saison des pluies, quand la mousse couvre ses branches et s’humidifie n’est pas moins beau. La mousse pousse jusque sur son tronc, et ce tapis vert forme une vision très mystérieuse et absolument remarquable. Ensuite, au plus profond de l’automne, vers le mois de novembre, quand ses feuilles tournent au rouge, c’est évidemment là qu’il est le plus superbe. Certaines feuilles prennent un ton jaune, ce qui crée une époustouflante gradation au milieu du rouge. Enfin, en hiver, la région de Chichibu connaît parfois d’abondantes chutes de neige, qui offrent l’occasion de voir l’arbre géant entièrement recouvert de son manteau blanc. À quelque saison qu’on le regarde, on ne s’en lasse jamais, ce qui lui vaut la réputation de l’un des momiji les plus réputés de la région Kantô. Les années moyenne, la saison des feuilles rouges court de mi-novembre à début décembre. De nombreux visiteurs viennent à cette période pour admirer la prise de profondeur graduelle de son rouge.

Le Saizenji abrite également à l’intérieur de son enceinte, en plus du kominekaede, des pivoines qui fleurissent au début de l’été, et des osmanthus, à venir admirer au début de l’automne quand ils sont en pleine floraison. La rose de Sharon et la myrte de crêpe sont également admirables et font du Saizenji le « temple des fleurs », toujours classé n°1 des temples de la préfecture de Saitama parmi les cent temples les plus fleuris de l’est du Japon. C’est vraiment un temple dont on peut recommander la visite tout au long de l’année.

  • [05.12.2016]

Photographe d’arbres géants. Né en 1960 dans la préfecture de Yamagata, il a grandi à Hokkaido. Depuis sa première rencontre avec les arbres géants en 1988, il en a photographié plus de 3 300. Il est l’auteur d’À la rencontre des arbres sacrés (Tokyo Chizu Publishing), Les Arbres géants du Japon (Takarajimasha) et Mille années d’existence – les arbres géants (Shin Nihon Shuppan), entre autres. Commentateur au Musée forestier d’Oku-Tama, gestionnaire de la base de données des arbres géants du ministère de l’Environnement et président de l’Association tokyoïte des arbres géants.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Sous les cerisiers géants en fleursEnviron 80 % des cerisiers au Japon appartiennent aujourd’hui au « Somei Yoshino », une variété créée à l’époque moderne et de diffusion très récente. Le plus vieux a environ 130 ans. Or, dans le pays, on trouve des cerisiers bien plus âgés, des géants de plusieurs siècles. Les mots s’avèrent incapables de décrire la beauté de ces géants quand arrive la saison de leur pleine floraison.
  • Quand les géants de la forêt attendent le printempsLe printemps a beau être officiellement là, le froid est encore rude dans le nord. Et pourtant, les arbres se préparent déjà à accueillir le renouveau. Approchez-vous et regardez de près un arbre encore totalement dénudé : de petits bourgeons hivernaux sont déjà en train de gonfler à l’extrémité de ses branches.
  • Les géants de la forêt sous la neigeDans le paysage en neige, les arbres géants imposent leur présence. Observez leur auguste image attendre le printemps avec sagesse, et vous sentirez certainement la débordante réserve de force vitale emmagasinée sous l’écorce.
  • Les géants de la forêt dénudésC’est en hiver, et en cette saison seulement, quand les arbres géants ont perdu leurs feuilles, que se dévoile véritablement leur force brute. L’effet est saisissant. Nous vous en présentons trois, trois géants qui tiennent depuis des siècles, indifférents au vent et à la neige, immobiles et fiers.
  • Les géants de la forêt : ginkgo à la fin de l’automneQuand vient la fin de l’automne, les ginkgos biloba colorent de jaune temples, sanctuaires, parcs et rues. Cet arbre très familier des Japonais, ne possède aucun cousin dans la classification des espèces végétales. C’est un « fossile vivant » qui a survécu à tous les âges glaciaires. Les spécimens que nous présentons ci-dessous témoignent de son extraordinaire force vitale.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone