Dossier spécial Allons voir les festivals japonais !
Asakusa Sanja Matsuri, pour inaugurer l’été en beauté à Tokyo
[11.09.2012] Autres langues : ESPAÑOL |

A Asakusa, il flotte aujourd’hui encore un air de l’époque d’Edo. Le quartier, prisé des touristes, est animé tout au long de l’année, mais pendant les trois jours de la fête Sanja Matsuri, l’effervescence est à son comble. Une fête forte de sept siècles d’histoire, symbolique de Tokyo, et qui attire chaque année 1,5 million de visiteurs.

Sanja-sama, les dieux protecteurs d’Asakusa

Le Sanja Matsuri d’Asakusa, qui se déroule sur trois jours à partir du troisième vendredi de mai chaque année, est la fête du sanctuaire Asakusa. Pour en connaître l’origine, il faut remonter au 7e siècle, lorsque fut édifié le plus ancien temple de Tokyo, le Sensô-ji.

Tôt le matin du 18 mars 628, les frères Hinokuma Hamanari et Takenari pêchaient dans l’actuelle Sumidagawa, quand une statue s’empêtra dans leur filet. Ils la montrèrent au lettré du quartier, Hajino Nakatomo, qui leur annonça qu’il s’agissait d’une statue du bodhisattva Kannon. Les deux hommes prièrent alors chaque jour devant cette représentation de Kannon ; Hajino Nakatomo, lui, se fit moine et transforma sa maison en temple. Voilà comment naquit le Sensô-ji.

Temple Sensô-ji

Sanctuaire Asakusa

Plus tard, au 12e ou 13e siècle, les descendants de ces trois hommes, obéissant à un oracle de Kannon, édifièrent le sanctuaire Asakusa dédié à Sanja-sama (terme qui désigne Hajino Nakatomo et les deux frères Hinokuma).

La plus ancienne trace écrite évoquant le Sanja Matsuri date de l’année 1312. Cette fête aurait d’abord consisté à commémorer le 18 mars, jour de l’apparition du bodhisattva Kannon du Sensô-ji, en transportant les mikoshi — des sanctuaires portatifs renfermant les mânes des trois dieux — du sanctuaire Asakusa au hall principal du temple Sensô-ji, où ils restaient une nuit en compagnie du bodhisattva Kannon. Le lendemain, après le Funa Matsuri durant lequel on leur faisait traverser la Sumidagawa sur une embarcation, les sanctuaires portatifs dédiés aux mânes des trois divinités étaient promenés dans le quartier.

Cette fête a perduré jusqu’à nos jours : les mikoshi renfermant les mânes des trois dieux sillonnent les 44 districts du quartier d’Asakusa au cours d’un rite destiné à éloigner les calamités et attirer la bonne fortune.

2012 marque le 700e anniversaire du Sanja Matsuri. La cérémonie de traversée de la Sumidagawa a même été organisée pour la première fois en 54 ans. En 2011, la fête avait été annulée après la catastrophe qui a frappé le nord-est du Japon, et ce 700e anniversaire n’en a été que plus animé

  • [11.09.2012]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une fête pour faire tomber la pluie : Suneori AmagoiUn festival traditionnel sans équivalent, en forme de rite pour faire venir la pluie, intitulé Suneori Amagoi, se déroule à Tsurugashima dans la préfecture de Saitama. Un énorme dragon est fabriqué à cet effet par les résidents locaux, puis porté en procession. Ce rite de la pluie a lieu une fois tous les quatre ans, les années des Jeux olympiques d’été ! Ce festival est répertorié comme bien culturel folklorique national.
  • Un somptueux festival d’été : le Festival de Samba d’AsakusaDes débuts modestes en 1981 n’ont pas empêché le Festival de Samba d’Asakusa de devenir au fil des ans l’un des plus importants festivals d’été de toute l’Asie, attirant chaque année quelques 500 000 spectateurs. Avec 4000 participants regroupés en 18 équipes, le concours est acharné.
  • L’histoire étonnante du festival de la neige de SapporoDans l’île septentrionale d’Hokkaidô, le festival de la neige de Sapporo (Sapporo yuki matsuri) est l’un des événements les plus importants de l’hiver. Chaque année, elle attire des foules de visiteurs venus du monde entier. Pourtant, lors de sa première édition, en 1950, elle ne comportait en tout et pour tout que six petites sculptures de neige élaborées par des lycéens de la ville.
  • Savez-vous danser l’Awa odori ?L’Awa odori est certainement l’un des plus célèbres des danses traditionnelles japonaises. C’est également un festival annuel qui attire énormément de monde pendant l’été dans sa région d’origine, Tokushima, dans l’île de Shikoku. Venez avec nous faire connaissance avec cette tradition riche de 400 ans d’histoire !
  • Gion matsuri et l’hospitalité légendaire des KyotoïtesDu premier au dernier jour de juillet, la ville millénaire de Kyoto se pare aux couleurs de « Gion Matsuri », le festival de Gion. Ce sont évidemment les temps forts du « yoiyama », du 14 au 16, et la procession des « yama-hoko » le 17 qui attirent le plus de monde. L’esprit de l’hospitalité des citoyens de Kyoto, qui allaient jusqu’à importer des objets précieux de l’étranger pour décorer leurs chars, a toujours soutenu ce festival traditionnel, le plus important de tous les matsuri d’été du Japon.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone