Dossier spécial Sous le feuillage des arbres géants du Japon
Les géants de la forêt : ginkgo à la fin de l’automne

Takahashi Hiroshi [Profil]

[12.12.2016] Autres langues : 日本語 | ESPAÑOL | Русский |

Quand vient la fin de l’automne, les ginkgos biloba colorent de jaune temples, sanctuaires, parcs et rues. Cet arbre très familier des Japonais, ne possède aucun cousin dans la classification des espèces végétales. C’est un « fossile vivant » qui a survécu à tous les âges glaciaires. Les spécimens que nous présentons ci-dessous témoignent de son extraordinaire force vitale.

Une espèce menacée très familière des Japonais

Le ginkgo biloba est l’un des arbres les plus familiers du Japon. Souvent plantés dans les parcs et le long des artères des grandes villes, ils sont de plus souvent vénérés comme des arbres sacrés dans les sanctuaires shintô. Il est donc parfaitement intégré au paysage quotidien de la population.

Il est probable que le ginkgo biloba s’est répandu sur la surface du globe entre le mésozoïque et la troisième période du cénozoïque. Il a ensuite peu à peu diminué depuis environ un million d’années, au point de presque disparaître. Il a finalement survécu quasi miraculeusement dans son lieu d’origine, en Chine. Certains récits font remonter son introduction au Japon à l’époque Heian ou à l’époque Muromachi, mais il est plus sûr de dire qu’il a été importé pour la première fois il y a 600 ou 700 ans.

Le ginkgo biloba, qui a survécu aux cycles glaciaires, est la seule espèce de sa famille végétale, ce qui en fait un « taxon monotypique », ce que l’on appelait autrefois un « fossile vivant ». Cela peut paraître étonnant, compte tenu de la facilité avec laquelle on trouve cet arbre au Japon, mais la vérité est qu’il fait partie des espèces végétales en voie de disparition à l’état sauvage. Il y a 200 ans, il ne poussait que dans le nord-est asiatique. Il est aujourd’hui planté dans diverses régions du monde. On dit qu’il pourrait être retiré à brève échéance de la liste des espèces en danger.

Le Grand ginkgo Ichônokikubo (Aomori)

Espèce : ginkgo (ginkgo biloba)
Localisation : Aza Ichônokikubo, Dôbutsu, Hashikami-cho, Sannohe-gun, Aomori-ken 039-1201
Circonférence : 13,28 m, hauteur : 27 m (mesurée par l’auteur), âge : 1 000 ans
Patrimoine naturel de Hashikami
Taille ★★★★★
Vigueur  ★★★★
Forme  ★★★★
Branchage ★★★
Majesté  ★★★★

Son existence est longtemps restée insoupçonnée, y compris des amoureux de grands arbres. Le ministère de l’environnement lui attribuait une circonférence de 10 mètres pour le tronc. Or, quand je suis allé sur place en 2001, mes mesures ont donné un résultat de 13,28 m., ce qui fait tout de même une sacrée différence, de quoi le faire passer dans la catégorie des dix plus gros ginkgo du pays à l’époque. Inutile de dire que j’ai immédiatement fait corriger la base de données du ministère pour rendre justice à ce géant. Sa popularité a bien grandi depuis.

Incroyable mais vrai, jusqu’à il y a une dizaine d’années, ce géant n’avait même pas encore de nom propre. On disait « ichô » (ginkgo en japonais), comme s’il s’agissait d’un ginkgo ordinaire, à peine un peu plus grand que les autres !

Ce n’est qu’il y a huit ans que la décision fut prise de lui donner un nom digne de lui, quand le bourg de Hashikami décida de répertorier de façon complète ses biens culturels. Le Maison de la Forêt de Tokyo à Okutama, où je travaille et qui gère la base de données des arbres géants du ministère de l’Environnement, fut contacté par la mairie de Hashikami. La personne responsable du dossier à Hashikami et moi-même nous sommes donc penchés sur la question, et avons finalement décidé de le baptiser : le Grand ginkgo Ichônokikubo.

Néanmoins, comme le nom du lieu dit Ichônokikubo l’indique (« le terrain bas du ginkgo »), ce ginkgo était déjà considéré depuis fort longtemps comme l’arbre tutélaire de la région. Ses nombreuses racines aériennes qui pendent et plongent dans la terre semblent comme des mamelles maternelles, et cette image lui a valu une vénération particulière de la part des mères allaitantes de la région.

Ce ginkgo géant était en outre remarquable de par sa forme parfaite. Malheureusement, une tempête de 2011 a cassé l’une des grosses branches d’où partaient des racines aériennes qui faisaient sa spécificité, ce qui a ôté un peu de sa superbe. Mais des bourgeons ont poussé de la branche tombée à terre. Si ces bourgeons prennent racine, ils finiront par se réunir au tronc principal, et dans quelques centaines d’années cela pourrait devenir le plus grand ginkgo du Japon !

  • [12.12.2016]

Photographe d’arbres géants. Né en 1960 dans la préfecture de Yamagata, il a grandi à Hokkaido. Depuis sa première rencontre avec les arbres géants en 1988, il en a photographié plus de 3 300. Il est l’auteur d’À la rencontre des arbres sacrés (Tokyo Chizu Publishing), Les Arbres géants du Japon (Takarajimasha) et Mille années d’existence – les arbres géants (Shin Nihon Shuppan), entre autres. Commentateur au Musée forestier d’Oku-Tama, gestionnaire de la base de données des arbres géants du ministère de l’Environnement et président de l’Association tokyoïte des arbres géants.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Les arbres géants affrontent les typhonsPour les arbres géants directement exposés aux grands vents, les typhons sont de redoutables ennemis qui portent atteinte à leur vie. Mais au fil des centaines d’années, ils ont développé leurs racines et protégé leur tronc contre les violences de la nature. Allons à la rencontre de ces arbres aux silhouettes si particulières et si empreints d’intensité.
  • Les arbres géants des îlesL’un des arbres géants les plus célèbres du Japon est sans conteste le Jômon sugi (« le cèdre Jômon »), sur l’île de Yakushima. Preuve s’il en est que les îles japonaises possèdent elles aussi leurs géants remarquables. Symboles de leur île, ils ont profité du climat doux et de l’air pur de leur environnement. Allons à leur rencontre.
  • Les géants de la forêt en plein étéL’été, alors qu’un soleil féroce darde ses rayons sur leur écorce, les arbres géants nous offrent une ombre généreuse. Leur figure immobile, pourvoyeuse de rafraîchissement, emplit le cœur de ceux qui les admirent d’un sentiment de fraîcheur purifiante. Laissez-nous vous présenter trois grands arbres qui méritent d’être visités en été, en se baladant dans la nature.
  • Les géants de la forêt pendant la saison des pluiesLa saison des pluies est l’occasion pour les arbres de refaire leur plein d’énergie avant l’été, après avoir donné le maximum pendant le printemps. Pour ce nouvel article, nous allons vous présenter trois d’entre eux : deux katsura géants trônant au fin fond de montagnes préservées de toute présence humaine, autrefois vénérés comme des divinités de la pluie, et un arbre sacré de l’île d’Okinawa.
  • Les géants de la forêt accueillent leurs nouvelles feuillesAu Japon, où l’année scolaire et fiscale débute en avril, le printemps est la saison de séparation et de rencontre. Au moment où les cerisiers disent adieu à leurs pétales de fleur, les arbres à feuilles caduques accueillent la venue de leurs nouvelles feuilles. Cette renaissance verdoyante est particulièrement grandiose lorsqu’il s’agit des arbres géants, qui nous donne la force de se lancer dans un nouveau départ.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone