Dossier spécial Bienvenue dans le monde de l’horreur au Japon
Itô Seiu, le peintre des fantômes
[16.09.2016] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | العربية | Русский |

Les Japonais ont toujours recherché à capter l’âme de tout ce qui existe, y compris celle des « choses qui ne sont pas de ce monde ». C’est de là que vient leur amour des histoires de fantômes et du monde des spectres. La peinture de fantômes constitue de ce point de vue un genre en soi de la peinture traditionnelle japonaise, dont l’un des artistes les plus représentatif est Itô Seiu. Une grande exposition de ses œuvres est ouverte jusqu’au 25 septembre au Musée Edo-Tokyo.

Les histoires d’Enchô et les peintures de fantômes

Le rakugo est un art du conte né à l’époque d’Edo, qui s’est transmis jusqu’à nos jours comme spectacle populaire. Le répertoire le plus connu du rakugo est constitué principalement de récits drolatiques et d’histoires centrées sur les sentiments humains, mais en fait le rakugo possède également des relations très étroites avec la tradition des histoires de fantômes. San’yûtei Enchô (1839-1900), l’un des conteurs de rakugo les plus populaires entre les derniers jours du shogunat des Tokugawa et l’ère Meiji, s’était rendu célèbre par ses histoires de fantômes.

Enchô a organisé à de très nombreuses sessions appelées hyaku monogatari kaidankai. Il s’agit de rencontres au cours desquelles plusieurs personnes se réunissent la nuit à la lumière de 100 bougies. Chacun à tour de rôle raconte une histoire qui fait peur, et chaque fois qu’une histoire est finie, on éteint une bougie. La légende veut qu’un fantôme apparaît ou un phénomène étrange se produit au moment où la centième et dernière bougie est éteinte. Enchô aurait également possédé une collection de 100 tableaux de fantômes. Il offrit 50 de ces tableaux au temple Zenshôan de Yanaka (Tokyo), où se trouve aujourd’hui sa tombe.

Chaque année, pendant le mois d’août, le Zenshôan commémore l’anniversaire de la mort de Enchô en rendant public sa collection de tableaux de fantômes.

Itô Seiu redécouvert par un producteur de Ghibli

Une exposition des tableaux de fantômes d’Itô Seiu (1882-1961) se tient actuellement au Musée Edo-Tokyo. Dix-neuf des œuvres présentées font parties d’un don de Yanagiya Kosan 5e du nom (1915-2002) à ce même Zenshôan.

Seiu commença par illustrer des affiches de spectacles, puis devint célèbre en illustrant des kôdan (drame historique dit par un conteur) ou des feuilletons dans les journaux. Il est considéré comme le maître incontesté du shibari-e (peinture de femmes ligotées) et du seme-e (peintures de scènes de tortures), deux sous-genres de l’art du sado-masochisme traditionnel. En dehors de cette production, il a également longuement étudié les coutumes et mœurs d’Edo. Ayant de fait vécu plus de la moitié de sa vie sous l’ère Shôwa, on le considère parfois comme « le dernier maître de l’ukiyo-e ».

Peintures de fantômes d’Itô Seiu, collection Yanagiya Kosan.

C’est Suzuki Toshio, le fameux producteur du studio Ghibli, qui a suggéré le projet de cette exposition, après avoir découvert les peintures de fantômes d’Itô Seiu. L’été dernier, ayant visité le Zenshôan pour admirer les peintures de fantômes que possède le temple, ce qu’il ne manque pas de faire chaque année, il fut intrigué par une peinture qu’il ne connaissait pas. C’était une œuvre de Seiu. Comme il le dit lui-même :

«  Le trait de Seiu et son réalisme basé sur une observation extrêmement attentive sont fascinants. On imagine qu’il aurait utilisé des mannequins vêtus et mis en scène pour reproduire leur pose sur le papier. Tout en respectant les codes traditionnels de la peinture de fantômes, il atteint à un réalisme époustouflant. En cela, il se distingue nettement de bien d’autres peintres. »

La peinture « disparue »

Le supérieur du temple Zenshôan, le révérend Hirai Shôshû, nous a expliqué que l’été dernier, le temple ayant prêté plusieurs peintures de fantômes pour une exposition à l’Université des Beaux-Arts de Tokyo, un espace s’était trouvé disponible à son propre exposition annuelle. Il en a donc profité pour exposer 10 œuvres d’Itô Seiu de la donation Kosan qui n’avaient plus été montrées depuis longtemps. C’est à cette occasion que le producteur du studio Ghibli a découvert cet aspect de l’œuvre de l’artiste.

« Découvrir des peintures de Seiu qui n’étaient ni des shibari-e, ni des seme-e fut une énorme surprise pour moi », dit-il.

Rencontre-débat devant la reconstitution d’un théâtre du XIXe siècle, le Nakamura-za, au Musée Edo-Tokyo. De gauche à droite : Suzuki Toshio, Fujimori Terunobu, directeur du musée, et le révérend Hirai Shôshû, du Zenshôan.

Quand Suzuki Toshio a appris qu’il existait d’autres peintures de fantômes d’Itô Seiu dans la collection Kosan, il a demandé à pouvoir les voir, et éventuellement à faire éditer un catalogue. C’est ainsi qu’est né le projet de cette exposition.

Entre parenthèses, il se trouve que la donation Kosan comportait originellement 20 peintures. Mais l’une d’entre elles a disparu et demeure introuvable. Le révérend Hirai est d’avis qu’elle est peut-être partie pour l’autre monde…

Exposition : les peintures de fantômes d’Itô Seiu

Le catalogue de l’exposition conçu par Suzuki Toshio.

Jusqu’au dimanche 25 septembre 2016 au Musée Edo -Tokyo
Adress : 1-4-1 Yokoami, Sumida-ku, Tokyo 130-0015 JAPON
Heures d’ouverture : 09h30 – 17h30
Tarifs : Général : 600 yens ; Étudiants : 480 yens ; Seniors (plus de 65 ans), lycéens et collégiens (non-résidents de Tokyo) : 300 yens ; collégiens résidant à Tokyo et enfants ; gratuit
Renseignements : 03.3626.9974
Site officiel (uniquement en japonais) : http://www.edo-tokyo-museum.or.jp/s-exhibition/project/11852/伊藤晴雨-幽霊画/

Suzuki Toshio a également engagé la conception d’un catalogue sous la forme d’un beau livre intitulé « Les peintures de fantômes d’Itô Seiu ». Les 19 peintures sur papier de la collection y sont présentées et commentées par un critique d’art. Le livre est disponible dans la boutique du musée, au 5e étage, au prix de 2 700 yens.

Galerie : les peintures de fantômes d’Itô Seiu

De gauche à droite (cliquez pour agrandir) :

Fantôme à la plaquette funéraire
Traits filés et la composition toute en courbes floues expriment avec une grande efficacité la vitesse d’un spectre masculin apparaissant du ciel vers la terre pour y dérober la plaquette funéraire d’un défunt.

La lanterne de la fête d’o-bon de Kasane
Un fantôme apparaît dans la lanterne suspendue. C’est le visage défiguré d’une femme assassinée nommée Kasane qui réclame vengeance.

Les fantômes d’o-bon
La fête d’o-bon (la fête des morts), se déroule généralement autour du 15e jour de la septième lune (qui tombait le 17 août en 2016). Les esprits reviennent du royaume des morts sur le dos d’un cheval de concombre et celui d’une vache d’aubergine.

Okiku, de la demeure de l’assiette
Illustration du fameux récit de la servante Okiku, qui perdit la vie pour avoir cassé l’une des 10 assiettes précieuses de son employeur. Elle revient chaque nuit pour compter et recompter les assiettes. Le bas du corps invisible est une caractéristique standard de la représentation des fantômes au Japon.

Le chat et le fantôme
La croyance traditionnelle veut que les chats puissent faire apparaître les esprits des morts. L’histoire du chat et du fantôme est un conte de rakugo, qui raconte les événements étranges qui se produisent pendant que le personnage principal transporte dans une barrique funéraire le corps de son beau-père mort.

  • [16.09.2016]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • L’univers de Gomi Hirofumi, producteur de maisons hantéesUne « maison hantée » (obake yashiki) est un espace étrange où l’on vient quand on aime avoir peur. Depuis un quart de siècle, Gomi Hirofumi conçoit, produit et met en scène des maisons hantées un peu partout au Japon. Nous lui avons posé des questions sur les coulisses de son étrange activité.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone