Dossier spécial L’avenir prometteur de l’anime nippon
Shinkai Makoto : une conception de l’anime tout à fait originale

Hikawa Ryûsuke [Profil]

[24.12.2016] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | ESPAÑOL |

Voici un aperçu du parcours de Shinkai Makoto, le réalisateur de Your name., un film d’animation qui a eu un succès retentissant au Japon.

Un artiste résolument indépendant, doué d’une très grande créativité

Né en 1973, Shinkai Makoto fait partie de la même génération que Hosoda Mamoru. Mais les deux réalisateurs diffèrent par bien des côtés. Shinkai Makoto a toujours veillé à rester indépendant alors que Hosoda Mamoru, directement issu d’un grand studio de production d’anime, considère qu’un film d’animation est le résultat de la « cristallisation d’un travail d’équipe ». Si les œuvres de Hosoda Mamoru sont destinées au grand public, celles de Shinkai Makoto sont beaucoup plus originales et elles sont le reflet de la très grande créativité de ce réalisateur.

Shinkai Makoto a commencé à travailler en tant que graphiste pour Nihon Falcom Corporation, une entreprise japonaise spécialisée dans l’édition et le développement de jeux vidéo. Dans le même temps, il a réalisé ses premiers courts-métrages d’animation. En 2000, il a remporté le grand prix du 12e concours du film d’animation DoGA(*1) avec Kanojo to kanojo no neko (Elle et son chat), un court-métrage en noir et blanc de 4 minutes et 46 secondes. En 2002, son film Hoshi no koe (La Voix d’une étoile), qui dure près de 30 minutes, a été projeté dans quelques salles avant d’être commercialisé sous la forme d’un DVD. Pour chacune de ces œuvres, Shinkai Makoto a assumé les rôles non seulement de réalisateur et de scénariste mais aussi de dessinateur, coloriste, programmateur 3D, photographe, monteur et doubleur. Autrement dit, la quasi totalité des métiers de l’animation. Ce travail « en solitaire » a beaucoup attiré l’attention sur lui. Hoshi no koe a eu beaucoup de succès et a figuré sur la couverture de plusieurs revues de films d’animation. Le début du XXIe siècle a coïncidé avec celui d’une nouvelle ère de l’animation japonaise, en partie grâce à Shinkai Makoto.

(À gauche) Shinkai Makoto au cours du débat qui a suivi la projection de Your name., au 29e Festival international du cinéma de Tokyo (TIFF), en octobre 2016. (À droite) L’affiche du film qui est sorti sur les écrans japonais pendant l’été 2016. © 2016 TIFF

L’héritier de la révolution numérique

La fin du XXIe siècle a été marquée par la « révolution numérique » déclenchée par le développement et la diffusion rapides de l’informatique et d’Internet. Ce bouleversement a tellement affecté le monde de l’animation qu’en 2002, la majorité des entreprises de ce secteur s’étaient déjà entièrement converties au numérique. À l’heure actuelle le processus de réalisation des films d’animation est presque entièrement numérisé. La colorisation, la photographie et le montage se font par ordinateur. Et les seuls procédés analogiques qui ont survécu sont les dessins et les fonds qui continuent à être réalisés à la main. Si Hosoda Mamoru a été l’un des premiers à adopter ces nouvelles techniques, Shinkai Makoto a lui aussi été complètement influencé par la révolution numérique, même si c’est d’une autre façon.

Les équipements nécessaires pour réaliser des films d’animation ont tellement baissé de prix que le fossé qui séparait les professionnels des amateurs a disparu. Les images de Hoshi no koe de Shinkai Makoto n’ont absolument rien à voir avec un travail d’amateur. Si le traitement des personnages laisse parfois quelque peu à désirer, celui des paysages et des chars d’assaut humanoïdes est absolument remarquable. Grâce à Internet, ce film est devenu célèbre bien plus rapidement que du temps des revues d’animation. Sans compter qu’au même moment, le développement des médias de type DVD a multiplié le nombre des fans qui ont acheté le film et l’ont regardé plusieurs fois. Tous ces éléments ont contribué à la formation d’une vague de changement énorme sur laquelle Shinkai Makoto a surfé en la faisant encore grandir.

À l’époque, beaucoup de critiques de films d’animation, moi le premier, ont cru qu’on allait assister à l’apparition d’une série de jeunes réalisateurs décidés à suivre l’exemple de Shinkai Makoto en faisant tout par eux-mêmes. Mais ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. À l’heure actuelle, il y a très peu d’exemples de réalisateurs de films d’animation indépendants sur le marché. Ceux-ci ont d’ailleurs beaucoup de mal à vivre de leur travail depuis que la diffusion de vidéos en ligne est devenue une pratique courante, en 2006.

Une scène tirée de Your name. Les mouvements des nuages et les changements d’éclairage jouent souvent un rôle important dans les films de Shinkai Makoto où ils sont censés exprimer les sentiments. ©2016 Your Name Film Partners

(*1) ^ DoGA CG Animation Contest (dôga signifie « image en mouvement » en japonais). DoGA est une organisation qui s’est donné pour vocation d’encourager les animateurs débutants.

  • [24.12.2016]

Né en 1958. Chercheur spécialisé dans les films d’animation et les effets spéciaux (tokusatsu). Professeur invité à l’Institut de recherches de troisième cycle de l’Université Meiji. A travaillé en tant qu’ingénieur informaticien. Ecrivain et critique spécialiste de l’image y compris du point de vue technique. Membre du jury du Festival Japan Media Arts pour la catégorie animation. Auteur de divers ouvrages dont Firumu to shite no Gundam (À propos des trois films Mobile Suit Gundam, Ohta shuppan, 2002)

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Hosoda Mamoru, l’héritier de la tradition de l’anime japonaisIl y a trois ans, Miyazaki Hayao, cofondateur du studio Ghibli et réalisateur de films d’animation, a annoncé son départ à la retraite. Cette nouvelle a bouleversé ses nombreux fans. Mais l’avenir de l’anime ne semble pas pour autant compromis. À preuve Hosoda Mamoru et Shinkai Makoto, deux réalisateurs particulièrement talentueux dont nous vous invitons à faire la connaissance.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone